vendredi 19 août 2011

Witch Light (Un bûcher sous la neige) de Susan Fletcher

Pour ceux qui aiment: Danse avec les loups, le film de Kevin Costner

1692. Un pasteur jacobite parcourt l'Ecosse à la recherche de preuves qui condamneraient "l'usurpateur" du trône britannique, le roi orange, William III, permettant ainsi le retour du roi James II. Bloqué par l'hiver à Inverary, le pasteur Charles Leslie décide de rendre visite à la sorcière enfermée dans le cachot de la ville en attendant d'être amenée au bûcher au retour du printemps. Cette dernière, nommée Corrag, accepte de témoigner sur le terrible massacre de Glencoe auquel elle a assisté, à condition de pouvoir partager avec Charles Leslie le récit de sa vie.

On ne présente presque plus ce roman tellement il a fait parler de lui sur la blogosphère. Très vite tentée par vos billets élogieux, je trouve enfin le temps de me laisser emporter vers les Highlands par Susan Fletcher. J'étais presque sûre d'attaquer un livre coup de coeur ... et pourtant, au final, on le frôle sans pour autant l'atteindre. 

Commençons cependant par ce que j'ai aimé: Witch Light est un roman à la construction totalement réussie. Susan Fletcher alterne le récit de Corrag fait à Charles Leslie et les lettres de ce dernier à sa femme Jane. J'ai beaucoup aimé ce dialogue aux deux voix si opposées: Corrag nous emmène dans un récit où la nature est prépondérante et où l'émerveillement pour les petits événements de ce monde est constant. Corrag est un personnage très moderne en définitive: instinctive, éprise de liberté, à contre-courant de la société de son époque, alors que Leslie est totalement empreint des contraintes religieuses de son temps. Ses lettres rappellent constamment le lecteur à la pensée du 17ème siècle, qui voyait dans les âmes libres un signe du démon. 

Le style de Susan Fletcher, plutôt lyrique et travaillé, m'a également séduite, tout comme le contexte historique du roman et le voyage dans les Highlands. A l'image de Leslie, Corrag m'a complètement embarquée dans son univers et en plein été lémanique, j'avais l'impression de respirer l'air des glens écossais. 

Une ambiance, un style, une construction qui m'ont donc charmée... mais, il y a un mais... j'ai trouvé que le récit tirait un peu en longueur et les nombreuses répétitions, que ce soit dans le récit de Corrag ou les lettres de Leslie ont parfois "cassé" ma lecture. J'ai également été moins séduite par le côté plus sentimental du roman et par sa fin. 

SPOILER (surlignez pour lire)

Dans une interview de l'auteur, j'ai lu qu'elle avait prévu de faire mourir Corrag sur le bûcher mais qu'au fil du roman, elle n'avait pu se résoudre à laisser mourir son héroïne et ne pouvait pas croire que Leslie ne tenterait pas quelque chose pour la sauver. Pour ma part, j'aurais trouvé une fin tragique plus "réaliste". 

Un livre qui passe donc très proche du coup de coeur pour son ambiance, son contexte et pour l'ode à la nature qu'il nous offre mais que j'aurais volontiers raccourci. Le style de l'auteur est cependant magnifiquement maîtrisé et je poursuivrai probablement ma route avec elle. 

"We - the witch-called-ones - were meant to have less light in us, less goodness than the normal folk. But I have as much light in me as the next soul."

1692. Corrag, a wild young girl living in the mountains of Scotland, has been imprisoned as a witch. Terrified, in a cold, filthy cell, she awaits her fate of death by burning - until she is visited by Charles Leslie, an Irishman, hungry to question her. For Corrag knows more than it seems: she was witness to the bloody and brutal Massacre of Glencoe. 

But to reveal what she knows, Corrag demands a chance to tell her true story. It is a tale of passion and courage, magic and betrayal, and the difference that a single heart can make to the great events of history

Lecture commune avec CanelSophie et DeL. Allons vite voir ce qu'elles en ont pensé. 

FLETCHER Susan, Witch Light, ed. Fourth Estate, mars 2011, 356p. Originellement publié sous le titre Corrag
FLETCHER Susan, Un bûcher sous la neige, ed. Plon, août 2010, 400p. 

dimanche 14 août 2011

Appel aux bénévoles pour Le livre sur les quais, 2-4 septembre

Je relaie aujourd'hui un appel aux bénévoles pour la deuxième édition du Livre sur les quais qui se tiendra à Morges (Suisse) du 2-4 septembre.

Si vous avez un peu de temps à donner à cette manifestation très sympa, n'hésitez pas:

Bonjour, 

Le premier week-end de septembre approche à grand pas, avec son Livre sur les quais à Morges (2-4 sept) ! 

Pour mener à bien son organisation, un staff d'une centaine de personnes participera à recevoir nos 260 auteurs invités, organiser les 80 conférences et rencontres prévues, les 7 croisières littéraires ou encore accueillir plus de 30'000 visiteurs sous la tente de dédicaces. 

Venez partager avec nous cette aventure ! 

Vous pouvez apporter votre aide une matinée, une après-midi, une journée2 jours ou même 3 jours ! 
En tant que bénévole, 15% de réduction sur l'achat des livres vous est offert ! 

Il suffit d'un clic et vous voilà inscrit pour cette aventure : http://lelivresurlesquais.ch/benevoles

Et d'un autre clic pour faire passer ce message autour de vous ! 

Un grand merci et une toute bonne journée

lundi 8 août 2011

La Longlist du Man Booker Prize 2011

Avec un peu de retard et pour ceux qui, comme moi, avaient loupé l'info, la Longlist du Man Booker Prize 2011 a été annoncée le 26 juillet:

1. Julian Barnes, The Sense of an Ending: Un court roman (150 pages). J'avoue que je n'ai pas très bien encore saisi de quoi il s'agissait mais beaucoup parlent d'un récit nostalgique et très intense.

2. Sebastian Barry, On Canaan's Side: Le récit de la vie de Lilly Bere, qui court de la Première Guerre mondiale sur plus de sept décennies, de l'Irlande aux Etats-Unis.

3. Carol Birch, Jamrach's Menagerie: Le récit de Jaffy Brown, qui quitte une Angleterre victorienne pour l'Indonésie, à la recherche d'un dragon des mers pour l'excentrique Mr. Jamrach. 

4. Patrick deWitt, The Sisters Brothers: La remise en question de deux frères, tueurs professionnels dans la Californie de la ruée vers l'or. Les critiques comparent ce livre à un western à la sauce des frères Cohen.

5. Esi Edgyan, Half Blood Blues: Un roman d'amitié et de trahison dans le Berlin du début des années 40 et le monde des cabarets. 

6. Yvette Edwards, A Cupboard Full of Coats: Un premier roman avec pour cadre l'East End des années 70, sur la quête de rédemption de Jinx, hantée par la mort de sa mère dont elle est en partie responsable. 

7. Alan Hollinghurst, The Stranger's Child: L'histoire croisée de deux familles à travers les décennies, centrée autour d'un poème écrit lors de l'été 1913. 

8. Stephen Kelman, Pigeon English: Un premier roman sur un petit garçon de 11 ans, récemment arrivé du Ghana, qui se lance à la recherche d'un meurtrier. 

9. A.D. Miller, Snowdrops: Le récit de Nick, un avocat britannique, plongé dans le chaos d'une Russie totalement corrompue.  

10. Alison Pick, Far to Go: Un roman historique sur la montée du nazisme en Tchécoslovaquie à travers la vie d'une famille juive. 

11. Jane Roger, The Testament of Jessie Lamb: Un récit apocalyptique sur un futur très proche où toutes les femmes enceintes sont condamnées à mourir.

12. Patrick McGuinness, The Last Hundred Days: La vie d'un étudiant anglais durant les cent derniers jours de la dictature des Ceausescu en Roumanie. 

13. D.J. Taylor, Derby Day: Un autre roman victorien autour du monde des courses hippiques. 

Les favoris chez les bookmakers sont pour le moment 1) Alan Hollinghurst (4/1); 2) Julian Barnes (6/1); 3) Carol Birch (8/1); and 4) D.J. Taylor (8/1). En terme de vente sur Amaz*n.co.uk, Julian Barnes se place en tête de liste (à la 21ème place des ventes, après la liste infinie des méthodes Dukan, sigh!), suivi d'Alan Hollinghurst à la 51ème place et Sebastian Barry à la 74ème place. 

Pour ma part, je suis très très tentée par Jamrach's Menagerie de Carol Birch, The Testament of Jessie Lamb de Jane Roger et Derby Day de D.J. Taylor. 

Et vous, des ajouts à vos LAL/PAL en perspective?

La shortlist des six finalistes sera annoncée le 6 septembre. J'essaierai d'être bien au rendez-vous cette fois. 

vendredi 5 août 2011

Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas .... ou pas!

Aujourd'hui, j'étais sensée publier un billet sur Vingt ans après d'Alexandre Dumas en lecture commune avec Belledenuit, A Girl from Earth et Calliope. Et là, c'était franchement très très optimiste de ma part vu que je n'avais toujours pas lu Les Trois Mousquetaires. Par précaution, j'avais annoncé que je me contenterais peut-être de ce premier opus mais même là....

Alors je vous rassure, je suis bien décidée à lire Dumas. D'ailleurs, j'ai bien commencé Les Trois Mousquetaires et j'en suis même à la moitié du livre. Je suis, bien sûr, sous le charme de Porthos, d'Aramis, de d'Artagnan et (surtout ;-)) d'Athos mais ma lecture est fortement ralentie pour deux raisons:

Tout d'abord, en parlant à mon cousin de cette lecture, il m'a proposé d'échanger mon exemplaire poche contre l'exemplaire de notre grand-mère qu'il avait gardé chez lui. Du coup, je lis ce livre avec encore plus d'émotion mais la reliure en cuir et le poids du livre fait que ce n'est plus franchement très pratique de transbahuter mes mousquetaires partout avec moi. J'ai même une très grande envie de m'acheter une liseuse là (recommandations bienvenues). 

De manière plus générale, j'ai commencé cette semaine mon nouveau job. Je suis super excitée car c'est enfin un emploi dans mon domaine de prédilection (l'environnement), que le job est passionnant, motivant, inspirant, enrichissant et j'en passe... MAIS il y a beaucoup plus de responsabilités, beaucoup plus d'heures de travail et donc beaucoup moins de temps à consacrer à la lecture et à ce blog. 

Tout ça pour dire que je ne vous quitte pas (je suis bien trop accro de toutes façons), mais j'aurai probablement moins de temps pour passer chez vous. 

J'arrête de vous raconter ma vie (pour justifier une fois encore d'avoir loupé la date d'une LC, hum hum). Je vous parle bien évidemment très vite de Dumas, de Susan Fletcher, de John Donne et de pleins d'autres.