mardi 11 mars 2014

Ma dernière création est un piège à taupes d'Oliver Rohe


Pour ceux qui aiment: Lord of War, le film d'Andrew Niccol

AK-47: un acronyme un peu barbare que tout le monde reconnait pourtant. Une double paire de lettres et de chiffres pour nommer l'arme la plus emblématique du 20ème siècle.
Derrière la conception de ce fusil d'assaut révolutionnaire se cache un homme, Mikhaïl Kalachnikov. Issu d'une famille de paysans propriétaires, expropriés et envoyés en Sibérie sous Staline, Mikhaïl va pourtant devenir le père du symbole le plus éclatant et durable de la collectivisation industrielle et de la "libération" des peuples à travers le monde.

Oliver Rohe revient sur l'histoire et la création de l'(in)fameuse kalachnikov avec cette adaptation d'une pièce radiophonique conçue à l'origine pour France Culture. 

À tous ceux que le sujet rebute, je dois préciser n'être de loin pas une fana de la gâchette, bien au contraire. Mais l'histoire de cette arme est tout de même assez incroyable. Devenue symbole de toutes les révolutions armées du 20ème siècle, de l'Afrique et ses enfants-soldats, à Cuba, en passant par l'Iran et l'ex-Yougoslavie, elle finira même par se retourner contre sa propre nation d'origine en tombant dans les mains des résistants afghans des années 80. 

L'auteur nous fait découvrir ce parcours, mis en parallèle à la vie relativement banale de son inventeur et à l'aide de quelques images marquantes de notre imaginaire collectif. J'aurais peut-être voulu en découvrir plus sur le parcours de Mikhaïl mais le "héros" de ce court essai est bien plus l'invention que l'inventeur. On en apprend au final si peu sur cet étrange exilé, victime initiale du régime socialiste puis ingénieur obsédé par la création de l'arme parfaite qui donnera enfin toute sa puissance à l'armée rouge. On arrive à la fin de livre avec peut-être une petite frustration d'avoir trop survolé le sujet, d'avoir picoré ici et là quelques instantanés... mais une lecture qui donne aussi bien envie de creuser plus loin. 

Ma dernière création est un piège à taupes résume 50 ans de notre histoire à travers le prisme de la kalachnikov: arme étendard de l'idéologie communiste et pourtant énorme succès commercial; symbole de libération et pourtant à la source de tellement de malheurs, de drames et de violences. Oliver Rohe revient avec talent sur cette mine de contradictions en quelques pages qui intéresseront certainement tous les esprits curieux.    

Il pourrait ressembler à n'importe quel vieillard de notre entourage, avec des cheveux gris fins et un teint cireux, presque cadavérique. Un vieillard comme les autres. Sauf qu'il n'en est pas un: il s'appelle Mikhaïl Kalachnikov, et il est le père de l'AK-47, le fusil qui a changé la face d'un siècle de conflits armés. Un acronyme austère qui renferme en son sein l'abolition de la propriété privée et la collectivisation des moyens de production, la planification quinquennale et les ouvrières agricoles, les parades spontanées de la jeunesse et les grands défilés militaires.

Mêlant la vie du plus célèbre des fusils d'assaut à celle de son inventeur, Oliver Rohe narre l'essor d'un monde et sa chute. Ou comment un ferment de l'idéologie communiste est devenu marchandise courante dans un monde globalisé.

Oliver Rohe est l'auteur de trois romans, Défaut d'origine (Allia, 2003), Terrain vague (Allia, 2005) et Un peuple en petit (Gallimard, 2009), ainsi que d'une fiction biographique sur David Bowie, Nous autres (Naïve, 2005).

Quelques vidéos sur le site de l'éditeur pour compléter cette lecture. Une idée sympa qui s'ajoute à la couverture que je trouve très réussie.

Lecture faite dans le cadre du Festival Hors Limites qui aura lieu du 20 mars au 5 avril en Seine-Saint-Denis. Retrouvez également le programme sur Libfly, partenaire de la manifestation. Merci pour la découverte!

ROHE Oliver, Ma dernière création est un piège à taupes, ed. Inculte, coll. Fiction,  février 2012, 85p.

4 commentaires:

  1. Un roman sur une arme ? Quelle idée !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, l'idée est plutôt saugrenue, je te l'accorde. Mais en fait, le thème du roman est bien plus l'histoire de notre siècle à travers la création de cette arme utilisée depuis plus de 60 ans dans tous les conflits et magouilles de notre planète... Un point de vue intéressant!

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai noté car je suis très tentée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois le faire voyager vers une autre lectrice. Si tu veux être la suivante, fais-moi signe... Il est tout tout petit!

      Supprimer