The Adventures of Huckleberry Finn de Mark Twain

Pour ceux qui aiment: Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma

Après Les Aventures de Tom Sawyer, Mark Twain nous offre ici le récit de Huckleberry Finn, le meilleur ami de son premier héros. Jeune adolescent du Missouri, Huckleberry Finn est confié aux soins "civilisateurs" de Miss Watson et de la veuve Douglas. Mais quand son père alcoolique et violent refait surface, Huck décide de s'enfuir en compagnie de Jim, l'esclave noir de Miss Watson. A bord d'un radeau, Huck et Jim vont faire d'étonnantes rencontres et vivre de vraies aventures au fil des eaux du Mississippi.

C'est la récente (mais récurrente) polémique autour de l'utilisation du mot "nègre" dans ce roman qui m'a donné envie d'enfin découvrir Twain. Je vous le rappelle, un éditeur américain a en effet décidé de publier Les Aventures de Huckleberry Finn en remplaçant le mot "nigger" par celui de "slave" (esclave). Mon billet sur le sujet ici. Après lecture, je confirme que cette décision est totalement absurde. En effet, Mark Twain offre ici un reflet fidèle et très critique de la société américaine de l'époque (1835-1845) et Jim, le "nègre", s'avère au final un ami fidèle et un être bien plus "humain" que les personnages "blancs" rencontrés au fil de leurs aventures. Ainsi, l'utilisation du mot "nègre" et le dénigrement qu'il implique est contrebalancée par l'amitié qui se forme entre Huck et Jim qui va à l'encontre de la "morale" de l'époque. La censure de ce mot affaiblit donc, à mon sens, le message principal de Twain qui est le refus de Huck, après un combat intérieur, des valeurs de l'époque qui ne voit en Jim qu'un "nègre" et non un homme qui a droit à sa liberté. 

The Adventures of Huckleberry Finn est donc un livre très critique, pas seulement sur le sujet de l'esclavage, mais de manière générale envers la société bien pensante de l'époque. Twain se moque par exemple de la stupidité et de la naïveté des villageois, piégés très facilement par le duc et le Dauphin ou aveuglés par des valeurs sans fondement comme dans l'épisode de la vendetta entre les Grangerfords et les Sheperdsons. 

Je vais m'arrêter là pour l'analyse, d'autres y ont consacré des livres entiers, mais en ce qui concerne mon ressenti, il est plutôt positif. C'est toujours un plaisir de découvrir un classique, surtout quand il reflète les pensées et la vie d'une époque. L'intrigue d'Huckleberry Finn est une suite de petites aventures et de rencontres, rythmées par la descente du fleuve. L'ensemble est sympa mais parfois un peu décousu et je pense que j'aurais plus accroché à cette lecture à l'adolescence. 

Le style est très travaillé et j'ai adoré l'emploi de l'argot et les fautes intentionnelles qui donnent vraiment un côté attendrissant aux personnages. J'ai par contre bien sué sur ma version originale et j'ai même parfois dû lire à haute voix pour suivre les dialogues avec Jim (pas super en transports publics ;-)). Petit extrait: "I laid dah under de shavins all day. I 'uz hungry, but I warn't afeard; bekase I knowed ole missus en de widder wuz goin' to start to de camp-meetn' right arter beakfas' en be gone all day, en dey knows I goes off wid de cattle 'bout day-light, so dey wouldn' 'spec to see me roun' de place, en so dey wouldn' miss me tell arter dark in de evenin'." p.38 Heureusement, mon édition indienne achetée au Ghana (!!!) avait un petit lexique en fin d'ouvrage. Je me demande cependant comment tout cela est traduit...

The Adventures of Huckleberry Finn est un classique qui, derrière une intrigue simple et un ton naïf, offre une réflexion bien plus profonde sur les valeurs de la société américaine du 19ème siècle. J'ai particulièrement aimé le style de l'auteur mais j'ai parfois un peu décroché sur la suite d'intrigues. C'est définitivement un livre que j'aurais voulu étudier plus en profondeur en classe (oui, oui, élève qui passe par là, un jour tu seras reconnaissant à ton prof d'anglais). 

"All modern American literature comes from one book by Mark Twain called Huckleberry Finn... There was nothing before. There has been nothing as good since" is how Ernest Hemmingway described the novel, an opinion that has been endorsed by literary critics in the twentieth century. What started modestly as a "king of companion to Tow Sawyer" grew into a work of immeasurable richness whose symbolic significance makes it a thoroughly modern novel relevant to our times and conditions.

