lundi 11 juin 2012

Tokyo Ghost: Tome 1 et 2 de Nicolas Jarry, Djief et Joëlle Comtois

Eiko, jeune étudiante de Tokyo, se retrouve par malchance au milieu d'un règlement de compte entre yakusas. Touchée d'une balle perdue, elle meurt dans les bras de son petit ami. Dès cet instant, sa soeur jumelle, May, va être reliée à un monde peuplés d'esprits tourmentés, dans lequel elle va devoir plonger pour offrir le repos à sa soeur décédée. 

Lors d'une soirée babysitting chez ma soeur et mon beau-frère, grands amateurs de BD, j'en ai profité pour piocher dans leur collection. Le choix de Tokyo Ghost est à vrai dire un peu étrange, quand on sait à quel point je peine à connecter avec l'univers japonnais. Mais voilà, je n'avais jamais entendu parler de cette BD et le titre m'intriguait. 

Tokyo Ghost nous plonge dans une ville écartelée entre modernité et tradition, une vision qui selon moi représente bien la société japonaise actuelle. D'un autre côté, Tokyo Ghost collectionne justement tous les clichés japonais, avec yakusas, légendes shinto et monstres d'inspiration manga, tout en restant dans une intrigue plutôt superficielle.

copyright Djief
Peut-être faut-il mieux connaitre les légendes japonaises pour vraiment apprécier cette BD. Pour ma part, cette histoire de cité mangeuse d'âmes, d'oracle, de gros ver rose et de câbles surgissant m'a moyennement convaincue. Le dessin de Djief m'a cependant séduite, et j'ai aimé le contraste entre le gris de la cité comparé aux couleurs plus chaudes d'un monde de légende, ainsi que les personnages typés japonais. 

Au final, rien de vraiment mauvais dans cette série en deux tomes, mais une impression d'avoir survolé le tout. Les auteurs semblent courir après leur intrigue sans pouvoir la maîtriser ou avoir vraiment l'occasion de la développer. Tokyo Ghost se lit sans déplaisir mais je suis quand même restée sur ma faim. 


P.s. Certains billets parlent de nombreuses références à d'autres auteurs et séries. Je ne m'y connais pas suffisamment pour avoir percuté, mais je serais curieuse de connaître l'avis d'"experts" ;-). 


Tokyo, une mégalopole écartelée entre ses traditions et la modernité, entre la lumière et l’obscurité… 
May s'apprête à passer ses examens, lorsque survient un phénomène étrange: la télévision s'allume toute seule et diffuse les images de sa soeur, Eiko, prise dans une fusillade. May assiste, impuissante, à son agonie… Dans l’ombre, un mystérieux homme masqué, aux pouvoirs terrifiants, la poursuit jusque dans ses rêves. Qui est-il ? Elle l’apprendra de la bouche d’une vieille femme, une diseuse d’oracle : Tokyo s’éveille à la vie, et elle a faim... Gare aux âmes qui errent dans ses rues ! Mais l’âme d’Eiko lui a échappé, car elle était inextricablement liée à celle de May. Pour elle, commence alors une course folle pour sauver sa vie, et l’âme de sa soeur…


Le site de Djief, où vous pourrez trouver plusieurs planches et dessins. 

Tokyo Ghost (Tome 1): Le berger des âmes, scénario: JARRY Nicolas, dessin: DJIEF, couleurs: COMTOIS Joëlle, ed. Soleil Productions, coll. Soleil Levant, juin 2006, 47p. 

Tokyo Ghost (Tome 2): Edo, octobre 2006, 50p. 

dimanche 10 juin 2012

Cherche participants: Etude sur les usages de lecture et pratique d’achat de livres numériques en France

Parce que je trime moi-même en ce moment pour trouver des participants à mon étude de fin de Master, je relaie ici un appel reçu il y a quelques mois mais qui reste d'actualité. Les initiateurs de cette étude cherchent en effet encore quelques participants. N'hésitez donc pas si vous avez un petit moment (l'entretien dure environ 1 heure), il est souvent très difficile de trouver des volontaires pour ces recherches alors que le résultat est intéressant pour tout le monde...


Etude sur les Usages de lecture et pratique d’achat de livres numériques en
France

Bonjour,

Le MOTif, observatoire du livre et de l’écrit (Conseil régional
d’Ile-de-France), et le Médialab, laboratoire de recherche (Sciences Po.
Paris), se sont associés pour mener à bien une étude portant sur les usages du
livre numérique.

Quelles sont vos habitudes de lecture numérique ? Quels types de livres et sur
quels appareils lisez-vous ? Quels sont vos critères de recherche, de
sélection et d'achat ? Quelles contraintes rencontrez-vous lors de la navigation sur les
sites marchands de livres numériques ? Comment gérez-vous votre bibliothèque
personnelle ? Quelles sont les différences avec vos pratiques de lecture
papier ? etc. : nombreuses sont les questions que se posent aujourd'hui les
auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires et auxquelles le MOTif et le
Médialab tentent d’apporter des réponses.


Afin de mener à bien cette étude, nous souhaitons interviewer des personnes
ayant déjà une pratique de lecture de livre numérique (toutes modalités
confondues : achat à l’unité, par abonnement, location, streaming, etc., sur
divers appareils, liseuse, tablette etc.).


