Hygiène de l'assassin d'Amélie Nothomb

Se sachant condamné à mort, le célèbre romancier Prétextat Tach accepte de rencontrer une poignée de journalistes pour une dernière série d'entretiens. Pleins de confiance, les heureux élus se précipitent à la rencontre du fameux et secret lauréat du Prix Nobel de littérature. Mais leur rencontre avec Prétextat Tach ne va pas être une partie de plaisir, l'auteur prenant un malin plaisir à les déstabiliser, avant de les mettre à la porte, l'un après l'autre. Jusqu'à l'arrivée d'une jeune femme, qui loin de se démonter va faire face aux remarques acerbes de l'écrivain.

C'est ici que je vous avoue qu'il a fallu attendre 2014 pour que je lise mon premier Nothomb. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir une soeur complètement fan, qui possède tous les romans de cet auteur et qui me bassine (gentiment) depuis des années pour que je découvre ses romans. Devant accompagner la dite soeur à une dédicace d'Amélie Nothomb dans une librairie de Lyon en novembre, je me suis dit que le moment était venu de découvrir son oeuvre.

J'ai choisi de m'attaquer à son premier roman, Hygiène de l'assassin. Ce fut malheureusement une rencontre ratée. Malgré quelques très bons mots sur la littérature et son analyse, sur l'image de l'écrivain, sur la vie, sur l'amour, je n'ai pas réussi à réellement entrer dans l'histoire.

J'ai peut-être préféré la première partie, où les différents journalistes se succèdent et font face à un Prétextat Tach qui retourne toutes leurs questions avec toute la mauvaise foi possible mais aussi une bonne dose d'esprit. Par contre, le personnage de Tach m'a paru bien trop caricatural, tout comme la deuxième partie du roman qui pour moi manque de crédibilité. Je suis consciente que ces deux derniers points sont probablement un choix délibéré de l'auteur, mais le côté un peu vaudeville et grotesque de l'histoire ne m'ont tout simplement pas plu.

Au final, j'ai fini Hygiène de l'assassin sans grand intérêt, sans m'être impliquée dans un roman qui se parcourt toutefois assez facilement. Une expérience de lecture justement dénoncée par Prétextat Tach... Une belle ironie!

Il est possible que je retente l'expérience Nothomb avec l'un de ses romans plus autobiographiques. Si vous avez des recommandations, je suis preneuse. Car malgré cette rencontre ratée avec ce roman, Amélie Nothomb reste un personnage que j'apprécie beaucoup, qui me surprend et m'amuse, et qui est, en vrai, réellement sympathique. D'où peut-être une déception encore plus grande pour ce premier roman qui m'a laissée presque totalement indifférente, en décalage complet avec mon impression de son auteur. Dommage!

Prétextat Tach, quatre-vingt-trois ans, prix Nobel de littérature, n'a plus que deux mois à vivre. Monstre d'obésité et de misanthropie, il joue avec une cruauté cynique à éconduire les journalistes venus l'interviewer. Les quatre premiers fuient épouvantés. La cinquième, Nina, aura raison de lui et de son secret: sous les mots se cachent le crime, et sous l'oeuvre, l'imposture. La littérature, la vraie, est faite de larmes et de sang.

NOTHOMB Amélie, Hygiène de l'assassin, ed. Points, 1996, 181 p.
Première publication par ed. Albin Michel en 1992. 

Commentaires

  1. C'est aussi le premier Nothomb que j'ai lu et j'ai aimé, je l'ai trouvé même assez virtuose. J'en ai lu un autre depuis, et je renouvellerai l'expérience mais à petites doses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de très bonnes répliques dans le livre et un rythme intéressant. Mais je n'ai pas du tout accroché aux personnages et le seul intérêt de l'histoire est pour moi de mettre en valeur les notes d'esprit de l'auteur. Je m'attendais probablement à un roman plus "classique". Peut-être que ce n'était pas le bon moment?

