mercredi 21 juillet 2010

Cosmopolis de Don DeLillo


Pour ceux qui aiment: La Trilogie new-yorkaise de Paul Auster

Eric Packer, jeune homme d'affaire à succès, parcourt la ville de New-York dans sa limousine grand luxe, alors qu'autour de lui son monde s'écroule peu à peu.

Autant le dire tout de suite, je n'ai rien compris à ce livre.

Au dernier Salon du livre de Genève, le représentant d'Actes Sud m'avait conseillé ce livre comme une alternative à Paul Auster. Je venais en effet de lui expliquer avoir détesté la Trilogie new-yorkaise (aïe, je sens que je ne vais pas me faire des amis) mais ne pas vouloir abandonner la découverte des auteurs new-yorkais contemporains. Don DeLillo, grand ami d'Auster et figure importante de la littérature américaine, semblait donc être une suite logique.

Malheureusement, j'ai retrouvé dans Cosmopolis ce que je n'avais déjà pas aimé chez Auster, à savoir la description d'un monde absurde, des interrogations farfelues et le comportement incompréhensible de son personnage principal. Je n'ai simplement pas saisi où voulait en venir l'auteur et je n'ai trouvé aucun intérêt à l'histoire d'Eric Packer.

Un nouveau rendez-vous manqué avec la littérature new-yorkaise. Si vous avez des suggestions pour mettre fin à cette mauvaise série, je suis preneuse.

New York, avril 2000. Bloqué dans sa somptueuse limousine par un embouteillage géant qui paralyse Manhattan, Eric Packer, golden boy de vingt-huit ans, assiste au crépuscule du système qui a porté sa compagnie au firmament de la galaxie Wall Street. Les yeux rivés sur les cours d'une monnaie dont il a parié la chute et qui remonte contre toute attente, tétanisé par l'irruption dans son monde virtuel d'un réel ensauvagé qui embrase les rues de la ville, Packer accède, en vingt-quatre heures d'une initiation spectaculaire, aux codes qui détiennent le secret de son assassinat annoncé. Concentrant dans un espace littéraire superbement inédit tous les langages où se profère l'inquiétant scénario global du monde contemporain, Cosmopolis fait du présent une fable, du futur une histoire et de l'archaïque, peut-être, notre étrange avenir. Incontestablement l'une des figures capitales de la littérature américaine, Don DeLillo a reçu les plus prestigieuses distinctions dont le National Book Award, le PEN / Faulkner Award et le Jérusalem Prize. Toute son ouvre est disponible chez Actes Sud.

DELILLO Don, Cosmopolis, ed. Actes Sud, coll. Babel, 2003, 222p. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marianne Véron.
DELILLO Don, Cosmopolis, ed. Scribner, 2003.

38 commentaires:

  1. Dès la 1ere phrase, je bloque. La Trilogie new-yorkaise est l'un des rares romans dont je peux dire que je n'ai point aimé du tout.
    De la littérature sur NY ? Du vieux mais si bon : Chester Himes ou Norman Mailer ! Du bon roman noir, à tenter si tu aimes le genre !

    RépondreSupprimer
  2. Aux livres de Auster avec lequel j'ai du mal, je préfère ceux de sa femme, Siri Husvedt. Tout ce que j'aimais par exemple.

    Jamais lu De Lillo, par contre. Et pas vraiment tentée.

    RépondreSupprimer
  3. je ne suis pas fan de Don De Lillo non plus... alors que j'ai adoré plusieurs Paul Auster !
    Je peux te conseiller sinon Nicole Krauss (L’histoire de l’amour) ou Breakfast at Tiffany's et La traversée de l’été de Truman Capote.

    RépondreSupprimer
  4. Pareil que Kathel. Je n'ai rien compris à Americana de Delillo et je suis fan de Auster. Mais c'est vrai que la trilogie, c'est spécial. Tu devrais lire autre chose, comme Brooklyn Follies ou Moon Palace. Sinon, Siri Hustvedt et Nicole Krauss sont en effet excellentes. Du côté plus noir, il y a Colin Harrison.

    RépondreSupprimer
  5. N'ayant pas lu Auster, je ne sais quoi te conseiller...

    RépondreSupprimer
  6. Je n'accroche pas du tout non plus à Paul Auster. Par contre, j'en rajoute une couche pour Nicole Krauss, j'ai énormément aimé.

    RépondreSupprimer
  7. Des difficultés aussi avec Auster!Je lui préfère Colum McCann par exemple mais c'est vrai qu'il est très noir, sinon, j'ai beaucoup aimé comme Kathel La traversée de l'été de Capote.

    RépondreSupprimer
  8. J'avais bien aimé "la trilogie new-yorkaise", mais si ce roman est hermétique....

    RépondreSupprimer
  9. Comme je compatis : je seul roman que j'ai lu d'Auster ne m'a pas emballée, et le seul de DeLillo que j'ai voulu lire m'est tombé des mains (Bruit de Fond) : rien compris non plus !
    En matière de littérature américaine, voir mon dernier coup de coeur "Montana 1948" de Larry Watson !...

