mercredi 28 août 2013

Rentrée en tags


C’était presque devenu sans espoir… et pourtant, je me suis enfin attelée à la tâche des trois tags qui trainent dans mes brouillons depuis ce printemps. Alors oui, c’est peut-être parce que j’ai la flemme d’écrire mon billet sur Le Polygame Solitaire de Brady Udall, mais, tout de même, je marque cette date d’une pierre blanche. Il faut dire aussi que ma boule de poils canine est en mauvaise forme, que je cours les vétérinaires (et les nettoyeurs de tapis, hum hum, no comment) et n'ai donc pas franchement la tête à la lecture. Mais ne vous inquiétez pas, j'avance quand même dans ma découverte de la rentrée et je reviens très vite avec mes premiers billets. 

Bref, place aux tags:

Mission taguesque 1 : Le tag des 11 
Commanditaire tagueuse : Philisine Cave
Objectif: répondre à 11 questions
Atteint : avec 5 mois de retard

1/ A tout seigneur tout honneur, commençons par le commencement : quel est votre dernier livre coup de coeur (ça peut servir) ?

Gone with the wind (Autant en emporte le vent) de Margaret Mitchell, un classique pour lequel j’avais plein d’a priori… qui ont tous volé aux éclats durant ma lecture. Vraiment une belle découverte !

2/ Et le dernier qui vous est tombé des mains (idem) ?

Déluge d’Henry Bauchau. Je n’ai vraiment, mais alors vraiment pas accroché à l’univers de l’auteur. J’ai dû me forcer à le finir… et quelques mois plus tard, je ne me souviens à peine de l’histoire. Une rencontre complètement ratée. On passe au suivant !


3/ Quel est votre personnage de fiction incontournable inoubliable ?

Pfiou, il y en a tellement. Scarlett O’Hara et Rhett Butler dans mes lectures récentes, mais aussi Thomas Cromwell dans Wolf Hall d’Hilary Mantel, Mamah Borthwick dans Loving Frank, la mère de Romain Gary dans La Promesse de l’aube, Cyrano de Bergerac, Novecento d’Alessandro Baricco, etc, etc.   

4/ Que vous évoquent les contes de Canterbury ? Ceux qui l'ont lu ont-ils souffert ?

Les lectures attrape-touriste à Canterbury. Mister Z étudiait dans cette ville, donc j’y ai passé pas mal de temps, sans jamais lire les contes ou assister à une des lectures. Une erreur ?

5/ Salé ou sucré ?

Sucré, sans hésitation ! 

6/ Biscuits ou bonbons ?

Biscuits

7/ Ovin ou caprin (justifiez vos réponses que diable) ?
Ah mais moi madame, je suis pas raciste, je les aime toutes ces bêtes. 

8/ Où étiez-vous le 13 mars 2013 vers 20H30 ?

Ahem, raison pour laquelle il ne faudrait pas attendre 5 mois pour répondre à un tag… Je dirais à la maison en train de cuisiner…

9/ Y a-t-il de la vie sur Mars ?

L’astronomie et moi, ça fait deux. Repérer la Grande Ours, c’est déjà tout une histoire alors me prononcer sur la vie sur Mars…

10/ Connaissez-vous la réponse à la grande question de la vie, de l'univers et du reste ? Et la question sommes-nous seuls sur Terre ? 
Voire réponse à question 9. Je rajoute que la philosophie et moi, ça fait également deux alors la grande question de la vie... 

11/ Si vous étiez un super-héros ou une super-héroïne, comment serait votre costume ?
Surtout pas en lycra ;-) 



Mission taguesque 2 et 3 : Liebster award 
Commanditaires tagueuses : Philisine Cave et A Girl from Earth
Objectif: Partager 11 faits sur moi et répondre aux 11 questions de mes tagueuses
Atteint : avec 4 mois de retard


11 bizarreries sur ma petite personne : 

1) Je suis la benjamine de la famille et apparemment ça se devine très vite (allez savoir pourquoi ;-))
2) Cavalière depuis bientôt 20 ans, il suffit que je rentre dans une écurie pour tomber raide dingue du cheval le plus stupide et dangereux de tout le groupe. 
3) Je suis une fana de listes et de post-it. D’ailleurs ma liste de billets en attente devient assez phénoménale !
4) J’aime le Prosecco mais pas le champagne (allez comprendre !)
5) Je suis une handicapée des smartphones et je me balade toujours avec mon Nokia-nosaure pourri, avec écran couleur tout de même. 
6) J’écris en italique mais penché sur la gauche.
7) J’ai la hantise des vaches mais trouve qu’elles ont de beaux yeux.
8) Je sais à peine me servir d’un fer à repasser. Heureusement, Mister Z a été en internat et il est bien "drillé".
9) Je suis une addict des myrtilles, des aubergines et du chocolat (pas en même temps, évidemment).
10) J’adore la marque d’habits Sessun
11) Je suis fan de Queen et peux écouter à tue-tête leurs albums over and over. Don't stop me noooow!!!