In its distrust of too much civilisation and its concern with the way language turns dreamy and corrupt when divorced from the real condition of life, Huckleberry Finn echoed some of the central concerns of life today. And more than modern is its hero, Huck who is, in the words of T.S. Eliot, "one of the permanent symbolic figures of fiction, no unworthy to take a place with Ulyssses, Faust, Don Quixote, Don Juan, Hamlet and other discoveries which man has made about himself." Like all great works of fiction where no story is told as if it is the only one,
Huck Finn is open-ended, the "unfinished story" where the true meaning is left to the conscience and imagination of each reader. 
 
Cette lecture est une lecture commune avec Nathalia que je remercie pour sa patience. Allez vite voir son avis.
J'inscris également cette lecture dans le cadre du challenge nécrophile de Fashion, catégorie "décédé dans des circonstances particulières". Selon Wikipedia, Mark Twain, Samuel Langhorne Clemens de son vrai nom, est né quelques jours après le passage de la comète Halley en novembre 1835. Il avait prédit qu'il s'en irait également avec elle et il est finalement décédé le lendemain du retour de la comète, le 21 avril 1910.

TWAIN Mark, The Adventures of Huckleberry Finn, ed. UBSPD, 2005, 246p. Publié pour la première fois en 1884.
TWAIN Mark, Les Aventures de Huckleberry Finn, ed. Flammarion, janvier 1999, 344p. traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Grimal.

Commentaires

  1. J'aurais bien aimé faire cette LC mais je n'en avais pas le temps. Quoi qu'il en soit, j'ai très envie de lire ce titre et je le ferai un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai encore jamais lu Mark Twain, mais "Tom Sawyer" et celui-ci sont dans mes projets, surtout ces derniers temps. Tes quelques réserves ne m'empêchent pas de baver :)

    RépondreSupprimer
  3. q@Belledenuit: Un livre à découvrir, sans aucun doute. Je suis maintenant plongée dans Les Trois Mousquetaires. Ca ne va sûrement pas le faire pour la LC de Vingt ans après mais j'espère au moins finir le premier tome pour début août ;-)

    @Lilly: C'est vraiment des toutes petites réserves. C'est juste que j'aurais préféré soit le lire plus jeune, soit en classe pour vraiment l'apprécier. Ca reste toutefois une belle lecture, plus complexe je crois que Tom Sawyer.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Je viens vous faire iune petite visite pour vous informer e mon actualité littéraire...
    Billet sur Le blog de Yv
    Fête du livre à Anost, dans le Morvan ces 23 et 24 juillet prochains...
    A bientôt

    Bettina

    RépondreSupprimer
  5. Bien meilleur que Tom Sawyer, c'est mon préféré de cet auteur. Et moi, j'ai eu la chance de l'étudier à la fac. Un vrai rebelle cet Huck!

    RépondreSupprimer
  6. @Bettina: Je viens d'aller voir le billet très positif d'Yv. Félicitations! Pour ma part, je pense attaquer ma lecture la semaine prochaine. Bonne fête du livre! P.s. Le premier week-end de septembre se tient Le livre sur les quais à Morges en Suisse, un petit festival littéraire... Peut-être serez-vous intéressée!

    @Valérie: J'ai l'impression que Tom Sawyer est encore plus ciblé jeunesse, non? J'aurais vraiment bien aimé l'étudier en classe. En le lisant comme ça, dans les transports publics, j'ai l'impression de m'être souvent arrêtée à la première couche du livre, la suite de petites aventures rigolotes alors que le message sous-jacent est très fort. A relire peut-être...

    RépondreSupprimer
  7. Je me renseignerai, Zarline, sur Morges, merci!

    RépondreSupprimer
  8. Merci à toi Zarline pour cette LC, parfois c'est bien utile d'avoir ce petit coup de pouce pour lire des classiques...

    Je rajoute un lien vers ton billet et je salue ton courage pour cette lecture en VO, car l'écriture de Twain n'était pas facile.

    @bientot j'espere!!!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai enfin lu The Adventures of Tom Sawyer un an après mon arrivée aux Etats-Unis. Huck Finn devait suivre rapidement et ça fait déjà 13 ans. Mais je ne désespère pas. Je compte aussi m'attaquer à l'autobiographie de Mark Twain dont le premier volume est sorti à la fin de l'année dernière. Des projets, toujours des projets...

