Articles

Leslie & Coco de Marie Demers

Image
C'est l'histoire de deux amies, deux jeunes femmes qui font leurs premiers pas dans la vie d'adulte. Il y a d'abord Leslie, sportive et perfectionniste, partie étudier à Montréal; et Colette, dite Coco, la bonne vivante, restée une année supplémentaire en Gaspésie, leur région d'origine. Les deux amies restent en contact grâce à un échange épistolaire, petit clin d'oeil rétro apprécié par ces deux grandes lectrices. Elles se racontent ainsi, au fil des mois, leur vie respective, les premiers amours, leurs déceptions et aspirations, avant de se retrouver au cours de l'été pour un séjour qui testera les limites de leur amitié. Leslie & Coco est une lecture sympathique que je classerais volontiers dans la catégorie 'young adult'. C'est frais et dynamique, mais sous ce vernis plein de paillettes, Marie Demers aborde assez finement des thématiques importantes et actuelles comme les désordres alimentaires, l'homosexualité ou encore la notion

Mille livres pour le reste de ma vie

Image
C'est loin d'être un scoop, l'année qui s'est achevée aura été pleine de défis et mes bilans livresques et bloguesques ne sont évidemment que la pointe de l'iceberg. Dans tous les cas, si 2020 nous aura appris une chose, c'est qu'on ne peut pas tout planifier et qu'un minuscule virus peut foirer les plans de la planète entière, une vérité moyennement facile à encaisser pour la fan absolue de listes et d'organisation que je suis. J'étais plus ou moins prête à m'y résoudre, à m'initier au bon vieux Carpe Diem , on verra bien ce qui s'en vient, quand je suis tombée sur le court documentaire de Max Joseph ' BOOKSTORES: How to Read More Books in the Golden Age of Content '. Et là, patatra, ma listoïte aiguë est repartie de plus belle. Car en plus de nous montrer des librairies magnifiques à travers le monde et donc de nous donner, ENCORE PLUS envie de voyager, Max Joseph et son interlocuteur Tim Urban nous invitent à un petit calcu

Chienne de Marie-Pier Lafontaine

Image
C'est l'histoire d'une enfance destructrice, entre un père sadique et une mère passive, ou même la solidarité fraternelle est reléguée pour des raisons de survie. C'est l'histoire d'une famille comme on aimerait jamais en lire, surtout quand l'étiquette 'autofiction' est accolée sur le quatrième de couverture. C'est de l'horreur à l'état pur, empaquetée dans 107 pages en mode dynamite.  Je n'aurais jamais ouvert ce livre sans ma participation aux Rendez-vous du 1er Roman . J'aurais peut-être même probablement abandonné ma lecture après 10 pages si je n'avais pas le club de lecture rattaché à l'événement en tête. J'ai rarement éprouvé autant de dégoût, autant de malaise à la lecture d'un livre où chaque page est une violence, un poing dans la figure qu'on se ramasse sans crier gars. J'aurais voulu refermer ce livre, mais je me serais alors sentie comme toutes les personnes qui ont préféré ignorer les bleus d

Nés de la nuit de Caroline Audibert

Image
C'est l'histoire d'un loup, qui naît, qui tète, qui grandit, qui chasse, qui voyage, qui s'accouple, qui meurt. C'est la vie d'un loup, racontée à travers ses yeux et ses sens. C'est plus largement l'histoire de la terre, de la forêt, de la montagne et de ses habitants.  Avis aux auteurs, mettez un loup sur une couverture et vous avez déjà une lectrice garantie, moi, même si vous écrivez des inepties. Et oui, je suis faible sur ce coup là, mais cette faiblesse vient par contre avec des attentes assez élevées par la suite et force est de constater qu'il y a énormément d'idioties écrites sur le sujet du loup. Que ce soit clair, les grands méchants loups, voraces et diaboliques m'exaspèrent tout autant que les majestueux symboles idéalisés de liberté. Bref pour la faire court, c'était loin d'être gagné pour Caroline Audibert et son premier roman, Nés de la nuit .  Choisir un narrateur animal, c'est un point de départ plutôt original

Bloganniversaire

Image
  Douze ans aujourd'hui pour ce blog. Les années passent et chaque 14 octobre je fais le souhait de journées de 48h afin de pouvoir lire et bloguer à ma guise. Un jour viendra... #keepondreaming