Salon du Livre de Genève: 1 - Zarline: 0

Et voilà, le Salon du livre et de la presse de Genève s'est achevé hier et a mis fin, par la même occasion, à mes bonnes résolutions PALesques, tout en me mettant K-O pour faire bien les choses. 

Car oui, difficile de résister à cinq journées passées au milieu de centaines et de centaines de tentations quotidiennes, de toutes ces nouveautés livresques étalées devant vous, de tous ces titres notés dans votre LAL et que vous vous jurez à chaque fois de ne pas oublier à votre prochaine visite en librairie. Et encore, je crois que j'ai limité la casse, n'ayant pas eu le temps de repérer beaucoup de nouvelles tentations chez vous ces dernières semaines. 

A force de courir d'allées en allées chassant le roman québécois impossible à trouver ailleurs, de parcourir d'avant en arrière le stand à la recherche de l'auteur en S qui se retrouve parmi les A, de jouer des coudes pour aller prendre de l'air et apprécier un peu de calme lors des journées des classes scolaires, avant d'attaquer un week-end pluvieux et donc bien rempli au Salon et un démontage dimanche en fin de journée pour repartir au boulot ce matin à 7h00... bref, je suis sur les rotules, battue à plat de couture par la Salon mais heureuse de ma semaine. 

Dans un Salon du livre amputé d'un nombre important de stands, sur une surface bien diminuée et, seul point positif, bien aérée du coup, j'ai quand même réussi à trouver mon bonheur. J'ai par exemple beaucoup aimé l'exposition de l'équipe déjantée de Plonk et Replonk, ainsi que celle consacrée aux 20 ans de Titeuf. J'ai trouvé sympa le concert de Keziah Jones le vendredi soir et intéressant le choix de conférences offert tout au long de ces cinq jours. J'ai bien aimé l'arrangement par librairies thématiques, autour de la littérature suisse, de la cuisine ou du développement personnel, mais je regrette beaucoup l'absence de plusieurs grands éditeurs. Je trouve également décevant l'absence de livres en anglais dans une ville comme Genève, sans mentionner le stand SOLDES proposé les autres années par l'OLF qui me fournissait en vo pour douze mois. Vous allez me dire, j'ai au moins épargné un peu ma PAL... Dommage également le peu de visibilité de l'hôte d'honneur, le Mexique, qui avait un stand très classe et zen, dans des tons froids de blanc et de turquoise et qui du coup paraissait presque transparent. 

Côté auteurs, j'ai eu peu de temps pour faire la causette. J'ai quand même eu l'occasion de rencontrer Joël Dicker, bien occupé à dédicacer pour une longue file de fans qui serpentait tout autour du stand suisse. J'ai aussi vu Douglas Kennedy et Tatiana de Rosnay, autres grandes stars du Salon, qui n'ont toutefois pas réussi à me donner envie de lire enfin un de leurs livres. J'ai écouté Pierre Béguin parler de son livre Vous ne connaitrez ni le jour ni l'heure sur le suicide assisté. J'ai discuté avec plaisir avec le sympathique Max Lobe, auteur de 39, rue de Berne dont je vous parlais ici. J'ai, par la même occasion, découvert l'initiative Parrains&Poulains lancée par le Salon, ou la création de cinq tandems littéraires suisses entre des écrivains confirmés et les nouveaux espoirs. Max Lobe était ainsi coaché par Jean-Louis Kuffer, Aude Seigne par Daniel de Roulet, Isabelle Aeschlimann par Jean-Michel Olivier, Quentin Mouron par Anne Cuneo et enfin Anne-Frédérique Rochat par Amélie Plume. Une initiative qui s'inscrit bien dans la relance de la littérature romande mise en lumière cette année par le succès de Joël Dicker. Alors on peut être étonné, voire dubitatif sur le succès incroyable de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert (d'ailleurs, j'ai toujours un billet à pondre sur le sujet), je suis pour ma part enchantée du coup de fouet et de la confiance que cela peut donner aux auteurs de la région. Enfin, j'ai obtenu une jolie dédicace de Benjamin Lacombe et ai discuté avec Carlos Salem, aussi déjanté que je l'imaginais. 

