samedi 24 novembre 2012

Fraise et Chocolat d'Aurélia Aurita

Pour: Les déçus de Fifty Shades of Grey et les fans de Fluide Glacial

Fraise et Chocolat c'est le compte-rendu des premier mois de passion molta caliente entre la jeune dessinatrice Aurélia et Frédéric, un quarantenaire qu'elle rejoint au Japon et qui comme le bon vin, s'est bonifié avec l'âge. 

Autant le dire tout de suite, cette BD n'est pas à mettre entre toutes les mains. Car oui, Aurélia et Frédéric passent une grande partie de cet album dans leur lit... dans un placard, par terre, sur une chaise, sur un balcon etc etc. Cependant, même si l'étiquette de BD érotique n'est pas usurpée, à aucun moment on ne tombe dans le trash ou le vulgaire. Bon, on s'entend, je n'irais pas jusqu'à dire que Fraise et Chocolat est plein de finesse mais ce que je retiens avant tout, c'est l'humour des planches. Celles qui donnent son titre à la BD m'ont d'ailleurs arraché un gros éclat de rire dans le train et des regards un peu (trop) insistants (il faut dire que c'était le dernier train, à 1h du mat', et que la compagnie de mon wagon n'était pas des plus recommandables). 

Fraise et Chocolat reste cependant une BD qui aborde le s*xe sans tabou (ce qui n'est pas mon cas sur ce blog, désolée donc pour les astérisque mais j'ai déjà assez de requêtes bizarres qui atterrissent ici) mais sans non plus faire de la surenchère. On en ressort avec l'impression d'avoir assisté aux prémisses d'une belle passion amoureuse, plutôt qu'à une histoire de s*xe graveleuse. 

Pour parler un peu du dessin, le coup de crayon d'Aurélia Aurita est simple, en noir et blanc, plus suggestif que vraiment érotique, qui va des traits fins d'un portrait croqué sur la couette jusqu'aux contours flous d'une montée au septième ciel. Quelques extraits ici.

Fraise et chocolat, c'est l'histoire d'une femme amoureuse et heureuse, pour qui tout roule au lit. C'est drôle, juste, tendre, plein de franchise, et c'est un bon bol d'air frais dans le milieu de la BD, alors pourquoi s'en priver?

Récit hautement érotique, Fraise et Chocolat retrace les premières semaines d'une passion amoureuse à travers le regard d'une jeune dessinatrice de 25 ans. 
Observatrice attentive de ses propres élans, de ses désirs mais aussi de ses doutes, Aurélia Aurita parle d'amour et de sexe avec fraîcheur et franchise. Sa vision ludique et joyeuse, mélange de crudité et de tendresse, est actuellement sans équivalent dans le paysage de la bande dessinée occidentale. 

Aurélia Aurita est née en 1980 en région parisienne. Parallèlement à des études de pharmacie, elle débute une carrière de dessinatrice de BD, publiant ses premières histoires courtes dans Fluide Glacial. Paru en 2003 aux éditions du 9e Monde, Angora, petit album sensuel et troublant, est immédiatement remarqué par la critique. Invitée aux côtés d'auteurs aussi prestigieux que Jirò Taniguchi ou Emmanuel Guibert à participer à l'album collectif Japon, paru fin 2005 simultanément en français chez Casterman, en japonais chez Asukashinsha et en quatre autres langues, elle se rend une première fois dans l'Archipel en octobre 2004. C'est le coup de foundre. Fervente admiratrice de Reiser et Anaïs Nin, et aujourd'hui docteur en pharmacie, Aurélia Aurita n'a plus quitté Tokyo depuis. C'est là qu'elle réalise, en 2005 et dans la plus grande discrétion, les surprenantes pages de Fraise et Chocolat...

AURITA Aurélia, Fraise et Chocolat, ed. Les impressions nouvelles, mars 2006, 142p.

Le deuxième tome m'attend, donc je vous reparle probablement bientôt d'Aurélia Aurita...

8 commentaires:

  1. J'avais déjà vu des avis plus mitigés. Donc je ne sais pas, je ne suis pas plus tentée que ça.

    RépondreSupprimer
  2. Aaah j'avais adoré quand je suis tombée sur cette BD chez une amie. C'est audacieux mais sans provoc', et c'est tellement drôle!

    RépondreSupprimer
  3. très sympa et plein de bon sens!
    le deuxième un peu en dessous, selon moi, mais appréciable tout de même!

    RépondreSupprimer
  4. Ah làlàlà, j'avais détesté cette BD !

    RépondreSupprimer
  5. Les avis diffèrent sur cette BD : bon, cela dit, ce n'est pas mon genre préféré (mais il est bon parfois de dépasser ses limites ...) Bises

    RépondreSupprimer
  6. Je continue : pour la Norvège, je n'ai qu'un mot : houououououou !
    et pour Skyfall, j'y vais demain (donc je te dirai quoi).

    RépondreSupprimer
  7. Beaucoup aimé celui-ci, moins le 2e. J'attends ton impression ;)

    RépondreSupprimer
  8. @Manu: Des avis mitigés? Je crois qu'en fait soit on déteste, soit on a trouvé ça drôle. Tu peux toujours essayer de le feuilleter à l'occaz, tu te feras vite une opinion sur le camp auquel tu appartiens...

    @A girl: "Audacieux mais sans provoc'", c'est bien trouvé. As-tu lu le deuxième?

    @Lasardine: Je dois emprunter le deuxième à ma soeur, on verra bien, mais je peux imaginer qu'un deuxième tome du genre peut être lassant. Je suis assez tentée par Buzz-moi, l'album où Aurélia Aurita raconte comment elle a vécu le succès de sa série...

    @Irrégulière: Je suis passée lire ton billet, et je peux comprendre ton avis. Pour moi, le côté drôle l'a emporté sur le côté vulgaire et j'y ai vu les premières semaines de passion, où on se saute dessus chaque deux minutes. Curieuse du coup de voir comment ça va évoluer dans le tome suivant. Si je devine bien, tu as fait l'impasse ;-)

    @Philisine: Pas mon genre préféré non plus, mais c'est sympa d'essayer et de sortir de nos petites habitudes... Pour ton deuxième comm, je pense qu'il y a eu un bug, mais j'espère que tu as aimé Skyfall, moi j'ai vraiment bien accroché. Et Daniel, ahhhh!

    @Stephie: Aie aie, le deuxième semble avoir vraiment déçu. L'attrait de la nouveauté en moins je suppose. Je te tiens au courant...

    RépondreSupprimer