Indignez-vous de Stéphane Hessel


Le phénomène en librairie de ces derniers mois, c'est bien lui: Indignez-vous, court (très court) essai de Stéphane Hessel, a surpris tout le monde en s'adjugeant les premières places des ventes et en s'écoulant à plus d'un million d'exemplaires en France. A moins d'avoir vécu sur une autre planète ces six derniers mois, vous n'avez tout simplement pas pu échapper à ce raz-de-marée.

A 93 ans, Stéphane Hessel, résistant, diplomate engagé et éternel militant, appelle à l'indignation contre toutes les injustices de ce monde, car "le motif de la résistance, c'est l'indignation". Similaire à une longue lettre à la jeunesse et à la société, Indignez-vous survole les engagements de Stéphane Hessel et les idéaux qui y sont rattachés: le Conseil National de la Résistance, la rédaction de la Déclaration Universelle des droits de l'homme, l'Algérie, la Palestine, la perte des acquis sociaux, etc. Face à ces situations, l'auteur critique l'indifférence égoïste et prône l'engagement, la non-violence et l'insurrection pacifique.

Beaucoup d'idées contenues dans ce court essai, mais pour un résultat qui se révèle malheureusement très creux. Après 15 minutes et 13 pages de lecture, j'ai l'impression de n'avoir rien lu de substantiel, d'informatif ou de profond. Pire, j'ai tiqué sur plusieurs phrases et prises de position simplistes et réductrices, telles que

"l'actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie" p.3, digne d'un ado boutonneux avec t-shirt de Che Guevara; ou encore

"le Hamas (...) n'a pas pu éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes" p.9

D'ailleurs, le choix de la Palestine comme "principale indignation" m'a énervée. Que les choses soient claires, je suis d'avis que chaque partie à ce conflit a, à son actif, un lourd casier et je ne soutiens aucun camp en particulier. Je regrette simplement que Stéphane Hessel ait choisi de mettre en lumière, parmi toutes les sources d'indignation qui existent aujourd'hui sur cette terre et les nombreuses causes défendues tout au long de sa vie, la plus politisée de toutes, faisant ainsi d'Indignez-vous un pamphlet politique plutôt qu'un appel neutre et noble.

Je ne vais pas décortiquer plus loin cet essai, car ce serait le considérer pour quelque chose qu'il n'avait jamais vocation à être. J'ai l'impression que l'énorme succès d'Indignez-vous à démultiplié les attentes. Le lecteur pense y trouver de grandes vérités et des explications irrévocables sur le monde d'aujourd'hui et sur la façon d'y faire face, alors que Stéphane Hessel ne propose à la base qu'un petit texte personnel et subjectif sur sa vision des choses et sur ses expériences de vie.

Un essai au retentissement incroyable pour un contenu toutefois assez plat et superficiel. Cela n'enlève en rien à l'intérêt du personnage que je trouve, à chacune de ses apparitions, touchant et impressionnant. Indignez-vous relaye un message fort, contenu dans le titre de l'essai à lui-seul, le reste étant à mon avis plutôt dispensable.

« 93 ans. La fin n'est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance ! » Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l'expérience de ce grand résistant, réchappé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l'homme de 1948, élevé à la dignité d'Ambassadeur de France et de Commandeur de la Légion d'honneur !
Pour Stéphane Hessel, le « motif de base de la Résistance, c'était l'indignation. » Certes, les raisons de s'indigner dans le monde complexe d'aujourd'hui peuvent paraître moins nettes qu'au temps du nazisme. Mais « cherchez et vous trouverez » : l'écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l'état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, aux Roms, la course au « toujours plus », à la compétition, la dictature des marchés financiers et jusqu'aux acquis bradés de la Résistance - retraites, Sécurité sociale... Pour être efficace, il faut, comme hier, agir en réseau : Attac, Amnesty, la Fédération internationale des Droits de l'homme... en sont la démonstration.
Alors, on peut croire Stéphane Hessel, et lui emboîter le pas, lorsqu'il appelle à une « insurrection pacifique ». Sylvie Crossman

Le phénomène est loin de prendre fin vu qu'Indignez-vous a été traduit en plusieurs langues. Les éditions de l'Aube ont également publié en mars Engagez-vous qui promet d'aller plus en profondeur à travers des entretiens entre Stéphane Hessel et Gilles Vanderpooten.

HESSEL Stéphane, Indignez-vous, ed. Indigène, coll. Ceux qui marchent contre le vent, octobre 2010, 32p.