    RépondreSupprimer
  10. @Pickwick: Tu me rassures, je ne suis pas la seule à bloquer sur la Trilogie d'Auster. Merci pour tes recommandations, je ne connaissais ni l'un, ni l'autre mais ça m'a l'air très tentant.

    @Delphine: Je n'ai encore jamais lu Siri Hustvedt, j'ai toujours pensé que c'était trop "féminin", trop "bons sentiments à la Anna Gavalda" si tu vois ce que je veux dire, mais je me trompe peut-être. Pourquoi pas finalement...

    @Kathel: Merci pour tes conseils de lecture, je n'en ai lu aucun. Pour Auster, j'essaierai peut-être un autre à l'occasion mais je dois dire que je pense être assez hermétique à son style en général. Aucun résumé de ses livres me tente vraiment.

    RépondreSupprimer
  11. @Manu: Pour la trilogie, j'ai bloqué sur la première nouvelle, "La cité de verre" je crois, et ensuite, avec les noms des personnages dans la deuxième. Bref, j'ai un peu survolé le tout. J'essaierai peut-être un autre mais bon, je suis pas franchement optimiste. Mais qui sait, j'aurai peut-être une révélation Auster?

    @Clara: Si tu te lances pour Auster, j'espère que tu passeras un meilleur moment que moi ;-)

    @Aifelle: Décidément, je souligne cette Nicole Krauss. J'ai aperçu son livre "L'histoire de l'amour" plusieurs fois en librairie sans vraiment le regarder de plus près. A réparer!

    RépondreSupprimer
  12. @Mango: Je n'ai jamais lu ni Colum McCann, ni Capote. Mais qu'ai-je fait pendant mes 6 mois à New-York??? Pourtant j'ai passé plusieurs après-midis au Strand. En même temps, ça me rassure, ma série noire New-Yorkaise va sûrement s'interrompre avec toutes ces suggestions.

    @Alex: Hermétique? Ah oui, un vrai tupperware pour moi ;-)

    @Cécile: ahh tu me rassures! J'ai déjà repéré Montana 1948, mais ma PAL déborde un peu en ce moment.

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai pas aimé non plus et ai arrêté avec Don de Lillo à la suite de cetet lecture. Pourant, contrairement à ce que tu écris en tout premier, j'avais bien aimé la trilogie new-Yorkaise...

    RépondreSupprimer
  14. Je rejoins Mango sur le choix de Truman Capote. J'adore Petit déjeuner chez tiffany et sa correspondance est sympa à lire également.
    Pour Paul Auster, je désespère. J'arrive pas à le lire et je crois que je vais le revendre. Je me sens moins seule depuis que j'ai lu ton article !

    RépondreSupprimer
  15. @Mathilde: J'ai trouvé le style et les thématiques de Don DeLillo assez similaires à ceux d'Auster mais c'est vrai que si je devais "préférer" un des deux, Auster est quand même un TOUT PETIT peu plus compréhensible selon moi.

    @Patacaisse: Hi hi, on va pouvoir former un groupe de lectrices qui ne comprennent rien à Auster ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Pour l'instant j'ai déjà du mal avec Auster alors ce livre-ci ...

    RépondreSupprimer
  17. Ce livre ne semble visiblement pas valoir le détour. Merci pour l'info.
    Avez-vous lu la série de Preston &Child sur l'inspecteur Pendergast. C'est génial.
    Un personnage exceptionnellement mystérieux et attachant...
    J'ai mis un billet sur le blog.
    Culture et plaisir par la lecture
    http://www.plaisirparlalecture.com
    Démocratie, Economie et Société
    http://www.davidmourey.com/

    RépondreSupprimer
  18. J'ai lu un seul roman de Don Delillo, ça remonte, je n'ai plus le titre en tête, mais je n'en garde pas un souvenir folichon... Je me suis dit que j'avais peut-être choisi le mauvais et décidé de lui redonner sa chance à l'occasion mais là, à la lecture de ton billet, je ne vais pas me forcer je pense.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour ! Rien à voir avec ton billet... je voulais te remercier de ta visite sur mon blog, et de ton commentaire élogieux à son propos.
    Alors à très bientôt !

    RépondreSupprimer
  20. De l'auteur j'ai lu L'homme qui tombe, qui m'a plutot donné envie d'ne lire un autre, pour voir. Je dosi relire la Trilogie NY, que j'avais laissée en plan. Bon, je suis donc cliente pour ce roman ci, on peut voir... Mais j'aime bien ton billet!!!

    RépondreSupprimer
  21. @Mango: DeLillo est quand même différent d'Auster mais comme je ne comprends pas du tout l'univers de ces deux auteurs, je les range dans le même panier. Je serais curieuse de savoir s'il y a des fans de DeLillo qui détestent Auster...

    @David: Je ne connais pas la série de Preston&Child mais je ne manquerai pas d'y jeter un oeir. Merci pour le conseil.

    @A Girl from earth: Il doit quand même plaire à certains lecteurs quand même???

    @Tinusia: Ah mais de rien. Merci également pour ta visite ;-)

    @Keisha: Je serais curieuse de connaître ton avis. Et pour la trilogie, je crois que je suis trop terre-à-terre pour me laisser embarquer dans le monde d'Auster. Mais bon, il ne faut jamais dire jamais.

