mercredi 20 octobre 2010

Un autre monde de Barbara Kingsolver


Pour ceux qui aiment: Diego et Frida de Jean-Marie Gustave Le Clézio

A travers la vie du jeune Harrison William Shepherd, partagé entre le Mexique de sa mère et les Etats-Unis de son père, Barbara Kingsolver présente un concentré d'histoire américaine du début du 20ème siècle aux années 1950. Au service tour-à-tour du couple Frida Kahlo-Diego Rivera et de Trotski, exilé au Mexique après son éviction du pouvoir par Staline, puis auteur à succès aux Etats-Unis durant les années du maccarthysme, Harrison mène le lecteur à la rencontre d’une riche et passionnante galerie de personnages.

Ce livre est ce que j'appellerais un "livre sandwich". Le pain est bon, mais ce qui vaut vraiment la peine est la farce du milieu. Je suis en effet passée durant ma lecture d'un léger ennui à une lecture coup de cœur.

J'ai tout d'abord eu énormément de peine avec la première partie sur l'enfance d'Harrison au Mexique que j'ai trouvée plutôt lente et peu intéressante. J'ai ensuite littéralement dévoré la deuxième partie sur les milieux communistes du Mexique dans les années 30, un vrai régal. Enfin, la troisième partie américaine sur la vie d'écrivain d'Harrison est intéressante, parfois passionnante, mais le rythme ralentit un peu et la forme rend l’intrigue beaucoup plus hachée.

Barbara Kingsolver a en effet adopté une forme totalement originale pour Un autre monde. La vie d'Harrison nous est dévoilée grâce à un mélange de journaux intimes, de romans, de correspondance ou encore d’articles de journaux, tous réunis par Violette Brown, la secrétaire d'Harrison, qui intervient également en tant qu'archiviste dans le roman. La confusion entre réalité et fiction est extrêmement bien réussie, encouragée par la présence de personnages historiques. Sans aucun doute, l'originalité de la forme est à saluer et j'ai adoré cette complète immersion dans les pensées d'Harrison. En refermant Un autre monde, il est difficile de penser que ce personnage a été créé de toute pièce tellement il nous est devenu familier.

Ceci m'amène au deuxième point positif de ce livre, à savoir l'extraordinaire galerie de personnages. Le lecteur a vraiment l'impression de vivre aux côtés de Frida Kahlo, de Lev Trotski ou de Violette Brown. La personnalité de chacun est extrêmement bien traitée, les rendant si ce n'est attachants, au moins absolument inoubliables. Comme dans Les yeux dans les arbres, j'ai également beaucoup aimé les détails et le contexte historiques de l'intrigue. Barbara Kingsolver m'a totalement transportée du Mexique à la Caroline, à travers les différentes périodes troublées de cette époque. Enfin, ajoutez à ceci des réflexions sur le métier d'écrivain, sur l’art ou encore la célébrité et vous aurez enfin un aperçu de la richesse de ce livre.

En conclusion, malgré quelques passages plus ennuyeux, j'ai beaucoup aimé ce livre que je recommande pour son originalité, ses personnages attachants, son contexte historique passionnant et le style plus qu'agréable de Barbara Kingsolver.

« Il y a, en chacun de nous, un autre monde. La chose la plus importante est toujours celle que l’on ne connaît pas. »

Un autre monde raconte l’histoire de Harrison William Shepherd, un personnage inoubliable, dont la recherche d’identité plonge le lecteur au coeur des événements les plus tumultueux du XXe siècle.

Barbara Kingsolver nous entraîne dans un voyage épique, de la ville de Mexico des années 30 – où le lecteur rencontre Frida Kahlo, Diego Rivera et Trotsky, leader politique en exil – à l’Amérique de Roosevelt et J. Edgar Hoover, en plein maccarthysme. Avec des personnages profondément attachants, souvent émouvants, un vrai sens de la description des lieux et une analyse juste et intelligente de la façon dont les événements historiques et l’opinion publique peuvent façonner une vie, l’auteur a créé un bouleversant portrait d’artiste et s’interroge sur l’essence même de l’art.

Barbara Kingsolver est née aux États-Unis en 1955. Elle partage aujourd'hui son temps, avec son mari et ses deux enfants, entre l'Arizona et sa ferme dans les Appalaches. Biologiste de formation, elle est aussi journaliste, romancière et poète. Elle est l'auteur de plusieurs romans, tous publiés aux Éditions Rivages. Elle a obtenu le prestigieux Orange Prize 2010 pour Un autre monde.

