mercredi 26 novembre 2014

Bring Up the Bodies (Le Conseiller, tome 2) d'Hilary Mantel


Pour ceux qui aiment: Deux soeurs pour un roi de Philippa Gregory mais en beaucoup plus abouti

Dans ce deuxième tome de la trilogie d'Hilary Mantel, Thomas Cromwell a réussi à s'imposer durablement comme le conseiller principal du roi Henry VIII. Élu Secrétaire du roi et Master of the Rolls, son emprise sur les affaires du royaume s'étend de jour en jour. Mais son inquiétude première en cette année 1535 est l'absence d'héritier mâle légitime pour le trône d'Angleterre et le mécontentement croissant du roi face à cette situation. Alors que la première femme d'Henry, Catherine d'Aragon, est exilée dans un château de campagne, la nouvelle reine, Anne Boleyn, "la concubine", tente désespérément de conserver son pouvoir malgré l'intérêt grandissant du roi pour la jeune et discrète Jane Seymour.

 
Bring Up the Bodies aborde probablement un des épisodes les plus connus de l'histoire anglaise: la chute terrible d'Anne Boleyn, la femme pour laquelle Henry VIII avait  tout risqué. Et pourtant, Hilary Mantel nous fait vivre ces événements de manière si intense, si inventive, qu'on a l'impression de les parcourir pour la première fois.

S'étendant sur une période bien plus courte que Wolf Hall, une année à peine, j'ai trouvé ce deuxième tome beaucoup plus rythmé, intense, et extrêmement prenant. Dans un récit plus linéaire et probablement plus facile à suivre que l'ascension chaotique de Cromwell décrite dans le premier tome, Hilary Mantel nous livre  un portrait complexe de ce personnage, ainsi que des bruits de couloirs et manigances de la cour. Le Cromwell d'Hilary Mantel est un homme éclatant mais impassible, généreux mais déterminé et au final tellement attachant qu'on redoute inévitablement la fin inéluctable de la trilogie.

Le style d'Hilary Mantel demeure travaillé, complexe sans être lourd et j'ai trouvé certains passages, particulièrement certains dialogues tout simplement brillants. Par exemple, cette première confrontation entre Anne et ses juges:

" - 'So you are here, uncle,' she says. Her voice is small. One by one she acknowledges them. 'Lord Chancellors. Master Treasurer.' Other councillors are pushing in behind them. Many people, it seems, have dreamed of this moment; they have dreamed that Anne would plead with them on her knees. 'My lord Oxford,' she says. 'And William Sandys. How are you, Sir William?' It is as if she finds it soothing, to name them all. 'And you, Cremuel.' She leans forward. 'You know, I created you.'
- 'And he created you, madam,' Norforlk snaps. 'And be sure he repents him of it.'
- 'But I was sorry first,' Anne says. She laughs. 'And I am sorry more.'" p. 294

Un deuxième tome passionnant donc, qui équivaut sans problème la qualité de Wolf Hall. Je crois même avoir préféré Bring Up the Bodies, qui semble plus abouti, encore plus maîtrisé. Une trilogie à découvrir de toute urgence.  

J'attends pour ma part avec impatience le troisième tome, mais quelle horrible pression après deux Booker et quelle tâche ingrate de tuer un tel personnage...

By 1535 Thomas Cromwell, the blacksmith’s son, is far from his humble origins. Chief Minister to Henry VIII, his fortunes have risen with those of Anne Boleyn, Henry’s second wife, for whose sake Henry has broken with Rome and created his own church. But Henry’s actions have forced England into dangerous isolation, and Anne has failed to do what she promised: bear a son to secure the Tudor line. When Henry visits Wolf Hall, Cromwell watches as Henry falls in love with the silent, plain Jane Seymour. The minister sees what is at stake: not just the king’s pleasure, but the safety of the nation. As he eases a way through the sexual politics of the court, its miasma of gossip, he must negotiate a ‘truth’ that will satisfy Henry and secure his own career. But neither minister nor king will emerge undamaged from the bloody theatre of Anne’s final days.

In ‘Bring Up the Bodies’, sequel to the Man Booker Prize-winning ‘Wolf Hall’, Hilary Mantel explores one of the most mystifying and frightening episodes in English history: the destruction of Anne Boleyn. This new novel is a speaking picture, an audacious vision of Tudor England that sheds its light on the modern world. It is the work of one of our great writers at the height of her powers.

MANTEL Hilary, Bring Up the Bodies, ed. Fourth Estate, mai 2012, 411p. 
MANTEL Hilary, Le Conseiller, tome 2: Le Pouvoir, ed. Sonatine, avril 2014, 432p.

7 commentaires:

  1. Oui, il faut vraiment que je m'y mette ! Mais en français, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la traduction est bonne car le style de Mantel est vraiment distinctif. Bonne découverte!

      Supprimer
  2. Le côté trilogie me rebute tout de même. Mais qui sait....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si la trilogie complète s'annonce de très haute qualité, ce deuxième tome peut sans autre être lu séparément, surtout si tu connais un minimum l'histoire anglaise. Je crois d'ailleurs que Val avais beaucoup aimé ce deuxième tome sans avoir lu Wolf Hall... et qu'elle s'était seulement par la suite attaquée au premier.

      Supprimer
  3. Oh j'ai vu la couverture et ça m'a intrigué mais j'ignorais qu'il s'agissait d'une trilogie - ce qui chez moi a pour effet de m'attirer car quand c'est bon, on en a toujours envie de plus !

    Je note donc dans ma wishlist car ma liste de Noël est déjà sortie.

    Tiens, je vois tes envies - j'ai lu Réparer les vivants (cités comme un des 50 meilleurs livres de cette année) et je confirme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais à Alex, les deux premiers tomes peuvent se lire séparément mais la trilogie couvrira toute la vie de Cromwell et comme tu dis, quand c'est bon, on ne rechigne pas sur un autre tome.
      Et pour Réparer les vivants, j'espère que mon entourage passera par là pour des idées de cadeau de Noêl ;-)

      Supprimer
  4. J'ai adoré ce deuxième tome, beaucoup plus que le premier. J'attends aussi le troisième, même si je n'ai pas envie de voir mourir Thomas Cromwell. Et je confirme; j'ai lu celui-ci avant le premier et ça ne m'a posé aucun problème.

    RépondreSupprimer