mercredi 25 mars 2009

Challenge Blog aux trésors de Grominou


Bon, j'ai enfin eu le temps de parcourir l'énorme liste de livres pour le challenge Blog aux trésors de Grominou et de choisir 4 livres que je m'engage à lire cette année. Il s'agit de:

1. Philippe Claudel: la Petite fille de Monsieur Linh, un livre dont tout le monde me parle ces temps-ci en des termes très élogieux...

2. Francis Scott Fitzgerald: The Great Gatsby, car selon mon Jules, c'est le meilleur livre de cet auteur. A vérifier donc histoire d'avoir d'intéressants débats de couple ;-)

3. George Orwell: 1984, pour ne plus avoir à mentir, voire article précédent

4. Romain Gary: La Promesse de l'aube, qui est dans ma PAL depuis déja de nombreuses années et c'est une bonne occasion pour qu'il en sorte.

Au boulot...

jeudi 12 mars 2009

Petits mensonges sur nos lectures

je viens de lire un article très intéressant sur le site du Guardian que je voulais partager avec vous...
Selon un sondage fait en Grande Bretagne, 65% des personnes ont déjà menti en affirmant qu'elles avaient lu un livre alors que c'était faux!!! La majorité des mensonges de nos amis britanniques concernent 1984 de George Orwell (42% ont avoué avoir menti en disant qu'ils l'avaient lu), suivi de Ulysse de James Joyce (25%) et de la Bible (24%).
Enfin, 62% des lecteurs n'utilisent pas de marque-page.

Et vous, avez-vous déjà menti sur les soi-disantes lectures que vous avez faites? Sur un Victor Hugo par exemple?
Utilisez-vous un marque-page ou préférez-vous replier le coin d'une page, un sacrilège pour certains?

Pour ma part, je ne me rappelle pas avoir menti sur une lecture... à part peut être durant mes études. J'avoue avoir parfois eu recours à des résumés surtout pour les pièces de Harold Pinter et Manon Lescaut. Quant à 1984 et Guerre et Paix, ils trônent tous les deux dans ma bibliothèque... en attendant d'être lus.

Pour le lien vers l'article en anglais, cliquez ici

lundi 9 mars 2009

Torturez l'artiste! de Joey Goebel

Pour ceux qui aiment: T-C Boyle
Torturez l’artiste ! est basé sur une idée totalement immorale. Nouvelle Renaissance, une académie qui cherche à améliorer la culture et le divertissement américain, décide de torturer, ou plutôt de tourmenter ses jeunes élèves pour en faire des « artistes maudits », et donc, du même coup, prolifiques et inspirés. L’histoire raconte donc la vie de Vincent, un jeune prodige, et de son manager Harlan, qui va commettre des actes horribles pour maintenir Vincent dans un état de tristesse profonde, propice à l’écriture.

L’idée de ce livre m’a tout de suite attirée et au final, j’ai apprécié cette lecture, drôle, légère et facile à lire. Cependant, ce livre est également une critique très acerbe du milieu du divertissement et des émissions idiotes et abêtissantes qu’il produit. Un milieu que l’auteur connaît d’ailleurs bien, vu qu’il a lui-même été chanteur dans des groupes punk, puis critique musical.
Le style de Goebel pourrait cependant poser problème à certains. Il est très proche du langage parlé et de nombreuses références, qui s’exportent assez mal, à des marques, émissions et chanteurs américains jalonnent le récit. J’ai remarqué cependant que c’est assez fréquent dans les romans américains contemporains et les lecteurs de T-C Boyle retrouveront plusieurs caractéristiques de cet auteur.

Un livre sympa donc, mais qui me donne envie de me plonger dans un bon classique au style parfait…. un Zola pourquoi pas.