    RépondreSupprimer
  22. Comme j'adore Auster, je note ce livre ! :)) Merci ! ;)

    RépondreSupprimer
  23. @Leiloona: Alors je suis vraiment curieuse de connaitre ton avis. Bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  24. Je te conseille fortement Nicole Krauss ("L'histoire de l'amour") et Jonathan Safran Foer, son mari !) pour "Extrêmement fort et incroyablement près". impossible de détester ...

    RépondreSupprimer
  25. @Chère inconnue: "Impossible de détester"??? Tu prends des risques là, je suis assez souvent le schtumpf grognon de la blogo ;-) Ces deux auteurs sont sur ma LAL et j'espère pourvoir les découvrir très vite. Merci du conseil en tous cas.

    RépondreSupprimer
  26. J'aime bien Auster. Mais malgré tout, ce livre m'inquiète un peu. Je n'apprécie pas plus que ça les lectures dans lesquelles on se perd...

    RépondreSupprimer
  27. @Marie: Je ne dirais pas qu'on s'y perd. C'est juste que le héros de ce livre réagit de manière complètement incompréhensible. J'essaie de te trouver un exemple mais j'ai lu ce livre il y a plus d'un mois déjà et il ne m'en reste pratiquement rien.

    RépondreSupprimer
  28. N'ayant pas encore lu la trilogie de Paul Auster, je vais éviter de noter celui là... pour le moment :D

    RépondreSupprimer
  29. @Belledenuit: Bon, apparemment, Auster a de nombreux fans, donc ne te fie pas trop à mon avis. Par contre, aucun fan de DeLillo ne s'est encore manifesté...

    RépondreSupprimer
  30. Jamais lu Don DeLillo, mais connais qq livres d'Auster. J'ai la trilogie dans ma PAL, je persiste à vouloir la découvrir.
    Par contre, tu peux lire aussi Philip Roth, je te recommande pour commencer avec un court, sans doute l'un des meilleurs UN HOMME, qui aborde d'autres thématiques et est moins dans la veine absurde.
    c'est l'un de mes livres préférés, et je ne l'ai pas chroniqué. va comprendre! :s
    belles lectures ;-)

    RépondreSupprimer
  31. @Sébastien: Je crois avoir aperçu chez ma soeur un Philip Roth sur la deuxième guerre mondiale, c'est possible? Je commencerai donc peut-être par là mais je note Un homme, et j'espère que tu te rattraperas pour cette chronique ;-)

    RépondreSupprimer
  32. Et bien, comme d'autres, je te rejoins dans la non appréciation de Auster...
    La trilogie new yorkaise m'avait clairement fait chier... Le cosmopolis m'a laissé franchement dubitative et même Siri Hustvedt n'a pas trouvé grace à mes yeux...
    Bienvenue au club donc ! :)

    RépondreSupprimer
  33. @Choco: Yeah! Ca me rassure car je partage en général tes goûts littéraires (bon à part la littérature japonaise, mais on va s'y mettre, hein?) Je n'ai pas encore tenté Siri Hustvedt. Je suis assez méfiante (et oui, pour vivre avec Auster, elle doit bien partager un peu son trip?) mais curieuse en même temps. On verra bien.

    RépondreSupprimer
  34. Un roman plutôt bon, mais je comprends parfaitement ta critique.

    RépondreSupprimer
  35. Oups, je passe donc mon chemin (mais le pire, c'est que je pense que j'aurais probablement été tentée au départ !)

    RépondreSupprimer
  36. @Marc: Heureuse de lire un avis plus positif que le mien sur ce livre. Je crois que je suis simplement passée à côté de ce livre mais je ne pense toutefois pas retenter l'aventure avec DeLillo.

    @Joelle: J'ai commencé ma lecture avec une idée totalement fausse. Je croyais que Cosmopolis serait une sorte de critique ou satyre de notre système financier et je trouvais le moment assez bien choisi pour le sortir dans ma PAL. Au final, j'étais complètement à côté de la plaque.

    RépondreSupprimer
  37. Trouvé dans Chronic-art... http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=8&cad=rja&ved=0CFUQFjAH&url=http%3A%2F%2Fwww.chronicart.com%2Flivres%2Fchronique.php%3Fid%3D6349&ei=epc4UM-YNMmzhAfSsoDIAQ&usg=AFQjCNFQ1XK9A9UJeKXRcxiBPhLqcseY5A&sig2=H4uTHlxhoNVeGqiPp0EyKQ
    selon le choniqueur, Don de Lillo et Paul Auster ne feraient qu'un... cqfd ?

    RépondreSupprimer
  38. @Michèle: Euh... Bon, je ne suis de loin pas une spécialiste ni de l'un ni de l'autre, n'ayant apprécié aucun de leurs livres respectifs, mais si je trouve leur monde littéraire assez proche, je n'irais pas jusqu'à dire que ce soit la même personne... En tous cas, merci pour ce lien, c'est une théorie intéressante! Et vous, qu'en pensez-vous?

    RépondreSupprimer