La shortlist du Booker Prize 2014

Un tout petit billet pour partager la shortlist du Booker Prize annoncée hier. Les 6 romans retenus par le jury sont donc: 

To Rise Again at a Decent Hour de Joshua Ferris (USA)
 
Un roman également shortlisté pour l'International Dylan Thomas Prize, au coude à coude avec le gagnant du Booker 2013, The Luminaries d'Eleanor Catton... Pour ma part, pas plus tentée que cela pour le moment, mais Cuné a aimé.

Paul O'Rourke est un dentiste réputé de New York en pleine crise de la quarantaine. Quand une page Twitter et Facebook apparaissent à son nom et relatent une vie bien plus excitante que la réalité, Paul commence à paniquer. Mais si Paul n'est pas l'auteur de cette vie virtuelle, qui peut bien être responsable? Une crise existentielle sur le mode de la comédie.

The Narrow Road to the Deep North de Richard Flanagan (Australie): 
 
Je suis très tentée par ce titre. J'ai lu globalement des avis positifs, même si certains mentionnent un peu d'inégalité entre les parties du roman. Il y a quand même de fortes chances qu'il atterrisse chez moi.
 
Deuxième guerre mondiale, dans un camp de prisonniers de guerre japonais affecté à la construction du chemin de fer traversant la jungle birmane: Dorrigo Evans raconte la folle passion qu'il a vécu deux ans plus tôt avec la femme de son oncle, tout en tentant de survivre et de maintenir le groupe d'hommes sous son commandement face à la maladie et aux privations extrêmes du camp.

 
 
 
We Are All Completely Beside Ourselves de Karen Joy Fowler (USA): 
 
A la base, je n'étais pas plus attirée que cela par ce récit d'ado... C'était sans compter une fois encore sur Cuné, en plus épaulée pour le coup par Cathulu qui ont réussi à me donner une envie irresistible de découvrir ce qui se cache à la page 77 de ce roman. Merci les filles ;-(
 
Le récit tragico-comique de la jeune Rosemary, qui raconte comment sa soeur et son frère ont disparu de sa vie pour ne laisser que le silence d'une famille détruite.

 
 
 
J de Howard Jacobson (UK): 
 
La question Finkler ne me tente pas du tout malgré son prix en 2010. Ce dernier roman n'a pas beaucoup plus éveillé ma curiosité mais le côté dystopie pourrait d'avantage me plaire. 
 
Dans un futur où les allusions au passé sont devenues taboues, mystérieuse et suspectes, deux jeunes gens tombent amoureux. Leur attraction est-elle un hasard, ou a-t-elle été planifiée?

 


 

The Lives of Others de Neel Mukherjee (UK): 

Pas en mood India pour le moment mais la jolie couverture pourrait m'y amener dans les prochains mois. A voir!

Calcutta, 1967: Supratik disparait du foyer familial pour rejoindre le mouvement de rébellion Naxalite. Petit à petit, c'est toute la famille Ghoshes qui se désintègre, dans une société au bord de l'implosion, où les fractures entre les générations deviennent inévitables.

How to Be Both de Ali Smith (UK): 

J'en connais une qui va être contente:-) Flo, la tribune est toute à toi pour en faire l'éloge dès que tu l'auras fini; je suis pour ma part complètement paumée face à ce résumé et l'univers de l'auteur... 

Un roman qui saute d'époque en époque, en adoptant différentes formes et en ignorant les frontières entre réalité et fiction. 







Et vous, ça vous inspire quoi cette shortlist? Des pronostics? Pour le moment, Neel Mukherjee et Ali Smith sont en tête chez les bookies... A suivre le 14 octobre.

Commentaires

  1. Le Flannaghan me tente plus que les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est celui qui me tente le plus aussi, peut-être le plus classique également. Je crois que Mr. Z va l'acheter, donc j'espère m'y plonger dans les prochains mois.

      Supprimer
  2. je suis contente de t'avoir fait craquer !:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ouais, à deux vous êtes presque irrésistibles, limite dictature de la pensée hein ;-) J'ai un petit séjour en Angleterre en mars, je vais essayé de l'acheter là-bas.

      Supprimer
  3. Je ne sais pas si mon commentaire est passé (la page a fait un double salto avant ou arrière et je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui se passait) donc je réitère quitte à ce que tu supprimes.


