RL 2017: La Nature des choses de Charlotte Wood

Pour ceux qui aiment: une version femme de Sa Majesté des mouches de William Golding

Verla et Yolanda sortent de leur torpeur après avoir été droguées et enlevées. Elles se retrouvent dans un endroit inconnu, vaseuses, effrayées, et habillées comme des paysannes du début du XXème siècle. Quand un homme surgit pour les emmener avec huit autres femmes et leur rase la tête, elles comprennent petit à petit qu'elles vont devoir endurer plusieurs mois d'horreur. Pour survivre, vaut-il mieux faire profil bas ou au contraire faire face et se battre? 

Roman australien récompensé à de multiples reprises dans son pays, La Nature des choses ne laissera personne indifférent. Loin des plages de surfeurs, Charlotte Wood nous emmène dans un bagne délabré au milieu du désert australien.

Avare en détails sur leur vie antérieure et laissant beaucoup de flous et de non-dits sur la fin de son livre, Charlotte Wood se concentre sur le séquestre de ces femmes. Il y a un côté bien sûr frustrant à ce procédé, mais j'ai pour ma part trouvé cela assez fort, comme une remise à zéro des compteurs de la vie. Qui que tu étais autrefois, que vas-tu faire et devenir maintenant face à cette situation? 

Avant ma lecture, j'imaginais La Nature des choses comme un roman féministe et c'est ainsi qu'il est souvent présenté. Pour être plus exacte, je pense qu'il est en fait plus un roman sur la condition féminine. Charlotte Wood décrit une société où les hommes se débarrassent des femmes gênantes une fois leurs abus commis. Les "héroïnes" de Wood sont stéréotypées et peu approfondies mais n'est-ce pas ainsi que nous les percevrions si nous lisions leur histoire dans la presse à scandale. Chercherions-nous vraiment à connaitre et comprendre la jeune maîtresse du politicien, la soldate abusée dans l'armée, la belle femme irrésistible et donc aguicheuse? De toutes façons, ne sont-elles pas un peu fautives de ce qui leur arrive? Charlotte Wood a-t-elle vraiment besoin de décrire ces personnages, alors qu'à la lecture plusieurs visages et situations réelles nous viennent à l'esprit, avec souvent un sort certes moins extrême mais probablement tout aussi violent?

Féministe oui, mais pas de manière aveugle. Imparfaite, les femmes de Wood sont parfois fortes, mais aussi futiles et des purs produits de notre société; proches de nous donc, universelles probablement et terriblement humaines. Comment aurais-je réagi dans la même situation? Aurais-je été un Hettie, une Verla une Joy ou une Yolanda? Encore des questionnements qui restent sans réponse...

Une lecture qui chamboule et interroge. J'y ai trouvé un peu de Golding, du Atwood aussi bien sûr, et un peu de Coetzee pour sa violence psychologique plus suggérée que décrite. Je précise d'ailleurs que malgré son thème glauque, le roman n'est pas vraiment gore, juste dérangeant. Il ne plaira sans aucun doute pas à tout le monde mais je vais pour ma part m'intéresser rapidement aux autres écrits de Ms. Wood. 

Dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. Dix femmes au crâne rasé, vêtues d’habits étranges. Trois geôliers, vicieux et imprévisibles, pour les surveiller. Un jour, la nourriture vient à manquer. Pour elles comme pour eux. Et les proies se changent en prédatrices.

Merci aux éditions JC Lattès / Le Masque et à Netgalley pour cette lecture coup de poing. 

WOOD Charlotte, La Nature des choses, ed. Le Masque, septembre 2017, 288 p., traduit de l'anglais (Australie) par Sabine porte
WOOD Charlotte, The Natural Way of Things, ed. Allen & Unwin, octobre 2015

Commentaires

  1. Aïe aïe aïe... Tu alimentes peu ton blog mais quand tu le fais, c'est dangereux pour la PAL ! Je n'avais pas repéré ce titre mais l'intrigue et les réflexions qu'elle suscite me tentent terriblement !!! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha, et dépêche-toi, un film serait prévu.... https://www.theguardian.com/books/2016/feb/08/charlotte-woods-novel-the-natural-way-of-things-optioned-for-a-film

      Supprimer
  2. Il ne me reste plus qu'à le lire pour savoir si il me plairait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très particulier et je ne pense pas qu'il plaira à tout le monde mais j'ai pour ma part trouvé la réflexion très forte.

      Supprimer
  3. Je ne l'avais pas du tout vu passer celui-ci, et ce sont des thèmes qui m'intéressent énormément. Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  4. On en entend un peu plus parler ces dernières semaines avec l'affaire Weinstein. C'est pile dans la tendance...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Tag: Relais de l'amitié

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel