mardi 23 mars 2010

A la recherche d'Hemingway de Leif Davidsen


Pour ceux qui: partent à Cuba

John Petersen est un professeur d'espagnol danois. Après la mort de sa femme et une dépression, il décide de se lancer dans un pèlerinage à la recherche d'Hemingway. En Floride, dans les Key West, il rencontre Carlos, un vieil exilé cubain, désespéré de ne plus voir sa fille, retournée vivre sur l'île de Fidel Castro. En acceptant d'amener une lettre à sa fille, John se voit vite embarqué dans une histoire qui le dépasse.

A la recherche d'Hemingway a eu pour moi une sacrée odeur de vacances. J'ai en effet visité la Floride et voilà environ six ans, j'ai eu la chance de passer un mois en sac à dos à Cuba. J'ai beaucoup aimé retrouver les endroits et paysages décrits par Leif Davidsen. Les descriptions sont tellement justes et fidèles que j'ai instantanément été transportée dans les Caraïbes. J'ai souri aux évocations des musiciens sur les places de la Havane, des cocktails à l'Hôtel Nacional, de la salsa touristique à tous les coins de rue, des coco-taxis, etc.

Le contexte de la fin du règne de Fidel Castro et la reprise du pouvoir par son frère Raul est également très intéressant et j'ai aimé les remarques sur le quotidien des Cubains, souvent caché ou tu aux touristes. Les Cubains restent en effet plutôt prudents quand ils discutent du régime avec des étrangers. J'ai donc apprécié ces quelques éléments politiques et dénonciateurs de la répression exercée à Cuba, de la censure, des privilèges accordés aux membres du parti et de l'armée, des salaires ridiculement bas, de l'attrait de la prostitution pour les jeunes et la liste est encore longue.

Malgré ces deux aspects très positifs, je suis un peu déçue par ce livre, qui selon moi souffre d'une erreur de casting. En effet, John, la cinquantaine, au début plutôt timide et pataud, devient au fil des pages un séducteur à la James Bond mais uniquement auprès de femmes plus toutes jeunes. Bonjour le glamour! Un héros qui devient donc de moins en moins crédible et des répétitions et fixations parfois étranges sur les "mains sèches" des Cubains ou sur le frôlement sur la nuque comme geste "über-sexuel".

A la recherche d'Hemingway pèche donc sur son personnage principal et sur son intrigue un peu emberlificotée sur la fin, mais reste une lecture idéale pour les vacanciers à destination de Cuba. C'est un livre intéressant, qui tout en restant léger, permettra au lecteur d'ouvrir les yeux sur une dictature au capital sympathie encore bien présent. Petit conseil cependant, un livre à lire AVANT le voyage, car je doute que les frères Castro aient apprécié les écrits de Leif Davidsen.

"Vous parlez espagnol, vous êtes touriste, vous êtes un pèlerin d'Hemingway, ce qui est la meilleure couverture du monde, à Cuba. En outre, vous vous ennuyez et vous avez envie de voir si la vie peut toujours faire bouillir le sang dans vos veines. " A son arrivée à La Havane, John Petersen est happé par les saveurs de la vie cubaine : le rhum, les femmes, les épices et la salsa... Mais il a une promesse à tenir, celle faite à un vieux cubain en exil avec qui il s'est récemment lié d'amitié. Il doit remettre une lettre à sa fille, qui a rompu les liens avec sa famille pour épouser un haut-fonctionnaire du régime castriste. John commence ses recherches mais sent son estomac se nouer à plusieurs reprises en parcourant les rues de la capitale, il est suivi. Et la distance qui le sépare de sa petite vie bien rangée au Danemark prend soudain toute sa mesure.

Leif Davidsen était une voix pour ses compatriotes danois avant d'être auteur de romans à suspense. Une voix familière de grand reporter et de correspondant à l'étranger, qui venait d'Espagne, puis de Russie, des pays de l'ancienne Union soviétique et des divers points chauds de la planète. Les pays de l'Est étant devenus sa spécialité, il rédige des émissions documentaires pour la D.R. (radio et télévision danoise), donne des conférences et publie des romans à suspense très populaires en Scandinavie.

Livre lu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Je remercie donc les éditions Gaïa et Babelio pour cet envoi et en particulier Guillaume pour sa patience ;-)


Pour les nostalgiques de l'idéalisme de la Révolution cubaine, j'en profite pour vous recommander une très bonne biographie en deux volumes de Che Guevara, par Paco Ignacio Taibo.





DAVIDSEN Leif, A la recherche d'Hemingway, ed. Gaïa (polar), février 2010, 335p. Traduit du danois par Monique Christiansen.

DAVIDSEN Leif, Pa udkig efter Hemingway, 2008

4 commentaires:

  1. J'ai été plus emballée que toi, et ai beaucoup aimé d'être transportée ainsi en Floride et à Cuba, que je ne connais pas du tout !
    La répétition des "mains sèches", j'avais trouvé ça curieux aussi... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. @kathel: Les descriptions de Cuba sont vraiment fidèles. J'avais presque l'impression que Leif Davidsen copiait dans mon journal de voyage. Zéro faute pour le contexte mais j'ai été déçue par l'intrigue.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    si vous voulez lire une longue interview de Leif Davidsen...
    http://www.entre2noirs.com/interviews__7_interview-leif-davidsen_164.html

    RépondreSupprimer
  4. @Christophe: Merci pour cette interview.

    RépondreSupprimer