Commentaires

  1. J'en ai tellement entendu parler dans toute la presse que j'ai l'impression de l'avoir déjà lu.

    RépondreSupprimer
  2. On me l'a prêté mais je ne l'ai pas encore lu. En le feuilletant, je me suis dit que j'allais sans doute en ressortir avec un goût de trop peu.
    Ton billet confirme mon appréhension.
    Je le lirai quand même vu son faible nombre de pages mais je ne m'attends à rien de grandiose ;)

    RépondreSupprimer
  3. Pas vraiment envie de le lire non plus ...de toute façon je suis déjà indignez !!!

    RépondreSupprimer
  4. @Mango: C'était pareil pour moi, j'ai lu plusieurs extraits et je savais plus ou moins quels étaient les thèmes mais je m'attendais à ce qu'ils soient plus développés.

    @Cynthia: Trop peu, c'est exactement ça. Stéphane Hessel aborde des idées intéressantes et importantes, comme les droits de l'homme, mais c'est tellement court que ça en devient superficiel, alors qu'on en attend plus de quelqu'un qui a participé à la rédaction de la Déclaration. Je trouve Hessel bien plus passionnant à l'oral.

    @Malika: Alors autant dépenser 3 euros pour une cause qui te tient à coeur ;-)

    RépondreSupprimer
  5. J'avais entendu une émission très intéressante à la radio, où l'auteur parlait de son livre... qui ne m'a rien apporté de plus. Je ne l'ai même pas chroniqué...

    RépondreSupprimer
  6. @Theoma: Curieuse de connaitre ton avis... Je l'ai trouvé également assez ciblé "public français". Je me demande d'ailleurs comment ça va être accueilli en Angleterre, en Grèce, au Portugal, en Turquie, au Japon, etc où il doit être traduit...

    @Kathel: C'est un peu ça pour moi aussi. Je trouve Stéphane Hessel passionnant à écouter mais Indignez-vous est tout simplement trop court pour que ce soit intéressant.

    RépondreSupprimer
  7. Il est sur ma pile à lire, mais mmouffff... (soupir d'un lecteur qui y va à reculons).

    Après ton billet, je préfère retourner à mes p'tits Suisses!

    RépondreSupprimer
  8. Je pense que c'est un livre qui s'est très bien vendu (2ème des ventes après dukan en 2010), mais qui s'est très peu lu. Les gens l'ont offert pour se donner bonne conscience. Il était pendant un moment inattaquable.... (encore la bonne conscience)...

    RépondreSupprimer
  9. Je te trouve assez dure, je pense surtout qu'il a été fait de ce livre beaucoup plus que ce qu'il n'est en réalité et sûrement beaucoup plus que ce que S. Hessel voulait en faire. C'est un constat, et des idées lancées par un vieil homme, comme tu le dis touchant et impressionnaant, finalement rien de plus, mais rien de moins tout de même !

    RépondreSupprimer
  10. @Theoma: Je suis curieuse de connaitre ton avis. J'ai trouvé ça assez ciblé public français aussi. Je me demande d'ailleurs comment ça va être accueilli en Grèce, Portugal, Angleterre, Japon etc où il doit être traduit...

    @Kathel: Je trouve Hessel bien plus passionnant à l'oral. Là, c'est tout simplement trop court.

    @Delphine: ... et en plus, il coûte 3 euros, c'est facile à ajouter à la pile quand c'est à côté de la caisse. C'est vrai que c'est dur "d'attaquer" ce livre car Hessel inspire inévitablement le respect. Mais sur ce coup-là, j'ai été déçue, trop d'idées lancées sans être approfondies. Mais est-ce le but?

    @Yv: C'est un peu ce que je dis dans mon billet, non? Ou n'ai-je pas assez insisté sur cet aspect? En fait, je suis d'accord avec toi, on a fait de ce livre ce qu'il n'avait pas vocation à être, et au final, je ne critique pas vraiment le livre d'Hessel: c'est un recueil de quelques idées d'un personnage que je respecte. Par contre, je trouve le “buzz“ autour de ce livre vraiment exagéré et je voulais avertir les futurs lecteurs qu'il ne faut pas s'attendre à une nouvelle bible. Franchement, la non-violence, le respect des droits de l'homme... rien de franchement original même si plein de bonnes intentions.

    RépondreSupprimer
  11. bonjour j'ai lu ce livre de stephane hessel indignez-vous! est je dois relevez des idees importante du texte et les expliquer est ce que lon peut m'aider svp.

    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  12. @Anonyme: Je suis sûre que tu peux trouver les grandes thématiques de ce court pamphlet tout(e) seul(e). Essaie de penser aux messages principaux que veut faire passer Hessel avec ce roman. Bonne chance!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016