Ce livre a été chroniqué dans le cadre d’un partenariat avec le site Chroniques de la rentrée littéraire et dans le cadre de l’organisation du Grand Prix Littéraire du Web Cultura.

Je remercie également Ulike et les éditions Rivages pour l'envoi de ce livre. Vous trouverez la fiche Ulike de l'auteure ici.


KINGSOLVER Barbara, Un autre monde, ed. Rivages, août 2010, 668p. traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Martine Aubert.
KINGSOLVER Barbara, The Lacuna, ed. Faber and Faber, novembre 2009, 528p.

P.s. Je me demande encore pourquoi les éditions Rivages n'ont pas simplement traduit le titre anglais qui souligne un élément récurrent du livre plutôt que ce "Un autre monde" peu avenant???

12 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu cette auteur et j'avais quelques a priori, je pensais que c'était de la littérature "pour dames" du genre Juliette Benzoni ou Belva Plain. Mais plus je lis de billets sur ses livres, plus je me rends compte que ce n'est pas ça du tout.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aima les romans précédents mais celui là m'est tombé des mains, je me suis ennuyée et je ne suis pas arrivée à m'intéresser aux personnages Dommage

    RépondreSupprimer
  3. Un nouveau roman de cette auteure, donc. A lire comme on mange un sandwich : en triant les tomates !

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que ni le titre, ni la couverture ne donnent une idée du contenu, ni même tellement envie de découvrir ce livre... Mais ton avis, si !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas accroché avec "Prodigal summer" et là, le thème me tente encore moins alors je crois que je vais passer mon chemin (surtout que j'ai une LAL longue longue longue ! mdr !)

    RépondreSupprimer
  6. @Ys: Avant ce livre, j'ai lu "Les yeux dans les arbres" sur le Congo des années 60 mais aucun de ses romans américains. Deux livres donc avec des contextes historiques vraiment passionnants. C'est vrai que les autres livres ont l'air plus "féminins" mais jusqu'à maintenant, je suis séduite par la maîtrise du sujet dont fait preuve Barbara Kingsolver. A tenter donc...

    @Dominique: Passé la première partie que j'ai vraiment trouvée ennuyeuse, je crois avoir préféré celui-ci à "Les yeux dans les arbres". J'ai totalement adhéré aux personnages. Comme quoi, on a tous des expériences de lecture différentes.

    @Alex: Exactement! Surtout ne pas se décourager avec les 100 premières tomates ;-)

    @Kathel: Oui, la couverture n'est pas franchement avenante et le titre, no comment. Mais c'est ce qu'il y a à l'intérieur qui compte, non?

    @Joelle: Si aucun des thèmes ne te tentent (pourtant c'est un livre riche en thématiques différentes) alors oui, priorité à la LAL ;-)

    RépondreSupprimer
  7. J'allais faire exactement le même commentaire que Ys. D'ailleurs, je n'ai pas grand chose à y ajouter, mais je le dis quand même

    RépondreSupprimer
  8. je viens de terminer la lecture de "epouses et assassins" j'ai bien aimé. A qui doi-je envoyer le livre maintenant?

    RépondreSupprimer
  9. @Yv: Ca doit être le phénomène "Barbara"??? Plus sérieusement, ce n'est pas ma romancière préférée mais elle mérite sans conteste d'être lue.

    @Alinéa: Je t'envoie un mail très rapidement.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas encore lu cet auteur mais ton billet me le fait regretter. J'ai donc soigneusement noté ce titre sur mon nouveau carnet et j'espère pouvoir lire bientôt ce roman!

    RépondreSupprimer
  11. moi aussi j'ai découvert cet auteur par les blogs. J'ai déjà noté un de ses titres, et celui-ci me tente bien ( pour Frida et le Mexique).
    Il va falloir que je m'y mette prochainement...

    RépondreSupprimer
  12. @Mango: Très bonne initiative et j'espère qu'il te plaira (je le répète, il faut passer la 1ère partie, la suite est géniale).

    @Gridou: Les personnages sont vraiment attachants, Frida et Troski en particulier. On a vraiment l'impression de les connaître. J'espère que tu mettras la main dessus très prochainement. Autrement, Les yeux dans les arbres est très bien aussi.

    RépondreSupprimer