mardi 20 octobre 2015

We are all completely beside ourselves de Karen Joy Fowler


We are all completely beside ourselves est le récit des Cooke. Une famille américaine de prime abord plutôt classique: un père psychologue, une mère attentionnée, un grand frère protecteur et deux soeurs, Rosemary et Fern qui se chamaillent mais s'adorent. Sauf qu'une quinzaine d'années plus tard, quand Rosemary commence son récit, le cocon familial a littéralement explosé: son frère Lowell est recherché par le FBI et Fern a disparu, laissant le reste de la famille enfermé dans son mutisme. Que s'est-il donc passé?

Il serait dommage d'en dire plus sur ce roman qui réserve bien des surprises et qui m'a complètement bluffée. Franchement, je n'ai rien vu venir et j'ai parcouru les premiers chapitres de ce roman dans un flou total, ne comprenant pas vraiment où l'auteur essayait de m'emmener. Les billets élogieux de Cuné, Keisha et Cathulu me laissaient cependant entrevoir qu'il fallait que je persévère et c'est petit à petit que j'ai découvert un roman à l'ampleur bien plus grande et profonde que le simple récit de famille qu'il augure. 

We are all completely beside ourselves est un roman à la fois drôle, poignant, triste, subtil, malin, et réellement intéressant. On passe très vite de réflexions éthiques et psychologiques sur la culpabilité à un pétage de plomb hilarant avec une marionnette. 
La construction de l'intrigue est volontairement en forme de puzzle, faite de souvenirs parfois flous et mélangés. Ce choix réserve bien sûr un maximum de surprises au lecteur mais peut le perdre un peu aussi, surtout que Rosemary n'est pas une narratrice toujours facile à suivre. Ce sentiment de confusion, presque permanent à la lecture, explique peut-être pourquoi j'ai frôlé le coup de coeur de près, sans toutefois complètement l'atteindre (ben oui, I'm a control-freak). 

Frôlé de très près le coup de coeur hein, donc précipitez vous sur We are all completely beside ourselves. Apparemment Les Editions Presse de la Cité aurait acheté les droits de la traduction française (source ici). 
Une histoire familiale surprenante qui amène le lecteur bien au-delà des limites vers lesquelles il pensait plonger. Une réussite!

ET SURTOUT N'EN LISEZ PAS TROP SUR L'INTRIGUE!!!!

So meet the Cooke family. Our narrator is Rosemary Cooke. As a child, she never stopped talking; as a young woman, she has wrapped herself in silence: the silence of intentional forgetting, of protective cover. Something happened, something so awful she has buried it in the recesses of her mind. It changed Rosemary - and it destroyed her family. 
Now Rosemary's adored older brother is a fugitive, wanted by the FBI for domestic terrorism. An her once lively mother is a shell of her former self, her clever and imperious father now a distant, brooding man. 
And Fern, Rosemary's beloved sister, her accomplice in all their childhood mischief? Fern's is a far more terrible fate than the family, in their innocence, could ever have imagined. 

FOWLER Karen Joy, We are all completely beside ourselves, ed. Penguin, 2013, 308p

mercredi 14 octobre 2015

Billet bla bla: résultat du Man Booker Prize 2015 et blog-anniversaire

Le Booker Prize 2015 a été annoncé hier soir et il y a du sang neuf et de l'originalité... Le lauréat est en effet:

A Brief History of Seven Killings
de Marlon James

Pavé de 686 pages (un titre ironique donc), A Brief History of Seven Killings prend comme point de départ 1976 et la tentative d'assassinat de Bob Marley, simplement nommé "The Singer". A travers les voix d'une myriade de personnages (plus de 75), Marlon James tente de recréer l'ambiance violente mais incroyablement vivante du Kingston des années 70. Dans un tourbillon de politique, de corruption et de reggae, il emmène son lecteur de la Jamaïque aux États-Unis, gangrénés par ses guerres de gangs et autres cartels de drogue.

Crédit: Janie Airey, The Man Booker Prize

Marlon James, aujourd'hui établi aux États-Unis, devient ainsi le premier auteur jamaïcain à remporter le Booker. Le choix final en aura surpris plus d'un car A Brief History of Seven Killings partait loin du favori (mais controversé) A Little Life de Hanya Yanagihara. 

