Longlist du Booker Prize 2013

Et voilà, il est déjà l’heure de l’annonce de la Longlist du Man Booker Prize 2013. Quand je pense que je n’ai pas encore eu le temps de lire un seul des bouquins sélectionnés l’année passée (soupirs !). Voici donc les 13 romans choisis pour 2013 : 


Five Star Billionaire de Tash Aw : Les vies croisées de cinq malaysiens débarqués à Shanghai en quête de fortune. 

We Need New Names de NoViolet Bulawayo : Premier roman de l’auteur d’origine zimbabwéenne, aujourd’hui exilée aux Etats-Unis, We Need New Names suit la jeune Darling, 10 ans, et ses amis du slum Paradise dans leurs jeux et désirs d’ailleurs. Jusqu’au jour où Darling part réellement pour les Etats-Unis et se rend compte que le pays parfait auquel elle rêvait n’existe pas. 

The Luminaries d’Eleanor Catton : 1866: Attiré par les promesses de richesse, Walter Moody débarque en Nouvelle-Zélande en quête d’or. C’est pourtant du mystère qu’il trouvera en premier, en tombant sur un groupe de 12 personnes débattant de plusieurs crimes non résolus ayant eu lieu dans la région.  

Harvest de Jim Crace : L’arrivée d’un trio d’étrangers dans un petit village va bouleverser l’ordre établi. Le même soir, le grand manoir local prend feu, et c’est l’engrenage de la vengeance et de la suspicion de sorcellerie qui se met en marche. 

The Marrying of Chani Kaufman d’Eve Harris : L’apprentissage et les questionnements de Chani, 19 ans, issue de la communauté juive ultra-orthodoxe et promise à un homme qu’elle n’a jamais rencontré. 

The Kills de Richard House: Rem Gunnerson dirige la base militaire de Camp Liberty dans la province d’Amrah en Iraq. Quand un bâtiment administratif de la région explose, Stephen Sutler, nouvel arrivant mystérieux, devient le coupable idéal; surtout qu’il a soudainement disparu, tout comme 50 million de dollars de fonds de reconstruction. Une chasse à l’homme se met en place, alors qu’au même moment, le meurtre d’un étudiant américain en Italie, qui ressemble étrangement à celui décrit dans un best-seller, intrigue toute l’opinion publique. Pavé épique divisé en quatre livres, The Kills totalise plus de 900 pages et est accompagné de contenu multimédia. 

The Lowland de Jhumpa Lahiri : L’histoire de deux frères dans l’Inde des années 70 dont les chemins vont peu à peu diverger. Udayan, le plus âgé, s’engage auprès du parti communiste, alors que Subhash obtient un financement pour un doctorat aux USA. Mais les liens entre les deux frères seront difficiles à briser et les actes d’Udayan auront une influence au-delà des frontières et des générations. 

Unexploded de Alison MacLeod : Brighton, 1940: Alors que la guerre contre le régime nazi s’intensifie et que les habitants se préparent à une invasion allemande, Everlyn Beaumont se lie d’amitié avec un prisonnier juif allemand sous la garde de son mari, gardien d’un camp d’internement pour les  «déviants ». 

TransAtlantic de Colum McCann: Quatre générations de femmes, de la grande famine irlandaise de 1845, à la guerre civile américaine, jusqu’à l’histoire troublée de l’Irlande du Nord de la fin du XXème siècle. 

Almost English de Charlotte Mendelson: Dans un appartement miteux de l’ouest de Londres, Marina vit avec sa mère et trois autres parents hongrois, dont elle ne supporte plus le manque d’efforts d’intégration et les différences culturelles qu’ils cultivent. Une mise à l’écart qu’elle ressent encore plus fortement lorsqu’elle intègre, au prix des énormes sacrifices de sa mère, la prestigieuse école de Combe Abbey.

A Tale for the Time Being de Ruth Ozeki : En se promenant sur une plage du Canada, Ruth découvre le journal plein de rêves et d’espoirs d’une jeune fille japonaise de 16 ans, confrontée aux difficultés de son âge et victime de harcèlement sur le web.  

The Spinning Heart de Donal Ryan : Suite à la crise économique qui a dévasté l’Irlande, les tensions s’intensifient dans une petite ville rurale où chacune des 21 voix qui composent ce roman donne sa version de la vérité.  