Résultat final de ces cinq jours:


Les contes macabres de Benjamin Lacombe
Les Amants de Francfort de Michel Quint
Chambre Froide de Minette Walters
No impact man de Colin Beavan
Alzheimer mon amour de Cécile Huguenin
Green River de Tim Willocks
Chrysis de Jim Fergus 
Les Apparences de Gillian Flynn
La Lignée de Guillermo del Toro et Chuck Hogan 
Tijuana Straits de Kem Nunn

ainsi que quelques livres de cuisine, une tonne de catalogues, une collection entière de marque-pages et des gadgets à profusion. 

YA DU BOULOT!

Commentaires

  1. 5 jours ? Mais tu dormais sur place ?!

    RépondreSupprimer
  2. Même question qu'Alex ? Bises (livre bien reçu : mille mercis, tu es adorable !)

    RépondreSupprimer
  3. @Alex: Hé hé, presque. J'y travaillais cette année, donc au final, j'y ai même passé 6 jours en comptant le montage du stand. Sympa, mais on est content quand ça se termine ;-)

    @Philisine: Super pour le bouquin. L'auteur est très sympa, il attend ton billet avec impatience (la pression hein, mais n'hésite pas à donner un avis franc). Bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  4. Quel aventure ! :) En passant, je t'ai taguée, si ça te dit de jouer le jeu : http://lecture-sans-frontieres.blogspot.fr/2013/05/le-tag-du-qui-aime-bien-chatie-bien.html

    RépondreSupprimer
  5. Les dédicaces de Benjamin Lacombes sont très belles ! L'an dernier il a fait un superbe dessin pour ma fille... :-)

    RépondreSupprimer
  6. @A Girl: Hi hi, dès que je m'attaque à mes 3... ou même 4 tags en retard, j'inclus le tien, promis ;-)

    @Irrégulière: Je trouve aussi. En même temps, c'est pas les bouquins non-lus qui manquent chez moi mais je trouve que j'ai limité la casse.

    @Marie: J'admire sa patience et son application, alors qu'il enchainait depuis déjà quelques heures les dédicaces. Un joli souvenir en tous cas...

    RépondreSupprimer
  7. un salon que j'ai fréquenté assidument pendant mes vingt et quelques années haut savoyardes
    j'y ai toujours pris beaucoup de plaisir et c'est l'occasion de voir de plus près les éditeurs Suisses qui cachent des merveilles qui ne sont jamais mises en avant en France ou très peu

    RépondreSupprimer
  8. Difficile en effet de résister à tant de tentations !!! Tu t'en es pas trop mal tiré ... enfin 10 livres quand même !!!

    RépondreSupprimer
  9. @Dominique: Effectivement, c'est une bonne occasion de découvrir les éditeurs et auteurs suisses dont on parle au final peu. Cette année, ils avaient en plus organisé un stand "librairie suisse" qui facilitait vraiment la découverte.

    @Malika: Gloups! Et je viens de voir que mon marchand de livres d'occasion avait monté son stand dans ma ville... La vie est dure pour une LCA ;-)

    RépondreSupprimer
  10. 1 à 0 pour Genève, ce ne serait pas plutôt au moins 10 à 0 lorsque je vois la liste ?

    RépondreSupprimer
  11. @Yv: Hum hum, merci Yv de me déprimer encore plus ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour zarline, je ne connais pas du tout ce salon du livre. Cela me tenterait bien d'y aller au moins une fois. Concernant les achats: Chambre froide de Minette Walters est vraiment bien. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
  13. @Dasola: Le prochain Salon du livre de Genève aura lieu du 30 avril au 4 mai 2014 (ça va, tu as le temps de prévoir). Pour ma part, j'ai très envie de tenter celui de Paris un jour.
    Et pour le Minette Walters, je ne l'ai pas encore lu. Je l'ai reçu avec une opération "2 achetés-1 offert", donc je ne savais vraiment pas trop à quoi m'attendre; ton commentaire me rassure. Yapluka!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016