Pour ma part, je suis plutôt contente car il s'agit du titre qui me tentait le plus parmi une sélection un peu pâlichonne à mon goût. J'espère tenter l'aventure prochainement, même si les références à l'argot jamaïcain et à la violence, tout deux apparemment omniprésents dans le roman m'effraient un peu. A voir...  

 
Et vous, tentés? 



Et sinon, aujourd'hui, ce blog fête son âge de raison (hum hum, si seulement).

Sept années et il y a encore tellement de choses que j'aimerais partager avec vous, au point d'être souvent frustrée du manque de temps que j'ai à consacrer à ces pages et aux vôtres. J'ai au moins dix billets en retard, y compris trois-quatre lectures de la rentrée littéraire plutôt pas mal. 

Étant en pleine couvade, pour un heureux événement qui devrait survenir dans les prochaines semaines, je pensais avoir plein de temps pour ce blog. Sauf que j'ai eu la bonne idée d'être en plutôt bonne forme et qu'il n'y a donc pas de raison d'arrêter de travailler. Je cours donc (enfin courir est un grand mot, vu mon gabarit de cachalot) depuis plusieurs mois, entre boulot et préparatifs et je m'effondre lourdement (là par contre, c'est assez proche de l'effet visuel réel) en fin de journée, sans avoir le courage d'allumer mon ordinateur. 

Bref, tout ça pour dire que j'espère être plus présente bientôt et je croise les doigts pour que Mini-Z soit un futur petit lecteur calme et bon dormeur.  

En attendant, je vous remercie tous et toutes pour votre fidélité et nos échanges, qui année après année me donnent envie de continuer l'aventure.


Et pour honorer la tradition, voici le top 10 des billets les plus lus au cours des 12 derniers mois:
 
1. Enfant 44 de Tom Rob Smith (9) 
2. L'Aventurière des Sables, de Sarah Marquis (8) 
3. Maus d'Art Spiegelman (1) 
4. Le Petit Grumeau illustré de Nathalie Jomard (-)
5. Wolf Hall - Le Conseiller d'Hilary Mantel (-)
6. The Great Gatsby de F. Scott Fitzgerald (7) 
7. Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma (3)
8. La Promesse de l'aube de Romain Gary (4)
9. Peer Gynt d'Henrik Ibsen (2) 
10. Loving Frank de Nancy Horan (6)

La première parution 2014-2015 pointe à la 13ème place avec Terminus Allemagne d'Ursula Krechel.
 
Voilà, je vous dis à très vite!

vendredi 2 octobre 2015

Petit liste d'envies pour la rentrée littéraire 2015


Maintenant que le défrichage est en bonne voie parmi les presque 600 parutions de cette rentrée littéraire, je me suis préparée cette nouvelle petite liste d'envies, qui ne manquera pas d'influencer mes descentes en librairie ou en bibliothèque ces prochaines semaines. 

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, car loin d'être figée, cette liste risque d'encore beaucoup évoluer... 

Plus ou moins par ordre d'intérêt:


In utero de Julien Blanc-Gras (PALé)

- La quête de Wynne d'Aaron Gwyn (PALé)

- Le maître des apparences de Jane Gardam

- Djibouti de Pierre Deram

- Amelia de Kimberly McCreight

- Juste avant l'oubli d'Alice Zeniter

- Vernon Subutex de Virginie Despentes

- Intérieur nuit de Marisha Pessl

- Ce qui ne me tue pas (Millenium 4) de David Lagercrantz

- Le Livre des Baltimore de Joël Dicker

- Montecristo de Martin Suter

- Le printemps des barbares de Jonas Lüscher

- Tout ce qui est solide se dissout dans l'air de Darrah McKeon

- Today We Live d'Emmanuelle Pirotte

- Neverhome de Laird Hunt

- Tous nos noms de Dinaw Mengestu

- Deux messieurs sur la plage de Michael Köhlmeier

- Le censeur de Clélia Anfray

- Le Français de Julien Suaudeau (PALé)

Allez je vous laisse, j'ai une furieuse envie d'aller me balader en librairie après ce billet ^_^