Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés) de Jane Austen


Je pense qu’il est presque inutile de résumer ce roman mais au cas où, si vous vous réveillez d’un sommeil profond de plusieurs siècles et que vous découvrez ce monument de la littérature :

Avoir cinq filles dans l’Angleterre du début du 19ème siècle, c’est être à la recherche constante de bons partis à qui les marier au plus vite. C’est la mission que s’est fixée Mrs. Bennet. Quand le domaine voisin de Netherfield est loué par un jeune héritier, Charles Bingley, elle y voit ainsi une aubaine inespérée. Mais la route vers un mariage prestigieux et longue et semée d’embûches. 

Et oui, j’ai dû attendre 2019 pour enfin découvrir ce roman. Cela peut paraître étrange mais plus jeune, j’ai plutôt dévoré les classiques français que anglais (à part Jane Eye, que j’avais adoré). Par la suite, j’ai tellement lu à son propos et vu à plusieurs reprises les adaptations de la BBC et de Joe Wright notamment, qu’une lecture me paraissait être sans surprise. 

Le Popsugar challenge et sa catégorie "5. Un livre avec au moins 1 million de notes sur Goodreads" m’a finalement encouragée à m’y mettre (et oui, ayant déjà lu Harry Potter, je n’avais pas non plus 36 milles choix). Et alors ?

Tout d’abord, surprise j’ai été au moins par le style de Jane Austen que j’ai trouvé plus complexe que ce à quoi je m’attendais. Cela reste un roman du 19ème siècle et mon cerveau fatigué a parfois dû relire quelques phrases de ma v.o. Pour le reste, j’ai bien sûr retrouvé le souffle romanesque et romantique auquel je m’attendais et les personnages mythiques auxquels j’étais déjà attachée. Malheureusement, ma lecture a été un peu gâchée, sachant exactement ce qui se passerait ensuite. Il faut préciser que je ne relis presque jamais un roman, même mes coups de cœur, ayant besoin de suspens, d’être emportée sur une route que je ne connais pas pour aimer un livre. 

Pour ce qui est de Pride and Prejudice, les différentes adaptations sont tellement fidèles au roman, parfois à la ligne de dialogue prêt, que j’avais l’impression de lire le scénario d’un film que je connais par cœur. Impossible de m’imaginer les personnages autrement que tels que dépeints dans les films (bon au moins j’avais le choix entre 2-3 acteurs pour chaque personnage) et tout me paraissait un peu ressassé. Pire, j'ai trouvé certaines scènes plus gnan-gnan, ce qui est bien sûr normal dans un livre vieux de plus de 200 ans par rapport à des adaptations mises aux goûts et aux normes du jour. J'ai trouvé Darcy moins mystérieux, plus mielleux, moins sexy quoi.... et même pas de chemise mouillée, quelle déception ;-)

Bref, je me rends compte que ce billet parle au final moins de la qualité de ce roman, qui est à mon sens indéniable (quel souffle, quel panache, quels personnages, quelle belle peinture de la société et des convenances de l'époque, quelle belle ode au mariage d’amour !!!) que du dilemme de lire un roman après avoir vu son adaptation. Si on est généralement déçue en regardant un film adapté d’un livre qu’on a aimé (trop simpliste, des scènes coupées, des acteurs qui ne collent pas à l’image qu’on en avait, etc.), j’ai peu d’exemples où j’ai été satisfaite du chemin inverse. Une fois l’image d’un film en tête, je trouve qu’une lecture est comme partielle : on imagine moins, on se laisse moins emporter, on lit juste pour arriver à la scène qu’on a aimée, et cela surtout si le réalisateur a voulu coller au mieux au roman. Pour comparaison, la lecture de The Handmaid’s Tale, dont j’espère vous parler bientôt, m’a réservé de belles surprises même lu après avoir visionné la première saison de la série. 

Au final, une lecture qui ne m’aura donc pas autant enthousiasmée que prévu pour les raisons citées ci-dessus. J’aurais adoré découvrir Jane Austen adolescente et je suis sûre que ce roman serait devenu culte pour moi. Cela ne me découragera pas de découvrir d’autres titres de l’auteure que je connais moins bien, comme Persuasion dont je n’ai vu qu’une seule adaptation il y a fort longtemps. 

Et vous, quand avez-vous découvert ce roman et avez-vous déjà été déçu d’une lecture dont vous connaissiez déjà l’intrigue ? 

Pride and Prejudice, which opens with one of the most famous sentences in English literature, is an ironic novel of manners. In it the garrulous and empty-headed Mrs Bennet has only one aim - that of finding a good match for each of her five daughters. In this she is mocked by the witty cynicisms of her indolent husband. 

One of her daughters, Elizabeth, becomes prejudiced against her future suitor Darcy, because of his arrogance and uncalled-for interference with his friend Bingley's courtship of her sister Jane. In spite of this, Darcy falls in love with Elizabeth [..., quatrième de couverture qui raconte toute l'histoire].

The vivid delineations of provincial middle-class attitudes, moral firmness and the author's sense of comic and satirical ridicule make Pride and Prejudice one of the enduring classics of the English language.

AUSTEN Jane, Pride and Prejudice, ed. Wordsworth Classics, 1992, 376p.

Commentaires

  1. Découvert dans les années 80 on va dire, ensuite j'ai tout lu, et ensuite en vO. Pour les films, seulement après (ouf!)
    Les livres dont on connait tout ou trop avant, c'est parfois dû aux articles de j ournaux ou de blogs, pas trop les films (en tout cas je n'ai pas d'exemples sous la main)
    Bon, si tu n'as pas lu et vu ses autres romans, j'espère que tu les apprécieras sans encombre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance d'avoir tout lu avec de voir les films! J'essaie toujours de lire avant de voir les adaptations mais vu que Hollywood ne semble actuellement être capable que de super héros et d'adaptations de bouquins au lieu des scénarios originaux, j'ai un peu de peine à suivre ;-)

      Supprimer
  2. Je crois que c'est mon préféré de l'auteure.

    RépondreSupprimer
  3. dommage cette petite déception! C'est toujours compliqué de lire des livres dont on attend beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, au moins là ce n'est pas l'auteure qui m'a déçue mais plutôt le contexte, le fait de trop connaître l'intrigue.

      Supprimer
  4. Je l'ai lu en 2013 (ma sœur m'en parlait depuis 30 ans), mais je n'avais vu aucune adaptation (je n'en ai toujours pas vue d'ailleurs), juste lu une adaptation : Prom and Prejudice. J'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que tu as ainsi pu mieux l'apprécier que moi... Depuis j'essaie vraiment de ne plus regarder les adaptations de livres avant de les avoir lus, c'est vraiment frustrant de se voir "gâcher" une lecture par les images d'un film alors que le livre est souvent plus complet, plus complexe.
    Et Prom and Prejudice, ça a l'air d'être quelque chose ;-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est mon roman préféré de Jane Austen en tout point, et j'ai lu touts ses œuvres mais la plupart d'entre elles en réduction française, ce qui n'est pas là même chose. Sauf pour Pride et Préjudice que j'ai lu en français et en anglais. Et j'ai vu les versions cinématographiques et séries .. Bref, je suis une fan absolue de cette histoire, de cette intrigue et une passionnée de cette autrice.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Le Petit Grumeau illustré de Nathalie Jomard

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel