mardi 21 février 2012

La Guerre d'Algérie d'Yves Courrière et Philippe Monnier (DVD)


Pour: tout le monde; on entend si peu parler de cette période de l'histoire

A l'occasion de la commémoration, le 19 mars 2012, des 50 ans de la fin de la guerre d'Algérie, les éditions Montparnasse ont décidé de rééditer ce documentaire, réalisé en 1972 par Yves Courrière et Philippe Monnier. La Guerre d'Algérie revient ainsi sur les grandes dates et événements de ce conflit, des premières attaques de novembre 1954 à l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962. A l'époque de sa sortie, ce documentaire avait fait sensation et était considéré comme le premier récit objectif et égalitaire sur cette guerre qui a tant divisé l'opinion publique.

Commençons par un aveu: malgré une passion pour l'histoire contemporaine et particulièrement l'histoire des conflits (et oui, chacun ses intérêts bizarres, que voulez-vous, je trouve passionnant de comprendre comment on en arrive à commettre de telles folies), je suis une vraie nouille quand il s'agit de la guerre d'Algérie. J'ai donc sauté sur l'occasion de découvrir ce DVD, espérant reboucher un peu ces lacunes. 

J'ai tout d'abord eu des difficultés à entrer dans le film. Une fois encore, La Guerre d'Algérie date des années 70, et force est de constater que le documentaire historique a beaucoup évolué depuis. Yves Courrière et Philippe Monnier offrent très peu d'explications aux images et on débute directement avec les premières attaques de 1954, sans réelle mise en contexte. J'ai même parfois eu de la peine à identifier les intervenants vu que leur nom n'est pas toujours mentionné ou affiché. Alors bien sûr, en 1972, ces faits étaient encore frais et les personnages connus, mais en 2012, pour une suissesse née plus de 20 ans après la fin de cette guerre, tout cela parait moins évident. 

Heureusement, après quelques recherches annexes et un petit effort de concentration, j'ai éteint ma télévision avec l'impression d'avoir enfin des éléments de compréhension, une chronologie et surtout des images à mettre sur ce conflit. Yves Courrière et Philippe Monnier ont réuni une belle collection d'archives, provenant des différentes parties au conflit. Dans l'interview d'Yves Courrière, inclus dans le DVD, on apprend que le manque de contexte qui m'a gênée était en partie un choix délibéré: le but était de limiter l'interprétation historique et les commentaires subjectifs pour ne privilégier que les images et les mots prononcés à l'époque. Une approche que je comprends au final, si on se replace dans les années 70, encore très marquées par les tabous de l'époque. 

En plus du film La Guerre d'Algérie, cette nouvelle édition comprend également quatre entretiens avec des historiens spécialistes de la guerre d'Algérie (Benjamin Stora et Georges Fleury) et les militants Raoul Girardet (OAS) et Pierre Vidal-Naquet (Comité Audin). C'est cependant le documentaire de Jean-Charles Deniau sur le sort des Harkis, ces algériens musulmans engagés aux côtés de la France, qui m'a le plus touchée. J'ai trouvé le choix d'adopter le point de vue des enfants des Harkis et de traiter l'influence qu'a eu l'engagement de leurs parents sur la construction de leur identité vraiment judicieux et émouvant.

Un DVD complet offrant 2h30 d'images d'archives qui donnent un très bon aperçu des événements principaux de la guerre d'Algérie mais peu d'analyse ou d'interprétation. On en ressort des images et des ambiances de l'époque pleines la tête, et avide d'aller plus loin (pourquoi pas avec le livre d'Yves Courrière qui a précédé ce film). De très bons bonus également, dont le documentaire de 52 min sur les Harkis, plus "moderne" dans sa construction, et qui justifie en lui-même de s'intéresser de plus près à ce DVD. 

Depuis les premières attaques de novembre 1954 à l'indépendance de l'Algérie en 1962, ce film raconte et décrypte le conflit algérien dans la plus stricte vérité historique. Les auteurs se sont attachés à comprendre les différentes parties de ce conflit: insurgés, Pieds Noirs, militaires de carrière et appelés du contingent, Harkis et les populations civiles. Avec des témoignages et des archives issues des deux camps, ce film permet d'effacer les passions pur laisser place à l'Histoire. 

Après avoir été le plus jeune Lauréat du Prix Albert Londres pour son travail en Algérie, Yves Courrière réalise avec Philippe Monnier le film documentaire de référence sur la guerre d'Algérie, un film pour regarder l'Histoire en face. 