Les 11 questions de Philisine (pas facile facile !)

1- Si tu étais un mot ? Compliquée
   
2- Si tu étais un événement ? Le jour triomphant où je réussirai à vaincre ma PAL
   
3- Si tu étais une image ? Whistlejacket de Stubbs. J'adore ce tableau qui dénote complètement avec l'oeuvre de Stubbs et les autres tableaux de l’époque. A côté de lui, dans la salle de la National Gallery de Londres, les Turner et autres chef d’œuvres passent presque inaperçus. 
 
4- Si tu étais une fleur ? Le coquelicot
  
5- Si tu étais un mensonge ? La petitesse de ma PAL, d’une taille tout à fait gérable à échelle d’une vie humaine
   
6- Si tu étais un pays ? La Suisse, diverse et pleine de contradictions    
7- Si tu étais une idée ? J’espère qu’elle serait simple à appliquer mais qu’elle pourrait changer le monde. 
   
8- Si tu étais un texte ? Wildlife de Richard Leakey, un texte qui m’a beaucoup influencée.
   
9 - Si tu étais un objet ? Un oreiller, pour pouvoir passer ma journée au lit, j’en ai bien besoin en ce moment.
 
10- Qui t'a donné l'envie de bloguer ? Babelio. J’ai commencé à écrire des critiques sur le site et j’ai très vite eu envie de créer mon propre espace pour pouvoir bla-blater sur mes lectures et pouvoir mieux échanger avec d’autres lecteurs. 
 
11-Quelle empreinte veux-tu laisser ? L’impression d’avoir profité de la vie et d’avoir donné un maximum à ma famille, mes amis et pour une cause qui me tient à cœur. 

Les 11 questions de A Girl from earth :

Que me recommanderais-tu (un seul titre par catégorie) en : (réponses avec les goûts et lectures de ma tagueuse en tête). 

1. roman français ? Je dirais Romain Gary ou Zola, mais je sais que ma tagueuse est déjà convaincue par ces deux auteurs. Alors je dirais peut-être Muriel Barbery; j’avais bien aimé L’élégance du hérisson, premier roman commenté sur mon blog, et je pense que son ambiance pourrait plaire à A Girl.

2. roman étranger ? Disgrace de Coetzee, à lire ABSOLUMENT ! 

3. BD, manga, manhwa, comics ? Allez pourquoi pas, Fraise et chocolat d'Aurélia Aurita pour tenter un autre registre.

4. non-fiction ? Je me répète mais, Wildlife de Leakey, un parcours de vie qui m’a beaucoup impressionnée et qui, je pense, peut interpeller beaucoup de lecteurs. 

5. roman historique ? Cette nuit la liberté de Dominique Lapierre, que j’avais lu adolescente. Je l'avais trouvé bien foutu, très lisible et j'aime le procédé de la petite histoire dans la grande (la séparation de l'Inde et du Pakistan dans ce cas). 

6. thriller ? Pour ne pas être originale, la trilogie Millénium. J’ai attendu longtemps avant de la lire mais au final, je ne regrette pas ma lecture … et je peux enfin en parler en connaissance de cause. 

7. science-fiction ? Euh, je crois que je suis plus preneuse que donneuse de conseils dans cette section.

8. classique ? Je ne peux m’empêcher d’insister pour que A Girl lise G&P ;-)

9. Peux-tu me donner une recette simplississime de plat principal ? Tarte épinard-chèvre: prendre une pâte à gâteaux, répartir les épinards frais (lavés et égouttés), répartir du fromage de chèvre frais et des petites tomates cerises pour la décoration, un peu de crème, 1-2 oeufs et assaisonnement et on met le tout au four pour 30-40 minutes.

10. D'une entrée ? Une salade de feta, menthe et pastèque, un peu d’huile d’olive et le tour est joué, parfait pour l’été.

11. Et celle d'un dessert ? Faire revenir dans un peu de miel des figues coupées en deux et servir avec de la glace vanille.  

Je précise que je suis une quiche en cuisine et que mes conseils devraient donc être pris avec des pincettes. Je fais enrager mon homme car je ne respecte jamais les recettes, et je serais bien incapable de donner des quantités et des détails précis pour les recettes mentionnées ici. La cuisine, c'est une question d'instinct (et de plats cramés et ratés) ;-)

Comme tout le monde a répondu à ces tags depuis 5 mois, je ne vais pas relancer une ronde, mais si le coeur vous en dit.... Sur ce, j'en retourne à mes lectures et reviens vite avec entre autres: Les perroquets de la place d'Arezzo d'Eric-Emmanuel Schmitt, Le jour où les skateboards seront gratuits de Saïd Sayrafiezadeh, Ce sera ma vie parfaite de Camille de Villeneuve, Dans la lumière de Barbara Kingsolver, etc.