    Ne t'avance pas trop : je pourrais finir par spammer ton billet et tu vas trouver le temps long d'ici le 14 octobre ;)

    En attendant de recevoir le livre (mais quel livre ? That's the question - Hamlet avait tout faux), j'ai eu l'occasion de lire des chroniques (sans réellement le vouloir mais il m'a suffi de mentionner le bouquin sur Twitter pour me faire repérer et de fil en aiguille je suis tombée sur deux articles de presse, qui plus est complémentaires, ce qui m'a rendue encore plus dingue).
    Donc je disais que j'ai lu des chroniques qui m'ont pas mal éclairée et m'ont encore plus donné envie d'avoir un exemplaire (voire deux) de ce bouquin. Je ne sais pas si je peux me permettre de dire pourquoi. Cela pourrait être perçu comme des spoilers mais il est impossible de parler du livre sans évoquer cet aspect... Donc à un moment ou un autre, si j'ai toujours une tribune ici ;D il faudra bien que j'en vienne au fait, ou plutôt à ce qui rend tout à fait claire la présentation que tu cites passablement obscure. Je pense que du fait de sa construction, ce roman devrait plaire aux "joueurs".
    Ali Smith a encore une fois fait plus fort qu'Ali Smith (il n'y a pas d'erreur dans cette phrase).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben non, apparemment ton première commentaire n'a pas passé. Désolée pour le bug!
      Tu m'intrigues là... Il y aurait donc plusieurs versions? Je t'avoue ne pas avoir eu le temps de creuser beaucoup plus loin, mais je compte sur toi pour m'éclairer... ou me laisser dans l'ombre tout en me convaincant de m'y plonger ;-)

      Supprimer
    2. Lu et déçue :S

      Pour t'éclairer : le livre est constitué de deux parties à la fois indépendantes et liées. Certains exemplaires débutent avec une partie, d'autres avec l'autre. J'ai finalement reçu un exemplaire ne débutant pas avec la partie qui me semblait la plus intéressante (et j'avais raison) et, après lecture, je trouve qu'un ordre de lecture fait beaucoup plus sens que l'autre.

      En gros : une partie est narrée par un peintre italien décédé et l'autre par une ado d'aujourd'hui ayant vu une fresque de ce peintre suite à un voyage en Italie. Le sens ado puis peintre me semble être le plus cohérent sur un plan narratif. Dans l'autre cas, c'est un peu bancal.

      Et ce que j'en retiens c'est que, comme pour Hotel World, son autre roman qui avait été sélectionné pour le Booker, c'est que How to Be Both est plus centré sur la forme que sur le fond. Certes Ali Smith attache beaucoup d'importance à la forme et ses inventions la rendent uniques mais il me semble qu'il y a des limites et que dans les deux livres cités elle pousse le bouchon trop loin dans le sens où cela n'apporte pas grand-chose et que l'on y perd sur d'autres plans.
      Il n'en reste pas moins que je serais heureuse qu'elle l'emporte mais, en tant que lectrice, ce livre-là ne restera pas dans mes annales.

      Supprimer
    3. Aïe, zut! C'est toujours déprimant d'attendre avec impatience un livre et d'en ressortir déçue.
      Le concept est original mais je ne suis pas sûre qu'il me plaise. C'est amusant ces deux parties et ces deux versions mais au final, l'ordre des chapitres et de la narration fait partie du choix de l'auteur et de l'éditeur et est normalement motivé. Là, c'est sympa, mais... difficile d'expliquer, c'est comme si le livre par cette flexibilité était inachevé pour moi.
      Bref, je retiens qu'il faut plutôt se tourner vers un autre roman pour découvrir cette auteur. Merci en tous cas pour ton feedback!

      Supprimer
  4. Hmmm, quelques tentations (l'Australien et le Jakobson entre autres), mais en creusant plus, ça risque juste de rejoindre ma PAL pour être "oubliés" comme tant d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais le nombre de Booker qui trainent dans ma bibliothèque.... En même temps, quand je cherche une lecture qui a de fortes chances de me plaire, je plonge volontiers dans cette liste et je suis rarement déçue... Par contre, pas du tout attirée par le Jakobson a priori: le thème est tenant mais cet auteur ne m'attire pas.

      Supprimer
  5. Mais pourquoi ces listes là me font-elles beaucoup plus d'effet que celles des prix français? (inutile de me répondre)
    Cathulu et Cuné sont redoutables, ou, on le sait (soupirs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'allais dire plutôt logique pour l'attraction de cette liste... mais triste d'un côté. Je suis pareil que toi, of course!
      Et oui, Cathulu et Cuné ensemble, c'est la cata pour la PAL assurée ;-)

      Supprimer
  6. J'en ai déjà repéré un grâce ou à cause de Cathulu hier... C'est vrai que l'ensemble me tente plus que la liste du Goncourt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose à peine avouer que je n'ai même pas encore jeté un oeil à la liste du Goncourt. Oups!

      Supprimer
  7. Flanagan a déjà écrit un livre sur Franklin qui ne m'a pas convaincue plus que ça. On dirait que cette histoire de passage du Nord Ouest le passionne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt le côté camp de prisonniers de guerre qui m'intrigue dans le Flanagan mais à ce que j'ai lu par-ci par-là, c'est un thème peut-être moins mis en avant que le résumé pourrait le laisser penser.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016