Accepteriez-vous de nous rencontrer pour nous faire part de vos habitudes de
lecture et d'achat de livres numériques ? L’entretien (durée d'une heure
environ, face à vos appareils de lecture usuels) se déroulera dans un lieu et
à un moment à votre convenance. Les données de l'étude seront entièrement
anonymisées et ne feront en aucun cas l'objet d'un archivage ou d'une
exploitation commerciale par qui que ce soit ; elles ne seront transmises à
aucun tiers.

Si vous êtes d'accord pour participer, vous pouvez contacter Maxime Crépel
(chargé de recherche au Médialab ) par téléphone (06.20.90.34.30) ou par mail
(maxime.crepel@sciences-po.org) ou Audrey Lohard (chargée de recherche au
Médialab) par téléphone (06.80.44.20.69) ou par mail
(audrey.lohard@sciences-po.fr)

Nous vous remercions par avance pour votre participation à cette étude.


Le MOTif et Le Médialab

http://medialab.sciences-po.fr/
http://www.lemotif.fr/

samedi 2 juin 2012

Jonathan Strange and Mr Norrell de Susanna Clarke


Pour ceux qui aiment : les atmosphères dickensiennes

York, 1806: La pratique de la magie a été abandonnée depuis plusieurs siècles et les sociétés de magiciens se cantonnent à l’étude des heures de gloire de la magie anglaise. Jusqu'au jour où Norrell, un personnage étrange à qui les rumeurs attribuent une fabuleuse bibliothèque de livres magiques, déclare vouloir faire revivre la magie et propose de mettre ses talents de magicien au service de la nation. La renommée de Norrell va aller grandissante et son arrivée à Londres attire très vite une foule de curieux, ainsi que le gouvernement, en proie à des difficultés dans sa lutte contre l’armée napoléonienne. 

Au sommet de sa gloire, Norrell va voir avec méfiance l’apparition d’un autre magicien, Jonathan Strange, un jeune gentleman qu’il décide de prendre comme pupille. Mais l'entente entre les deux plus grands magiciens de l'époque peut-elle perdurer quand l'élève dépasse le maître?

Dans la vague de livres sur la magie qui ont suivi le succès de la série des Harry Potter, Jonathan Strange and Mr Norrell se distingue en étant clairement destiné à un public adulte. L'intrigue du livre est en effet beaucoup plus noire, mêlant politique, histoire et guerres napoléoniennes, et les personnages beaucoup plus sournois et complexes qu'Harry, Ron et Co.  

Il n'y a pas de vrais héros dans le roman de Susanna Clarke: les méchants de l’histoire sont aussi fidèles en amitié que cruels avec leurs ennemis; Norrell est un personnage égoïste, imbu de lui-même, déplaisant et exaspérant, alors que Jonathan Strange avance tête baissée sans vraiment réfléchir et a un sens éthique parfois un peu limité. De Lady Pole qui aurait pu être une pauvre et belle victime mais qui s’avère au final pleine de ressentiments et aigrie, à Segundus, pas totalement désintéressé, je n’ai trouvé aucune facilité de la part de l’auteur, qui tisse les fils de ses personnages complexes avec un réel talent.

Susanna Clarke réussit également à recréer un univers, à la manière de Tolkien ou de Rowling (toujours elle). En lisant Jonathan Strange and Mr. Norrell, le lecteur plonge dans une Angleterre où la magie est une partie intégrante de l’histoire du pays. J’ai beaucoup aimé cette uchronie et les notes de bas de pages qui nous font vraiment « croire » à cette histoire nationale alternative. Si les débuts sont un peu durs, on entre très vite dans cet univers auquel j’ai, pour ma part, complètement adhéré. Par contre, pas sûre que les britanniques apprécient de savoir qu'ils ont gagné la guerre contre Napoléon grâce à un magicien... 

J’ai donc beaucoup aimé la première partie de ce livre et j’ai même dévoré les 400 premières pages. Mais le souffle est ensuite retombé : j’ai trouvé le milieu du livre vraiment lent et long, les gué-guerres répétées entre Norrell et Strange sans réel intérêt, la partie sur Lady Pole interminable et la visite de Strange à Venise un peu longuette. Bref, j’aurais volontiers sabré quelques dizaines (voire centaines) de pages. Il aura fallu les 100 dernières pages pour que la sauce reprenne, même si la fin m’a semblé un peu plate. 

Un univers qui m’a vraiment absorbée et dont j’ai beaucoup aimé le côté complexe, très construit, et les personnages loin des stéréotypes Disney. Un style volontairement classique mais très réussi. Mon seul regret reste les longueurs de mi-parcours qui ont vraiment ralenti ma lecture. Le tout n’est pas très dynamique mais reste cependant très plaisant. 

Centuries ago, when magic still existed in England, the greatest magician of all was the Raven King, a human child brought up by fairies. Now at the beginning of the nineteenth century, he is barely more than a legend, and England, with its mad King and its dashing poets, no longer believes in practical magic. 

Then the reclusive Mr Norrell of Hurtfew Abbey appears and news spreads of the return of magic to England. Persuaded that he must help the government in the war against Napoleon, Mr Norrell goes to London where he meets a brilliant young magician, Jonathan Strange. Together they dazzle the country with their feats. But the partnership soon turns to rivalry. (...)

Elegant, witty and utterly compelling, Jonathan Strange and Mr Norrell creates a past world of great mystery and beauty that will hold the reader in thrall until last page. 

CLARKE Susanna, Jonathan Strange and Mr Norrell, ed. Bloomsbury, Septembre 2004, 782p. 

Une édition avec des illustrations très sympas au fil des pages par Portia Rosenberg.