      Supprimer
  2. J'avais bien aimé les premiers Nothomb mais je n'arrive pas bien à me souvenir pour celui-là... Je lisais ses livres à chaque parution pendant peut-être 3 ans, et puis je me suis lassée, enfin, je ne l'ai plus trop retrouvée, du coup ça fait un moment que je n'ai rien lu d'elle. Mais ça ne me manque pas vraiment à vrai dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je retenterai le coup, peut-être avec Stupeur et tremblements ou Métaphysique des tubes. Tu les as lus? En même temps, si je ne suis pas fan, ça ne me manquera pas trop non plus ; ça fera un livre de moins à lire à chaque rentrée ;-)

      Supprimer
    2. J'avais beaucoup aimé Stupeur et tremblements, oui. En même temps, déjà à l'époque, la thématique Japon ne m'était pas indifférente. Il me semble avoir apprécié aussi Métaphysique des tubes mais je ne pourrais en jurer.^^

      Supprimer
    3. L'envie de Japon grandit petit à petit de mon côté. Du coup, c'est peut-être la bonne occasion pour donner une deuxième chance à Amélie ;-)

      Supprimer
  3. J'ai lu L'hygiène de l'assassin en premier et je me souviens avoir beaucoup aimé. Je l'ai prêté à ma sœur qui déteste lire et depuis elle lit ! Mais son préféré reste, comme pour beaucoup, Stupeurs et Tremblements - un livre très autobiographique et on y découvre le Japon et ses entreprises.
    J'ai aussi lu d'autres livres mais j'ai fait une pause puis je l'ai retrouvée avec Barbe Bleue et en ce moment je lis Prétronille, que j'aime beaucoup car à nouveau autobiographique.
    J'adore la personne, je ne loupe aucune de ces émissions - j'avais adoré l'itw où elle explique comment elle travaille. Je vais essayer d'aller la voir demain (elle vient à Nantes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, je commence à me dire que je suis passée à côté de quelque chose avec ce livre... Il me reste à retenter le coup, probablement avec Stupeurs et Tremblements qui semble faire l'unanimité.
      As-tu réussi à la voir à Nantes?

      Supprimer
  4. Mon Dieu, Madame, tout cela ne nous rajeunit guère ! Ah, les premiers romans d'Amélie Nothomb. Le plaisir de voir une jeune petite Belge faire parler d'elle dans le monde de la littérature. Et puis, il y avait un vent d'originalité bien plaisant. J'ai beaucoup aimé cette Hygiène de l'assassin, puis les quelques suivants. Hélas, j'ai rapidement eu l'impression que Amélie s'était mise à faire du Nothomb et tourner en rond. D'accord avec Stupeurs et Tremblements et Métaphysique des tubes, qui sont parmi les plus récents que j'ai aimés. Dans les plus anciens (1998) je te conseille aussi Mercure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est indéniable, Amélie Nothomb a son style bien à elle. Je ne me rappelle pas très bien de ses débuts mais effectivement, ça a dû être un petit tsunami.
      En fait, ayant tellement entendu parler de cette auteure au fil des ans, je crois que j'attendais quelque chose de révolutionnaire de cet Hygiène de l'assassin. Ca l'était sûrement en 1992 venant d'une jeune auteure belge, peut-être moins aujourd'hui avec une Amélie Nothomb bien installée dans le paysage littéraire...
      Merci pour tes recommandations, je ne connaissais pas Mercure, je file voir le résumé.

      Supprimer
  5. J'ai adoré ce roman donc nos avis ne se rejoignent pas. Puis Les Catilinaires, Le Sabotage amoureux. Après Stupeurs et tremblements (sympa) ensuite rien de notable. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semble réellement que je sois du côté des schtroumpfs grognons pour ce roman ;-( J'entends souvent des lecteurs déçus par ses romans plus récents et je me demande toujours si la qualité est vraiment moins bonne ou si la nouveauté n'y est plus...?
      Et merci pour tes suggestions de titres!

      Supprimer
    2. Si je peux me permettre, " les catilinaires" est un régal d'humour noir ! " mercure" "attentat" et stupeur et tremblements" sont aussi excellents !

      Supprimer
    3. Merci beaucoup Comète. Je note tous ces titres, je suis sûre que ma soeur sera ravie de me les prêter. Yapluka! ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016