mercredi 7 août 2013

Gone with the wind (Autant en emporte le vent) de Margaret Mitchell


Pour ceux qui aiment : Un mélange entre La couleur des sentiments de Kathryn Stockett et Angélique, marquise des anges d'Anne et Serge Golon avec une bonne dose d'histoire américaine


Dans l’Etat de Géorgie, en 1861, Scarlett O’Hara, jeune adolescente de 16 ans au caractère de feu, vit des jours paisibles sur la plantation de coton familiale, le domaine de Tara. Entourée de son père d’origine irlandaise, le respecté Gerald O’Hara, de sa mère, la douce Ellen, et de ses deux sœurs, mais surtout d’une importante cour de prétendants, Scarlett ne rêve cependant qu’à une chose : que le mystérieux Ashley Wilkies la demande enfin en mariage. Quand les fiançailles de ce dernier avec sa cousine et longue-promise, Melanie Hamilton, sont annoncées, Scarlett décide de tout faire pour empêcher cette alliance. Et rien, mêmes les premières mobilisations de l’Armée confédérée et les rumeurs d’un proche conflit contre les états du Nord ne pourrait l’arrêter. 

Inutile de résumer plus loin l’intrigue de ce roman archi-connue de tous : les jeux de chat et de la souris de Scarlett et Rhett Butler, la tragédie de la Guerre de Sécession, les crises de Scarlett, la libération des esclaves, etc. Gone with the wind est devenu un classique en moins de 50 ans, aidé par le film de 1939 aux dix oscars qui a rendu accessible à tous un pavé de plus de 1000 pages. 

Comme tout le monde, je pensais connaitre l’histoire de Gone with the wind. J’ai vu plusieurs passages du film, sans jamais tenir jusqu'à la fin. Je n’avais cependant jamais lu le livre jusqu’à ce qu’une envie soudaine de découvrir ce roman me prenne en début d’année. Et j’en ressors surprise, éblouie, complètement addict et amoureuse, oui oui !

Il n’a pas fallu longtemps pour que je me rende compte qu’en fait je ne connaissais rien aux aventures de Scarlett (pour dire, je ne savais même pas qu’elle était mariée). Je m’imaginais un livre gnan gnan sur les amours d’une ado capricieuse et d’un homme à la vilaine moustache. Et j’ai découvert une fresque historique épique, des réflexions et des thèmes bien plus profonds que celui d’une simple amourette, une liste de phrases et de passages cultes que je pourrais relire à l'envi, des personnages inoubliables, et un style qui m’a emportée sans jamais m’ennuyer au fil des 1000 pages de ce roman.  

Première surprise : le livre est loin de tourner uniquement autour de Scarlett et Rhett, ce dernier faisant des apparitions assez espacées au final (trop espacées d’ailleurs à mon goût. Ahhh quel bad boy ;-)). Gone with the wind est plus le récit initiatique de Scarlett, qui au fil des obstacles et des années, loin de s’assagir, devient au contraire plus forte et déterminée. J’ai adoré détester ce personnage, à la fois tellement naïve, égoïste et bornée mais aussi courageuse et pleine d’entrain. Tout au long du roman, on a envie de lui crier d’ouvrir les yeux et d’enfin arrêter de se focaliser sur ses rêves de petite fille gâtée, mais on ne peut s'empêcher en même temps de la trouver "irritablement" attachante.  

Mais ce n'est pas tout! Pour entourer Scarlett et Rhett, Margaret Mitchell a réussi à créer une série impressionnante de personnages, fort bien construits et tout aussi mémorables, qui m’accompagnent encore plusieurs semaines après la fin de ma lecture. J’ai aimé également plonger dans cette mentalité du sud, en apprendre plus sur le siège d’Atlanta, la vie des civils pendant la Guerre de Sécession et sur les événements qui lui succédèrent pendant la Reconstruction et l’atmosphère qui régnait dans cette société sudiste dévastée et vaincue. Même la fin du roman, que je redoutais tant, m’a plu, même si le sort réservé à certains personnages a été dur à avaler… 

Bref, je n’ai qu’une envie à présent, enfin redonner sa chance au film et le découvrir en entier pour retrouver cette belle galerie de personnages et le souffle qui se dégage de ce roman. Si comme moi, vous n’avez jamais lu le livre et pensez tout savoir de l’intrigue, de toute façon trop fleur bleue pour vous, je n’ai qu’un seul conseil, dépassez vos a priori et LISEZ CE LIVRE !  

MITCHELL Margaret, Gone with the wind, ebook disponible sur le Projet Gutenberg, publié pour la première fois par Macmillan Publishers, juin 1936, 1037p.
MITCHELL Margaret, Autant en emporte le vent, ed. Gallimard (Folio en 3 volumes)