lundi 22 février 2016

In utero de Julien Blanc-Gras

 Pour: tous les futurs papas

Vous connaissez probablement Julien Blanc-Gras pour ses récits de voyage, tels que Touriste ou Paradis (avant liquidation). Dans ce nouveau roman, c'est à une toute autre sorte de voyage qu'il nous invite: les quelques mois qui aboutiront à la naissance de son premier enfant. 

Alors oui, c'est probablement moins dépaysant que Kiribati mais ce nouveau voyage ou devrais-je dire, cette nouvelle aventure exploratrice, est loin d'être sans turbulences. Neuf mois pour s'interroger et pour partager avec le lecteur ses doutes, ses joies, ses appréhensions et ses petits moments de bonheur. Julien Blanc-Gras nous offre ici un très beau témoignage, formidablement sincère, entremêlé de petits faits divers sympathiques. 

J'ai généralement en horreur l'autofiction à la française, mais j'ai vraiment adoré In utero. Le style de Julien Blanc-Gras, plein d'autodérision et de tendresse pince-sans-rire, est tout simplement parfait et j'ai ri à maintes reprises. J'ai bien dû corner (oh sacrilège) la moitié des pages, histoire de revenir sur quelques bons mots d'un livre que l'on lit autrement presque trop vite.

"Cent milliards de personnes ont peuplé la planète depuis les origines de l'humanité. C'est une estimation à la louche, car la fiabilité des registres d'état civil du Néolithique reste douteuse, mais les démographes s'accordent sur cet ordre de grandeur. Si l'on considère qu'ils se sont presque tous reproduits, une petite cinquantaine de milliards d'hommes sont devenus pères un jour ou l'autre. Cinquante milliards de bonhommes se sont retrouvés à ma place. C'est l'histoire la plus banale du monde." p. 10

On est bien loin du ton dramatisant et hyper solennelle de certains livres sur la maternité ce qui en fait, à mon avis, un cadeau idéal pour tous vos amis, hommes et femmes, qui s'apprêtent à devenir parents. C'est à la fois drôle et touchant, sans être barbant ou trop lisse et mielleux. Une réussite!

Journal de grossesse d’un futur père, In utero relate cette aventure intime et universelle, avec ses joies, ses angoisses et ses questions fondamentales. Faut-il se reproduire dans un monde surpeuplé ? Comment faire rire une femme enceinte ? Et surtout, peut-on accoucher en chaussettes ?


BLANC-GRAS Julien, In Utero, ed. Au Diable Vauvert, septembre 2015, 190p. 

vendredi 5 février 2016

La Quête de Wynne d'Aaron Gwyn

Pour ceux qui aiment: Un mélange entre L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux de Nicholas Evans et le film Zero dark thirty de Kathryn Bigelow

Sur le front irakien et alors que son unité essuie des tirs nourris, Elijah Russell décide de risquer sa vie pour amener un cheval paniqué à l'abri des balles. Cet acte de folie fait très vite le tour de la toile et remonte même jusqu'au sommet de la hiérarchie militaire. Il se voit alors confier une nouvelle mission très spéciale: dresser une quinzaine de chevaux en Afghanistan et les préparer à une incursion dangereuse en territoire ennemi. 

Parmi le flot de la rentrée littéraire de septembre, j'ai tout de suite repéré ce roman pour sa couverture. C'est peut-être bête, mais il suffit souvent de mettre un beau coco en photo pour que je craque. Rajoutez à cela un résumé qui n'avait pas l'air mal du tout et un éditeur qui m'inspire confiance et vous comprendrez que ce roman ait trouvé le chemin de ma PAL. 

Même sans être aussi facilement influençable, vous pouvez probablement aussi craquer pour La Quête de Wynne d'Aaron Gywn, dont le contenu tient heureusement la route. Et même sans être fan de chevaux, vous trouverez votre bonheur dans ce roman, qui s'éloigne au final assez rapidement du seul sujet des canassons pour présenter une plongée assez sidérante dans la guerre en Afghanistan. Une guerre sale, violente et qui ne respecte aucune règle, décrite ici de manière dynamique et prenante, au point que j'étais, à tort, certaine que l'auteur y avait servi. Russell est de plus un héros très attachant et il est entouré d'une galerie de personnages tout aussi intéressants et bien construits. Bref, j'ai lu ce roman rapidement et avec plaisir. 

En allant un peu plus loin dans la réflexion, on peut cependant reprocher à ce roman son côté un peu convenu (l'expression anglaise "formulaic" correspond mieux à ce que je veux dire). On a en effet ici tout pour faire un bon roman: un cow boy au grand coeur mais au passé chargé, une guerre, de la testostérone, une histoire d'amour et des personnages mystérieux. Je verrais du coup bien La Quête de Wynne adapté au cinéma, avec des beaux bruns ténébreux et gonflés à bloc, chevauchant de magnifiques étalons dans les vastes plaines afghanes. Mais je m'égare... Tout ça pour dire que l'ensemble, même si efficace, semble un petit peu facile. 

J'ai aussi trouvé que le tout ne semble pas complètement abouti. Le roman prend un peu de temps à décoller et la trame des chevaux semble presque être un alibi dans la deuxième partie du roman. A mon avis, les deux thèmes du dresseur de chevaux en Afghanistan et de la mission secrète aurait pu être un peu plus approfondis. 

Je pinaille certainement un peu et ce roman reste bien sûr efficace. A mon avis, il avait tous les ingrédients pour faire encore mieux, d'où ma petite déception. 

De son grand-père, Russell a hérité son habileté hors normes à dresser les chevaux et son sens du devoir. Envoyé sur le front irakien, il se précipite au secours d’un cheval pris au coeur d’un échange de tirs. Bientôt, les images de ce sauvetage héroïque font le tour du monde, parvenant jusqu’au capitaine Wynne. Ce charismatique et étrange leader d’une unité affectée à une zone montagneuse de l’Afghanistan demande à Russell de dresser pour lui une quinzaine de chevaux sauvages qui permettront à ses hommes d’accomplir une mystérieuse mission sur ce terrain.

La Quête de Wynne est un formidable roman d’aventures aux allures de western moderne. Ce livre qui se lit d’une traite vous entraînera au coeur d’un monde aussi sauvage que les hommes qui l’habitent.

Ma première participation au challenge Une année avec Gallmeister de Léa


GWYN Aaron, La Quête de Wynne, ed. Gallmeister, septembre 2015, 312 p., traduit de l'anglais (Etats-Unis) par François Happe
GWYN Aaron, Wynne's War, ed. Eamon Dolan/Houghton Mifflin Harcourt, janvier 2014, 256 p.