Je remercie les éditions Montparnasse pour l'envoi de ce DVD et Sarah pour sa patience. 

COURRIERE Yves et MONNIER Philippe, La Guerre d'Algérie, produit par Jacques Perrin et Jacques Barratier, raconté par Bruno Cremer, éditions Montparnasse, janvier 2012, 5h07. 

samedi 11 février 2012

Les Voleurs de Manhattan d'Adam Langer

Pour ceux qui aiment: Survivre avec les loups de Misha Defonseca ;-)

Que faire quand on est un jeune auteur new-yorkais avec un certain talent mais qu'on écrit des nouvelles plates, inspirées d'une vie tout aussi peu trépidante? Résigné, Ian Minot travaille dans un café en assistant avec envie au succès de sa petite amie roumaine, auteur d'un récit autobiographique bouleversant que les éditeurs s'arrachent. Quand un homme mystérieux lui propose de participer à une énorme arnaque littéraire pour se faire un nom dans le milieu, Ian Minot va devoir choisir entre un futur d'auteur à succès et son intégrité d'écrivain. Et si au final, l'"arnaqué" n'était pas celui que l'on pensait?

Adam Langer emmène son lecteur dans les coulisses de l'édition new-yorkaise et je dois dire que ce n'est pas beau à voir: la fausse auto-biographie de Blade Markham, un bad boy qui ponctue toutes ses phrases d'un "yo" est numéro 1 des ventes et les éditeurs préfèrent publier des livres de régime et biographies de célébrités de seconde zone plutôt que le roman d'un jeune auteur, jugé trop risqué pour un trop faible tirage. Déprimant vous dites? Et pourtant, j'ai adoré plonger dans ce milieu de requins, découvrir l'envers du décors peuplé d'agents littéraires odieux et de journalistes crédules, où les droits d'édition se négocient aux enchères et où les critiques littéraires s'écrivent entre amis autour d'un verre. 

Les Voleurs de Manhattan est également bourré de références littéraires qui enchanteront tous les amoureux de livres, des noms d'auteurs détournés en noms communs, aux indices inspirés de la classification Dewey. J'ai beaucoup aimé ces petits clins d'oeils et j'ai même regretté de ne pas connaître suffisamment la scène littéraire new-yorkaise car je pense avoir loupé plusieurs similitudes amusantes. 

Difficile de vous en dire plus sur ce livre sans en dire trop sur l'intrigue. Sachez que j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman d'Adam Langer. Un récit mêlant amour de la littérature, milieu de l'édition et aventures avec un joli sens de la dérision et une bonne dose de cynisme. Une belle anthologie des scandales de la littérature à travers un roman léger et jouissif. N'hésitez plus!

Jusqu'où un jeune auteur ira-t-il pour être publié ? Fatigué d'être le laissé-pour-compte des soirées littéraires new-yorkaises, rêvant de la rencontre qui lancerait enfin sa carrière, Ian Minot est prêt à renoncer à tous ses principes. "Pour publier, il faut d'abord être connu", lui annonce Roth, ex-éditeur désabusé qui l'entraîne dans une arnaque littéraire de haute volée. A quatre mains, ils deviennent les auteurs d'une pseudo-autobiographie où il est question de bibliothèque incendiée, de voleurs de manuscrits rares et de l'unique exemplaire du Dit du Genji. Mais jamais Ian n'aurait pu imaginer que s'approprier ce récit le ferait plonger dans un monde où faux-semblants et vrais voyous le transformeraient en héros de série noire. 
Les Voleurs de Manhattan est un véritable page turner où fiction et réalité s'entremêlent. Adam Langer livre le portrait plein d'esprit d'une société superficielle et d'un monde décadent d'éditeurs qui ne savent plus à quel auteur se vouer.

Adam Langer est né en 1967 à Chicago. Ancien journaliste et directeur de théâtre, il est l'auteur de plusieurs pièces et de cinq livres. Publié en 2010 aux Etats-Unis, Les Voleurs de Manhattan est son quatrième roman. Il vit aujourd'hui à New York.

Un grand merci à News Book et aux éditions Gallmeister pour l'envoi de ce livre. 

LANGER Adam, Les Voleurs de Manhattan, ed. Gallmeister, coll. Americana, février 2012, 253p., traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Laura Derajinski
LANGER Adam, The Thieves of Manhattan, ed. Spieger and Grau, juillet 2010, 259p. 

P.S. Argh mais pourquoi un des chapitres est nommé d'après le roman d'Aron Ralston? Adam Langer sait-il quelque chose que j'ignore?