Les amants de la terre sauvage de Katherine Scholes


Pour ceux qui aiment: Un Coup de foudre à Notting Hill à la sauce Out of Africa

Mara, une jeune Australienne mariée à un chasseur, se retrouve seule à la tête du Raynor Lodge, un refuge de chasse isolé de Tanzanie, alors que son mari essaie d'obtenir en ville les crédits pour sauver l'établissement. Quand une équipe de tournage choisit le Raynor Lodge pour filmer les dernières scènes d'un film avec les deux stars hollywoodiennes, Lillian Lane et Peter Heath, Mara y voit la solution à leurs problèmes financiers. Elle ne pouvait cependant s'imaginer que ces quelques semaines allaient complètement bouleverser sa vie.

Quand Suzanne de Chez les filles m'a proposé ce livre, je n'ai pas hésité très longtemps. Comme vous le savez sûrement, je suis une amoureuse du bush africain et juste la couverture me donne envie de sauter dans un avion. Par contre, ce que vous ne savez probablement pas, c'est que la première fois que j'ai rencontré Mr. Z, il portait un chapeau à la Indiana Jones, chevauchait à travers le bush sud-africain ou conduisait une Land Rover pourrie à travers les milliers d'hectares de la réserve dans laquelle nous travaillions. Tout ça pour dire que je ne suis généralement pas trop chick lit mais que je ne résiste pas aux bush love stories.

Mais revenons à ces amants de la terre sauvage. Sans surprise, j'ai été séduite par la première partie du livre. On sent très bien que Katherine Scholes a vécu en Tanzanie et ses descriptions m'ont instantanément transportée en Afrique de l'Est. J'ai également aimé les petites phrases en swahili et je fais un petit clin d'oeil à Tiphanya qui devrait elle aussi apprécier. Enfin, le récit du tournage du film est plutôt sympathique.

Par contre, l'histoire d'amour (car oui, avec un tel titre, on ne pouvait pas passer à côté; d'ailleurs je trouve le titre original un peu mois niais) m'a un peu moins convaincue et j'ai trouvé la fin bâclée et clichée. SPOILER surtout l'élan de solidarité maternelle de l'éléphante mais passons.

Au final, Les amants de la terre sauvage souffre de la comparaison avec le récit de Karen Blixen, cité sur le quatrième de couverture, mais il reste un agréable moment de lecture. Comme d'autres, je pense que c'est une lecture de vacances idéale, surtout si vous êtes bloquée en ville et que vous avez besoin d'un petit moment d'évasion.

J'ai repéré deux autres livres de cette auteure dans la bibliothèque de ma mère et je dis: pourquoi pas. Vous entendrez donc peut-être encore parler de Katherine Scholes sur ce blog.

Dans les décors époustouflants de la savane africaine, une histoire d'amour bouleversante. Le portrait d'une femme en quête d'indépendance, un hymne à la nature et à la vie sauvage, dans la lignée d'Out of Africa et Sur la route de Nairobi.

Un mari follement séduisant, un lodge niché au coeur de la brousse, une vie au plus près de la nature : Mara pensait avoir trouvé le bonheur éternel. Trois ans plus tard, la réalité est tout autre : John multiplie les absences et Mara se retrouve seule à la tête d'un domaine au bord de la faillite. C'est alors que débarque une équipe de cinéma. Décidée à profiter de l'aubaine pour sauver le lodge, Mara ne ménage pas ses efforts. Elle d'habitude si timide et discrète s'affirme jour après jour, gagnant le respect de ses employés et l'admiration de l'équipe du film qui n'hésite pas à l'utiliser comme doublure de l'actrice principale.

Où s'arrête la vie et où commence le cinéma ? Mara ne peut résister au charme de Peter Heath, le héros du film. Déchirée entre son attirance pour un homme inaccessible et son sens du devoir, saura-t-elle faire le bon choix ?


Je remercie Suzanne du site Chez les filles et les éditions Belfond pour cet envoi dépaysant.


J'inscris bien sûr cette lecture dans le cadre du challenge Safari littéraire de Tiphanya.

SCHOLES Katherine, Les amants de la terre sauvage, ed. Belfond, juin 2010, 331p., traduit de l'anglais (Australie) par Françoise Rose.
SCHOLES Katherine, The Hunter's Wife, ed. Penguin Books Australia, février 2009, 376p.

Et parce que je suis bloquée à Genève et que j'ai de fortes envies vagabondes, je ne résiste pas à vous mettre cette photo prise au Kenya, qui explique à elle toute seule mon amour pour la nature africaine.

Commentaires

  1. Je comprends ton engouement pour ctte région mais ce roman ne m'inspire pas des masses. Magnifique photo !

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que je n'ai pas réussi à apprécier ce livre... Et pourtant, comme toi, je suis fascinée par l'Afrique... Mais je crois que c'est surtout ce milieu d'un tournage de films qui ne m'a pas du tout emballée...

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas été tentée par ce roman. Dans la bibliothèque de ta mère, il doit y avoir "La reine des pluies", dont j'ai entendu dire beaucoup de bien.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai lu le roman, et je l'ai trouvé très moyen pour ma part, en dépit de sa description de la vie en Afrique, je n'y ai pas trouvé grand chose. Une lecture de plage, pour se détendre.

    RépondreSupprimer
  5. @Manu: Peut-être à sa sortie en poche...

    @Clara: Mais où est l'âme romantique des blogueuses?

    @L'or des chambres: Ah, j'ai assez aimé le côté tournage hollywoodien, c'est plutôt l'histoire d'amour que j'ai trouvé peu convaincante. Tout passe un peu trop vite sur la fin et on peine à y croire vraiment.

    @Brize: Il y a la Reine des pluies et la Femme du marin. A voir...

    RépondreSupprimer
  6. @Choupynette: Comme pour toi, ce n'est de loin pas un coup de coeur mais dans le lot des "livres de plage", je trouve celui-ci plutôt distrayant. Le contexte africain est l'élément qui m'a retenue, si l'histoire avait eu lieu à Los Angeles, pas sûre que j'aurais tenu jusqu'au bout...

    RépondreSupprimer
  7. Il a du succès en ce moment, ce roman.

    RépondreSupprimer
  8. je n'avais pas fait gaffe que karen blixen était mentionnée dans la 4ème de couv comme quoi ce n'est pas faux vu que je n'ai pas arrêté d'y penser!
    oui le passage de l'éléphant^^ il n'y avait pas une meilleure fin?!

    RépondreSupprimer
  9. @Alex: Oui, beaucoup de personnes l'ont reçu grâce à Suzanne et je le vois partout en librairie. Je crois que les livres de cette auteure se vendent plutôt bien, surtout à l'approche de l'été.

    @Esmeraldae: L'auteure mentionne même Denys George Finch Hatton, l'amant de Karen Blixen (Robert Redford dans le film) quand elle décrit les photos du Raynor Lodge. J'ai lu ce livre comme une sorte d'hommage à Blixen que je pense, Katherine Scholes admire. Mais il manque quand même beaucoup à ce livre pour égaler La Ferme africaine. Non mais le passage de l'éléphant... j'ai hurlé de rire!

    RépondreSupprimer
  10. Comme toi, je crois que je grimperais dans un avion sans hésiter. Tout m'intrigue dans ce roman mais la couverture, peut-être trop chargée, me laisse entrevoir une histoire qui peut-être s'éloignerait de mes goûts habituels.

    RépondreSupprimer
  11. Lecture de vacances ? Je note !
    Mais je veux lire le Karen Blixen avant... ;-)

    RépondreSupprimer
  12. @Mélopée: Je trouve pour ma part la couverture très réussie. "Les amants de la terre sauvage" est en fait sûrement loin de tes lectures habituelles, ça reste de la littérature "féminine" (chick lit) mais dans le genre, je trouve intéressant le contexte africain et l'histoire d'amour est en fait assez secondaire. Bref, ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais si tu as envie d'un livre pas prise de tête, celui-ci a le mérite d'être dépaysant.

    @Lounima: Comme je l'ai dit plus haut, ça ne casse pas des briques mais j'ai passé un bon moment. Effectivement Karen Blixen est bien bien au dessus et mérite d'être découverte en priorité.

    RépondreSupprimer
  13. Je découvrirai d'abord le roman de Blixen qui me tente plus ! :)

    RépondreSupprimer
  14. JE n'aime pas trop les histoires d'amour même avec l'Afrique en arrière plan. Je préfère les histoires d'actions (où les héros finissent pas sortir ensemble).

    RépondreSupprimer
  15. j'ai aimé surtout l'ambiance africaine plus que l'histoire elle meme.c'est agréable a lire.

    RépondreSupprimer
  16. @Leiloona: Très bon choix.

    @Tiphanya: Pareil pour moi, mais je trouvais sympa les petites phrases en swahili.

    @Alinea: Exactement mon avis. L'histoire ne casse rien mais l'ambiance est sympa et ça se lit assez bien.

    RépondreSupprimer
  17. Oui, l'éléphante, hum... Et l'histoire d'amoouuur!
    A part ça, TB cette évocation de l'Afrique, cela donne envie d'y aller au plus vite!

    RépondreSupprimer
  18. Totalement d'accord avec toi, quelle fin et le malheureux éléphant n'avait rien demandé ;-)

    RépondreSupprimer
  19. @Keisha: Non mais l'éléphante, j'ai hurlé de rire. Sympa de savoir que si on est enceinte, on peut aller faire joujou dans la savane et que les éléphantes, lionnes, femelles rhino etc nous épargnerons car nous portons la vie. Que c'est beau la nature!

    @Emilie: En même temps, on pouvait difficilement échapper à ce happy end.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne connaissais pas ton blog, son titre me plait beaucoup et hop, dans mon GR. Comme quoi, tu as bien fait de passer chez moi !
    Sinon, le livre me tente bien pour le voyage africain. Et si tu aimes l'afrique, je te conseille, de la même auteure, "la reine des pluie". incontournable. J'ai dévoré ce pavé en quelques jours. Tu m'en diras des nouvelles !

    RépondreSupprimer
  21. @Géraldine: Bienvenue sur ce blog! J'étais sûre d'avoir ton blog dans mon GR et une fois j'ai suivi un lien et je me suis rendue compte que non. Comme quoi... Mais cette fois, je suis sûre, il y est. Pour la Reine des pluies, je l'ai vu chez ma mère et je pense donc le lire à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  22. On a eu les mêmes impressions de lecture : les parties sur l'Afrique sont intéressantes, l'histoire d'amour est bof et la fin, hou, très cliché. Mais il s'est laissé lire malgré tout ;)

    RépondreSupprimer
  23. @Joelle: Exactement! Au final, je pense qu'il me laissera un bon souvenir, un peu rose bonbon mais pas déplaisant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Vie et oeuvre de Constantin Erod de Julien Donadille