mardi 30 août 2016

Petites envies de la rentrée littéraire 2016

Vous l'avez sûrement remarqué, ce blog somnole un peu en ce moment: un mini-Z de bientôt 10 mois qui ne me laisse pas une minute, des week-ends chargés, une tonne de travail. Bref, je n'ai pas beaucoup de temps à consacrer au blog et je m'excuse d'ailleurs pour mon absence chez vous. Je reçois plein d'alertes de billets super tentants, que je n'arrive tout simplement plus à suivre.

Côté lecture, ma participation à un jury de l'essai dont je vous parlerai bientôt ne me facilite pas non plus la tâche. Tout l'été, j'ai lu des romans un peu (trop) intellos, des trucs sérieux quoi, et je dois dire que je me réjouis d'arriver au bout, lundi prochain, pour avoir enfin le temps d'attaquer la rentrée littéraire.

Voici donc mes premiers repérages parmi les 560 livres de cette rentrée, qui se complèteront sûrement une fois que j'aurai eu le temps de rattraper tous vos billets sur mon blogroll. Si vous avez des coups de coeur absolus, n'hésitez pas; partant avec une longueur de retard, j'ai besoin d'un bon défrichage ^_^



- La Valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia, ed. Albin Michel, 17 août 2016 (PALé): auteur que je n'ai pas encore lu malgré des titres plus attirants les uns que les autres. J'espère attaquer ma découverte avec cette nouvelle parution, pour enfin enchainer sur les autres par la suite?

- L'Homme au lion d'Henrietta Rose-Innes, ed. Zoe, septembre 2016: parce que j'avais beaucoup aimé Ninive

- Edmond (théâtre) d'Alexis Michalik, ed. Albin Michel, 1 septembre 2016: parce que j'ai adoré les deux pièces de l'auteur, Le porteur d'histoire et Le Cercle des illusionnistes et que l'attente va être longue pour cette nouvelle pièce jusqu'à sa tournée en Suisse

- La Trêve de Saïdeh Pakravan, ed Belfond, 25 août 2016 (PALé)

- M pour Mabel d'Helen MacDonald, ed. Fleuve, 25 août 2016 (PALé): dans ma PAL en vo depuis déjà bien trop longtemps

- La Vengeance des mères de Jim Fergus, ed. Cherche midi, 22 septembre 2016: pour un petit retour nostalgique vers mon adolescence et ma lecture de Mille femmes blanches

- Le bal mécanique de Yannick Grannec, ed. Anne Carrière, 25 août 2016 : dont le premier roman traine encore dans ma PAL, aie aie aie!

- The Girls d'Emma Cline, ed. Quai Voltaire, 25 août 2016: qui me tente a priori plus que California Girls de Simon Liberati... Mais je reste influencable ;-)

- Ada d'Antoine Bello, ed. Gallimard, 25 août 2016: encore un auteur qui traine dans ma PAL

- Anatomie d'un soldat d'Harry Parker, ed. Christian Bourgois, 25 août 2016: parce que je suis intriguée par la narration à partir d'objets

- Anna de Niccolo Ammaniti, ed. Grasset, 14 septembre 2016: à voir, pas encore complètement convaincue

- Anguille sous roche d'Ali Zamir, ed. Le Tripode, 1 septembre 2016: pour comprendre le buzz

- Station Eleven d'Emily St. John Mandel, ed. Payot et Rivage, août 2016

- Cartographie de l'oubli de Niels Labuzan, ed. JC Lattès, 24 août 2016

A tout moment la vie de Tom Malmquist, ed. Noir sur Blanc, 18 août 2016: malgré le sujet très glauque, un livre qui semble être traité avec beaucoup de justesse.

- Nous irons tous au paradis de Fannie Flagg, ed. Cherche Midi, 1 octobre 2016: parce que j'avais adoré le film Beignets de tomates vertes (sans avoir pourtant jamais lu le livre, peut-être faudrait-il que je me rattrape avant de lire cette suite???)

Voilà, n'hésitez pas à me donner des priorités, à me dire si je fais fausse route, à hurler votre amour pour votre chouchou etc etc etc. 


jeudi 11 août 2016

Blackout de John Lawton

Pour ceux qui aiment: Les aventures de James Bond de Ian Fleming

Printemps 1944: la vie à Londres se poursuit tant bien que mal, entre blackout et bombardements allemands. Nous sommes à quelques jours du grand débarquement et la ville est peuplée de militaires se préparant pour cette grande opération.
Frederick Troy, jeune inspecteur à Scotland Yard, tente de défendre la loi en ces temps exceptionnels. La guerre fauche des milliers de vies, mais Troy refuse de laisser des meurtres impunis. Un bras retrouvé par des enfants dans un quartier ravagé par les bombardements va très vite attiser sa curiosité... d'autant que le membre semble appartenir à un citoyen allemand.

Premier opus des aventures de l'inspecteur Frederik Troy, Blackout mélange tous les ingrédients du bon roman de divertissement: une enquête policière, des vilains espions, des personnages secondaires hauts en couleurs, un contexte historique passionnant et des conquêtes féminines jamesbondiennes [enfin j'espère que le côté décalé était voulu par l'auteur]. 

En fait plus roman d'espionnage que roman policier, cette première enquête de l'inspecteur Troy décrit de plus très bien le contexte de l'Angleterre en temps de guerre. A la suite de Troy, le lecteur découvre à la fois les abris du métro de la capitale où se réfugiaient les Londoniens, et les soirées festives organisées malgré la guerre et le rationnement. Le travail de l'auteur sur le style (lu en vo) et l'emploi d'expressions très "datés" participent également à nous plonger entièrement dans l'ambiance des années 40.  

Je ne suis généralement pas une adepte des séries policières, dont je trouve les héros souvent trop stéréotypés (j'ai nommé l'inspecteur alcoolo dépressif), mais j'ai ici beaucoup aimé le personnage créé par John Lawton. Troy est une jeune inspecteur, dont les origines bourgeoises et russes détonnent au sein de Scotland Yard. C'est un personnage intelligent et plein d'ironie, qui aurait pu être plus approfondi ici (comme tous les personnages d’ailleurs) mais qui est suffisamment intéressant et attachant pour qu'on ait justement envie de le retrouver dans d'autres aventures, histoire d'en apprendre davantage (objectif a priori réussi pour l'auteur donc.)

Malgré les quelques longueurs et incohérences, j'ai dans l'ensemble aimé cette lecture. L'intérêt du personnage de Troy et du contexte prennent au final le pas sur une intrigue une peu bancale. 

Le billet de Kathel sur le deuxième tome de la série m'a un peu refroidie, mais si je tombe dessus un jour, je tenterai probablement le coup.

Londres, 1944. La Luftwaffe donne son assaut final sur la capitale déjà exsangue et les Londoniens se précipitent dans les abris souterrains.
Au milieu du chaos, un bras coupé est exhumé par un groupe d'enfants jouant sur un site bombardé de l'East End.
Le sergent détective Frederick Troy, de Scotland Yard, parvient à relier cette découverte à la disparition d'un scientifique de l'Allemagne nazie. Il met au jour une chaîne de secrets menant tout droit au haut commandement des Alliés, et pénètre les mystères d'un monde corrompu, peuplé de réfugiés apatrides et d'agents secrets.

Livre lu dans le cadre du Blogoclub du 1 juin (et vous avez donc une idée du retard dans la publication de mes billets)

LAWTON John, Blackout, ed. Penguin, mai 1995, 416p.
LAWTON John, Black-out, ed. 10/18, avril 2015, 480p.