mercredi 30 avril 2014

Rédemption de Matt Lennox

Pour ceux qui aiment: Dennis Lehane

Après 17 ans passés en prison, Lee retourne dans sa ville natale afin d'assister sa mère atteinte d'un cancer. Sa soeur ne semble que moyennement apprécier sa réapparition, mais son mari, Barry, un pasteur évangélique, est lui bien décidé à accompagner Lee vers sa rédemption.

Lee redécouvre ainsi petit à petit les joies et les contraintes de la liberté et tente de tourner la page de son passé tumultueux. Mais tout le monde en ville n'est pas prêt à accepter le nouveau Lee et d'autres, comme son neveu Pete, continue à s'interroger sur le crime qu'il a commis. Le chemin de Lee vers sa nouvelle vie semble ainsi très vite semée d'embûches et de tentations.

Premier roman d'un jeune auteur canadien, Rédemption est une livre fort et bien mené qui s'interroge sur notre capacité à changer, à choisir une nouvelle voie, à faire oublier notre passé. 

Il faut le dire tout de suite, on est loin du livre "positive attitude" et plein d'espoir. Au contraire, Lee arrive dans cette petite ville plein de bonnes intentions et de convictions grâce auxquelles il a obtenu sa libération: il a arrêté de boire, il a appris le métier de charpentier, il a commencé à prier. Mais une fois dehors, l'intérêt de toutes ces bonnes habitudes devient moins évident, surtout quand il semble être bien le seul à voir qu'il n'est plus le même. A force de déconvenues, d'accidents, et de mauvaises rencontres, les fantômes du passé vont progressivement refaire surface.

Le lecteur suit ce parcours, désespérant de voir Lee s'enfoncer à nouveau dans ses travers et de devoir rester assis là, sans pouvoir l'aider. Car Lee est un personnage vraiment attachant, plein de démons mais qui conserve une bonne dose d'humanité. Il reste par contre un héros assez distant et j'aurais parfois aimé savoir, de manière plus explicite, ce qui se passe dans sa tête. Les autres personnages sont également très bien construits. Pete est un ado un peu perdu qui cherche ses origines, Barry et ses ambitions prosélytiques est tout simplement détestable mais tellement crédible, Stan en policier-retraité qui peine à lâcher du lest est également touchant.

Pas grand-chose à redire donc sur ce récit brut, noir et réaliste, loin de tout idéalisme. Pour un premier roman, c'est en effet prometteur. Il manque cependant un peu d'ampleur et de profondeur à l'intrigue pour en faire, à mon avis, un grand roman. 

Dans la veine des films de James Gray ou des romans de Dennis Lehane, Rédemption marque les formidables débuts d’un jeune auteur canadien. Matt Lennox explore dans ce roman d’une beauté sombre et puissante les secrets d’une petite ville enfermée dans ses préjugés.
Après dix-sept années passées dans une prison de haute sécurité, Leland King revient dans sa ville natale de l’Ontario, où sa mère est en train de mourir. Quel crime a-t-il commis pour avoir été aussi longtemps privé de liberté ?

Pete, son neveu, né pendant sa détention, l’ignore et ne s’en soucie guère. Mais, dans ce patelin où l’on ne vénère que Dieu et la loi, il est bien le seul : personne n’a vraiment pardonné à Leland son passé criminel. Surtout pas Stan Maitland, un flic à la retraite, qui ne peut s’empêcher de voir un lien entre le retour du « hors-la-loi » et la récente découverte du cadavre d’une jeune femme dans une voiture abandonnée… Il faudra bien, un jour ou l’autre, que Pete affronte la terrible vérité.

Je remercie les éditions Albin Michel pour l'envoi de ce premier roman intriguant.


LENNOX Matt, Rédemption, ed. Albin Michel, février 2014, 432p., traduit de l'anglais (Canada) par France Camus-Pichon
LENNOX Matt, The Carpenter, ed. HarperCollins Publishers, 2012

10 commentaires:

  1. Voilà qui semble tout à fait intéressant en effet, le personnage semble complexe à souhait, et le pasteur m'a tout l'air dans mes cordes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de blanc ou de noir dans ce roman mais on passe vraiment par toutes les nuances de gris (hum hum, sans aucun rapport avec un certain roman). Les personnages sont complexes et le pasteur est en effet des plus irritant (mais heureusement pas si présent que ça). Je pense que ce roman pourrait te plaire et autrement, je suis sûre que Lennox peut nous pondre et vrai roman bien sombre et tortueux dans les prochaines années. A suivre!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je me rappelle avoir lu ton billet avant d'attaquer ma lecture, ça m'avait rassurée. J'ai aimé aussi, mais je ne peux pas non plus dire que j'ai adoré.

      Supprimer
  3. Je vais attendre le second roman de l'auteur, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux, même si celui-ci est déjà très bien!

      Supprimer
  4. Oui, c'est vrai que cela fait penser à Lehane (Mystic River en particulier, mais je n'en ai lu que 2 ;-)). C'est soooombre, et triiiiiste ! Et beau.
    J'aimais bcp Lee, Pete, Bud et Stan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La référence à Lehane est presque inévitable je trouve. Même ambiance de petite ville, même désespoir et oui, beaucoup de noirceur. C'est triste, je suis d'accord, mais je trouve intéressant que ce ne soit pas tire-larmes non plus. C'est juste "vrai".
      Et pour les personnages, pareil que toi, même si j'ai vraiment plus accroché à Lee je crois.

      Supprimer
  5. Hmmmm... pas certaine pour moi. J'ai peur que ça fasse trop "religion" je pense. C'est un thème qui m'énerve très souvent. du coup, bon... j'hésite fortement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thème de la religion est plutôt dilué, comme un arrière-fond. Le personnage principal est poussé à la "rédemption" par quelques personnages un peu prosélytes, mais le roman se concentre plus sur les forces plus obscures: mauvaises fréquentations, alcool, etc. Je pense que ça ne devrait pas te gêner. Autrement, peut-être à tenter à la bibliothèque?

      Supprimer