The Testament of Mary de Colm Tóibín : La longue confession de la Vierge Marie, qui raconte les événements qui ont conduit à la mort brutale de son fils. 


Une longlist plutôt surprenante je trouve, avec à la fois trois auteurs irlandais mais beaucoup de diversité, plusieurs premiers romans et peu de grands noms (mis à part Tóibín et McCann), passant de la « presque nouvelle » de 100 pages au pavé de Richard House. 

Je ne sais pas si c’est un réflexe pour la survie de mes PAL/LAL, mais peu de titres m’inspirent pour le moment. A priori, je me tournerais plus facilement vers The Luminaries et The Lowland, voire The Kills par curiosité, mais sans urgence. Et vous, des envies?

La shortlist sera annoncée le 10 septembre, avant le choix final prévu pour le 15 octobre. Les favoris des bookies sont pour le moment The Luminaries d’Eleanor Catton, The Testament of Mary de Colm Tóibín et Harvest de Jim Crace.

Commentaires

  1. Comme toi, The Lowland m'inspire. Mais aussi We Need New Names et Almost English. (Ma LAL s'allonge inexorablement.)

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de choses bien tentantes, mais je ne lis toujours pas couramment anglais. Tiens d'ailleurs, je ne vais par tarder à entamer la v.f. de "Wolf Hall", après mon lamentable échec en langue originale...

    RépondreSupprimer
  3. Marrant, Flo parle de cette liste aujourd'hui (mais sans la donner, j'ai donc fouiné sur internet avant de la voir ici)Juste trois quatre noms connus, on verra...

    RépondreSupprimer
  4. Tout ceci a vraiment l'air très intéressant. Mais comment arriver à tout lire ? C'est une question qui me taraude sans cesse...

    RépondreSupprimer
  5. Intéressante, cette liste ! Ceux de Colum McCann et Ruth Ozeki paraissent en français à la rentrée, cela permettra peut-être à ceux qui lisent pas ou peu en anglais de les découvrir.

    RépondreSupprimer
  6. Très varié, en effet. Quoique pas mal de titres en rapport avec les conflits... Les Mendelson, Ozeki et éventuellement Ryan pourraient me tenter.

    RépondreSupprimer
  7. @Jackie: Je viens de finir un beau pavé sur le thème de la migration (Une pincée de terre et de mer, sympa d'ailleurs), du coup We need new names et Almost English sur ce thème me tentent moins pour le moment. Mais qui sait... Ma PAL déborde, donc je vais y aller mollo sur les acquisitions, mais je suivrai tes avis avec intérêt si tu te plonges dans cette liste...

    @Sandrine: Selon Kathel, quelques titres seront publiés en français dès cette rentrée. Déjà l'année passée, les traductions de plusieurs titres sont sorties dans les mois suivants. Tu n'auras peut-être pas trop à attendre... Et pour Wolf Hall, je me réjouis de lire ton avis. N'hésite pas à m'avertir à la publication de ton billet, je peine à suivre le rythme de mon "équivalent-GR".

    @Keisha: Aïe, j'ai loupé le message de Flo, je vais aller voir ça. Je connaissais peu de noms dans cette liste et a priori, je n'ai pas d'envies super urgentes. Mais on ne sait jamais...

    @Bonheur: Ahhh, l'éternelle question! Bah, rien ne sert de se mettre la pression, il faut garder le plaisir.

    @Kathel: Merci pour l'info. Ozeki m'intrigue assez. Peut-être que les avis des blogs francophones arriveront à me convaincre d'y jeter un oeil...

    @Lewerentz: Tu as raison, peu de jolies histoires où tout va bien ;-) Voire plus haut ma réponse à Kathel, si tu te lances pour Ozeki, je suis preneuse d'avis!

    RépondreSupprimer
  8. Je note aussi Une pincée de terre et de mer. Tant qu'à faire...

    RépondreSupprimer
  9. Pour répondre à ta question sur mon blog, je lis le Ozeki (et je m'em***** grave :S S'il t'intéresse, je pourrais te le léguer une fois fini, si j'arrive à le finir... J'ai la version paperback Canongate avec la couv' interactive - sauf que je n'ai pas l'appareil pour voir l'effet spécial :p).

    Je suis intéressée par 'The Spinning Heart' que j'ai découvert à cette occasion et j'avais en ligne de mire le Catton mais, bon, à voir.

