vendredi 1 mai 2009

The Viceroy of Ouidah de Bruce Chatwin


NOTE: 8/10
Pour ceux qui: planifient un séjour au Bénin et tous les autres qui aimeraient se plonger dans l'ambiance si particulière de Ouidah

Lors de mon séjour en Afrique de l'Ouest, je suis passée par la charmante ville de Ouidah, au Bénin, capitale du Vodou. J'ai alors entendu parler d'un certain Francisco Felix da Souza, un marchand d'esclave brésilien, nommé Vice-Roi de Ouidah par le roi Ghézo, après avoir aidé ce dernier à prendre le pouvoir, et héros d'un livre de Bruce Chatwin. De retour à la maison, je me suis donc mise à la recherche de ce livre.

The Viceroy of Ouidah est donc l'histoire de Francisco Manoel da Silva, personnage directement inspiré de Francisco da Souza. A l'origine, Bruce Chatwin voulait écrire une biographie fidèle de ce personnage, mais le sujet avait déjà été traité de manière très précise par Pierre Verger. Il décida donc d'écrire une version courte et romancée de la vie si particulière de cet homme.
On découvre donc Dom Francisco de son enfance au Brésil, à sa mort, en passant par son arrivée au Bénin en tant que marchand d'esclave et son amitié avec le roi de Dahomey. Le récit débute, cependant, au XXème siècle, avec la réunion familiale annuelle de tous les descendants da Silva afin d'honorer leur ancêtre commun. Il faut dire que Francisco da Souza est connu pour avoir eu plus de 63 enfants et 1000 femmes et ses descendants se répartissent aujourd'hui dans tout l'Afrique de l'Ouest. Vous pouvez d'ailleurs jeter un coup d'oeil au site web de la famille.

Il est difficile de parler plus en détails de l'histoire sans en dévoiler tout le contenu. Je peux vous assurer, cependant, que le personnage de Dom Francisco vaut la peine d'être découvert. Le style de Bruce Chatwin est tout simplement magnifique, en particulier ses descriptions de personnages et de lieux, et le lecteur est vraiment plongé dans les différentes atmosphères, que ce soit Ouidah, le Brésil, le palais d'Abomey et ses têtes coupées par l'armée des Amazones ou la route des esclaves.
Si je devais trouver un défaut à ce livre, c'est peut être sa brièveté. 101 pages ne permettent pas à l'auteur de traiter toute l'étendue de cette histoire et certains événements auraient pu être beaucoup plus développés. En tournant la dernière page, j'ai ressenti le besoin d'en savoir plus sur l'original Dom Francisco, sur les rois d'Abomey et sur la traite des esclaves, histoire de démêler la fiction du réel. Un livre donc à découvrir, pour son sujet si étonnant et pour Bruce Chatwin qui mérite définitivement d'être mieux connu dans les pays francophones.

Fransisco Manoel da Silva, a poor Brazilian, sailed to the African Kingdom of Dahomey in the early 1800s, determined to make his fortune in the slave trade. Armed with nothing but an iron will, he became a man of substance in Ouidah, and friend to the mad, mercurial king. It was a relationship fraught with danger, an da Silva never made the triumphant return to Brazil of which he had dreamed. He did, however, found a remarkable dynasty; an enormous brood of mulatto children, all called da Silva, ensured that his name was still honoured by a highly miscellaneous clan over a century later, an outpost of Brazil in Africa...

CHATWIN Bruce, The Viceroy of Ouidah, ed. Vintage Classics, 1998, first published in 1980, 101p.
CHATWIN Bruce, Le Vice-Roi de Ouidah, ed. Grasset, 2003, 165p

Un film est également tiré de ce livre mais je ne l'ai pas encore vu. Il s'agit de Cobra Verde de Werner Herzog.

7 commentaires:

  1. Je vais aussi m'offrir un moment de lecture avec l'Afrique comme cadre, en commençant "Heart of Darkness" de l'auteur Joseph Conrad.

    RépondreSupprimer
  2. @Hermione: ce livre est aussi au programme pour moi, très prochainement.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis aussi passée par là il y a longtemps ( photo avec python pour immortaliser l'événement...), mais n'ai pas entendu parler de ce monsieur, je suppose que depuis le tourisme a été plus développé dans le pays.

    RépondreSupprimer
  4. @keisha:ahh, la fameuse photo avec le python, ça en tout cas, ça n'a pas changé. Si tu es passée par Ouidah, je te conseille vivement ce livre. Juste la première page devrait te faire sourire, avec une comparaison entre le Temple des pythons et l'église catholique. A part ça, je ne crois pas que le tourisme se soit vraiment développé, mais Dom Fransisco a beaucoup changé l'architecture de Ouidah, beaucoup de ses descendants y habitent encore et donc les guides de voyages en parlent. Je ne sais pas si tu as fait la route des esclaves jusqu'à la plage, mais elle débute en fait pas loin de la maison de Dom Fransisco, sur la place Cha Cha I, son surnom.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Zarline,

    Dans Ségou, le personnage de Chacha 1er apparait. Un des quatre frères se retrouve au gré de ses pérégrination à Ouidah. Ce personnage charismatique a suscité visiblement beaucoup l'imaginaire des écrivains. D'ailleurs il est présent également dans le dernier roman du togolais Kangni Alem intitulé Esclaves et qui est paru aux éditions Lattes. Il (ce roman) est au centre du polémique au Bénin où Kangni Alem est attendu de pied ferme par l'intelligentsia béninoise.

    Merci pour cette référence.
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
  6. @Gangoueus:je dois définitivement lire Ségou alors. Quant au livre "Esclaves", je n'en avais pas entendu parler mais ça a l'air vraiment intéressant. L'as-tu lu? D'où vient la polémique, des approximations historiques ou du sujet lui-même? Quand à Cha Cha I, je crois que son extravagance et son destin assez exceptionnel n'ont pas fini d'inspirer les auteurs.

    RépondreSupprimer
  7. Le livre Esclaves est sorti la semaine dernière dans les librairies. Mais, il y a eu un buzz sur certains blogs, marquant ainsi l'intérêt pour le sujet des béninois et togolais où de nombreux descendants de Chacha 1er sont présents.

    Je me suis procuré un exemplaire, hier.

    Pour te faire une idée de l'animation autour de cet ouvrage, tu peux voir l'article de l'écrivain béninois Florent Couao-Zotti :
    http://couao64.unblog.fr/2009/03/06/esclaves-ou-le-roman-subversif-de-kangni-alem/

    Nathalie Philippe propose une critique de l'ouvrage :
    http://nathaliephilippe.com/?p=153

    @+

    RépondreSupprimer