Les Etats-Unis sont en mal de chefs-d’oeuvre. L’influent Lipowitz fonde une société destinée à repérer au berceau des génies propres à régénérer l’art américain. Le principe est simple : l’activité artistique s’étant toujours nourrie de la souffrance, à chaque prodige en herbe est attribué un manager chargé de transformer sa vie en cauchemar.
Harlan, jeune musicien et critique à la dérive, chaperonne le petit Vincent que la vie a doté de talents exceptionnels, d’une mère nymphomane et fauchée, d’un physique ingrat et d’une affreuse fratrie. Harlan veille à enrichir ce terrain prometteur en multipliant les interventions traumatisantes.
Dans la tradition du
Monde selon Garp, avec un humour décapant, Joey Goebel épingle l’industrie du divertissement. Une critique au vitriol de l’Amérique d’aujourd’hui.

Torturez l'artiste!, Joey GOEBEL, ed. Héloise d'Ormesson, 2007, 365pp
Torture the artist, Joey GOEBEL, ed. MacAdam/Cage, 2004, 250pp

lundi 2 mars 2009

Dark Star Safari de Paul Theroux


NOTE : 7/10
Pour ceux qui aiment : Les récits de voyage

Paul Theroux est une référence pour les amateurs de récits de voyage. Alors quand il part, à l’aube de ses 60 ans, pour un voyage qui l’amène du Nord au Sud de l’Afrique de l’Est, du Caire à Cape Town, je suis évidemment partante.

L’intérêt de ce livre réside surtout dans le fait que l’auteur connait bien ce continent. Dans les années 60, à l’aube de l’indépendance, Paul Theroux a passé plusieurs années comme Peace Corps au Malawi, puis a enseigné à l’Université de Makerere en Ouganda. On le suit donc dans son voyage "souvenir ", près de 40 ans après sa dernière visite. Et son constat n’est pas des plus encourageant. Il écrit que "Africa is materially more decript than it was when I first knew it – hungrier, poorer, less educated, more pessimistic, more corrupt, and you can’t tell the politicians from the witch-doctors." Son retour au Malawi est même vraiment déprimant. Au fil de son voyage, l’auteur critique le peu de changement survenu en Afrique et le rôle des humanitaires, qui selon lui apportent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent.

Dark Star Safari est en fait plus un récit de rencontres africaines qu’un récit de voyage au sens strict. Les descriptions de paysages sont quasi absentes et l’auteur ne se rend dans presque aucun lieu renommé des pays qu’il traverse. Je lui conseillerais quand même de faire un tour dans une réserve, juste pour corriger sa liste des Big 5 qui inclut ... la girafe. Bon allez, je lui pardonnne, ça a eu le mérite de bien me faire rire d'imaginer la girafe parmi les 5 animaux les plus dangereux de la savanne.

En conclusion, ce livre est un formidable compte-rendu des difficultés et des mentalités de l’Afrique d’aujourd’hui. J’ai particulièrement apprécié le chapitre sur le Zimbabwe où il rencontre des fermiers blancs, alors que la campagne pour leur éviction fait rage dans ce pays (2001). Une très belle aventure pour cet auteur, un vrai « safari » (qui veut dire voyage en swahili). Je sais pas pour vous, mais moi, j’ai qu’une envie, repartir en Afrique avec mon sac à dos et continuer à explorer ce continent.

Paul Theroux sets off for Cape Town from Cairo – the hard way. Travelling across bush and desert, down rivers and across lakes, and trhough country after country – Egypt, the Sudan, Ethiopia, Kenya, Uganda, Tanzania, Malawi, Mozambique, Zimbabwe, South Africa – he visits some of the most beautiful landscapes on earth, and some of the most dangerous. It is a journey of discovery and rediscovery – of the unknown and the unexpected, but also of people and places he knew as a young and optimistic teacher forty years before.

Dark Star Safari, Paul THEROUX, ed. Penguin, 2003, 495pp

Ce livre n’est pas encore traduit en français mais je vous conseille ces autres récits de voyage tels que Railway Bazaar, Le Royaume des Moustiques ou Patagonie Express, qui sont publiés chez Grasset, en particulier pour les blogeurs(ses) qui font le challenge "Lire autour du monde" d'Enna.

Pour une interview de l’auteur sur ce livre : http://www.wanderlust.co.uk/article.php?page_id=573