    RépondreSupprimer
  10. TransAtlantic pourrait bien me plaire.

    RépondreSupprimer
  11. je lorgne sur TransAtlantic ( à paraître bientôt)

    RépondreSupprimer
  12. @Jackie: ;-) On n'est plus à un de près...

    @Flo: Ah zut, j'avais un bon feeling pour le Ozeki. Ben si tu l'as pas jeté par la fenêtre avant la fin de ta lecture, je tenterais volontiers le coup... Il est pas trop long, non? Et pour la couverture, je ne savais pas qu'elle était spéciale. Il faut avoir quoi comme appareil?

    @Valérie et Clara: J'hésite encore pour TransAtlantic. J'ai des fois un peu de peine avec les romans irlandais, genre grande misère et peuple victime. J'attends vos avis ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai pas lu de critique négative à ce jour sur le Ozeki, ce qui d'ailleurs me semble assez bizarre parce que c'est quand même spécial comme bouquin. Bref, ne tiens pas trop compte de mon avis (j'ai enfin décollé du premier quart ! Je compte sur la semaine du 15 août pour dépasser la moitié : tu vois mes ambitions ;)
    Si j'habitais au-dessus de mes voisins pénibles, il y aurait des chances pour que je balance le livre par la fenêtre bien qu'il ne risque pas de les assommer (la bio de Coetzee en hardback serait plus efficace). Donc, non, je ne compte pas balancer le bouquin et je te contacterai quand je l'aurai fini (ou décidé de l'abandonner).
    Le livre compte dans les 400 pages en police minuscule comme les anglos savent si bien le faire. Mais, je pense qu'une personne qui n'est pas rebutée comme moi peut le lire très vite car l'histoire n'est pas compliquée et peut certainement être engageante.
    Par contre, toi qui n'es pas très "Asie", sache que c'est vraiment très typé (et c'est un des aspects qui me tient éloignée de l'histoire, n'étant pas très fan du Japon contemporain).

    La couv' Canongate : http://www.themanbookerprize.com/books/tale-time-being
    A partir d'un Iphone ou équivalent (le genre de trucs que je n'utilise pas), tu peux télécharger Blippar qui te permettrait de voir l'entièreté de l'image cachée partiellement sous le drapeau japonais (pour ce que j'en ai compris - une série de schémas figure à la fin du livre).
    La partie correspondant au drapeau jap' est faite dans une matière spéciale, différente du reste de la couv'. Bon, c'est juste un gadget ;)

    RépondreSupprimer
  14. @Flo: Hum hum, effectivement, le "très typé" Asie m'inquiète un peu. En plus, si c'est un exemplaire prêté, je n'oserais même pas le balancer par la fenêtre (dommage d'ailleurs, en dessous de chez moi, j'ai un chat persan tout moche qui miaule à longueur de journée. Je vais considérer la bio de Coetzee. Mais chut, la blogo est remplie d'amis de chats - dont je fais partie d'ailleurs).
    Marrant pour la couverture, je vais aller guigner ça en libraire!

    RépondreSupprimer
  15. Ah mais je te le donne : interdiction de me le réexpédier ! :D
    J'ai un peu avancé mais, sauf miracle, j'ai compris que ça n'allait pas le faire.
    J'aime les chats moi aussi. Une alternative à la méthode radicale (la bio de Coetzee sur la tête, je pense que ça t'assomme d'office. A la lecture aussi, d'ailleurs :S) c'est la méthode consistant à effrayer simplement la bestiole en faisant chuter le livre à quelques millimètres de la pointe de ses poils alors qu'elle fait une bonne grosse sieste ;) Je précise de suite que je ne suis pas responsable si tu testes et que le résultat en est des miaulements d'autant plus marqués entre la peur et l'indignation suscitée par ton acte ;p

    RépondreSupprimer
  16. @Flo: Ah c'est clair qu'avec la vitesse gagnée dans une chute de 4 étages, la bio de Coetzee serait un traitement assez terminal. Ce chat me bouffe les nerfs, mais en même temps il me fait de la peine: il reste attaché à un piquet et tourne en rond dans son jardin sans pouvoir aller plus loin. Du coup je range mon frein... et tous les pavés de ma bibliothèque ;-) Allez, courage pour le Ozeki, tu peux le faire!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016