    RépondreSupprimer
  10. @Bettina: ;-)

    @Nathalia: En effet, les LC sont vraiment utiles et merci de m'avoir accompagnée pour celle-ci. Il faut vraiment que je jette un oeil à une traduction, je n'arrive pas à m'imaginer comment cela est fait...

    @Jackie Brown: ;-) 13 ans, il va quand même falloir que tu lui laisses une chance, surtout que je pense que Huck est plus intéressant que Tom Sawyer. Pour l'autobiographie, j'attends ton avis avec impatience (je te mets la pression hein ;-))

    RépondreSupprimer
  11. oh my god ! non seulement tu écris le mot nègre mais en plus tu l'écris 5 x !!!! Je ne reviendrais plus ! ;-)
    Plus sérieusement, c'est une lecture que je n'ai toujours pas découverte. J'ai lu ado La case de l'oncle Tom et ça été une véritable révélation.

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que remplacer nigger par slave est ridicule. On aurait pu utiliser black qui est neutre (en anglais, hein, parce que je ne supporte pas ce mot en français). Mais je me mets à la place d'un noir américain. Moi, je ne supporte pas le mot négresse, époque ou pas.

    RépondreSupprimer
  13. @Theoma: Ha ha ha, tu les as comptés en plus ;-) Un livre à découvrir et à cogiter à mon avis. Je n'ai encore jamais lu La case de l'oncle Tom. Le thème et l'objectif est plus ou moins le même je pense, peut-être moins évident dans Huckleberry Finn. Ca pourrait être intéressant de comparer...

    @Jackie Brown: C'est vrai que black conserve mieux le sens original mais personnellement, je n'aime pas, de manière générale, les modifications d'oeuvres. Comme toi, je les déteste ces termes de nègre ou négresse mais en même temps, ils font partie de l'Histoire. Les supprimer, c'est un peu nier l'histoire de l'esclavage et de la ségrégation, non?

    RépondreSupprimer
  14. Même si je ne pense pas que supprimer ces termes équivaut à nier l'esclavage et la ségrégation, je n'aime pas non plus les modifications d'oeuvres. Mais comme je suis noire et que j'ai déjà été insultée (à l'aide de ces deux mots d'ailleurs, nigger ici et négresse en France), je comprends que quelqu'un n'ait pas envie de voir le mot nigger plus de 200 fois dans un livre. Quand j'ai lu l'Exposition coloniale d'Erik Orsenna, j'ai tiqué à chaque fois que je voyais "le mot n" (alors qu'il n'y apparaît que deux ou trois fois).

    RépondreSupprimer
  15. Je me rappelle de ton billet à ce sujet et je pense en effet qu'il est inutile de changer une oeuvre surtout qu'un mot peut changer la portée d'une oeuvre.
    Le commentaire de Jackie est intéressant également.
    Je ne connaissais les romans de Twain que de nom ou via les dessins animés. Mais je pense que j'aurais préféré les lire à l'adolescence.

    RépondreSupprimer
  16. @Jackie Brown: Je comprends ton point de vue (je pense). C'est un mot vraiment chargé d'histoire et de tellement de préjugés et on le perçoit certainement différemment en tant que noir ou blanc. Je me dis juste que si on commence pas le mot "nigger", où va-t-on s'arrêter? Devrait-on aussi remplacer tous les "bosch" des récits de la deuxième guerre mondiale par exemple? Débat très sensible c'est sûr!

    @Manu: Le débat est passionnant je trouve mais j'aime rarement la censure même si elle vise au final à éliminer un terme affreux et chargé d'histoire négative. Pour Twain, je pense également que j'aurais préféré le lire ado mais en même temps, je pense qu'on lit ses romans différemment à l'âge adulte et ce n'est peut-être pas une mauvaise chose.

    RépondreSupprimer
  17. Encore une fois, je ne suis pas d'accord avec ces changements. Je comprends pourquoi certains veulent les faire. Dans le cas d'Huck Finn, lorsque j'étais assistante dans le Sud des Etats-Unis, les élèves avaient refusé (par sondage et à plus de 90 %) d'étudier le livre. Et ce lycée était 50/50 blancs et noirs.

    RépondreSupprimer
  18. @Jackie Brown: Woaw 90%, impressionnant! Sérieusement, j'espère que tu liras ce texte un jour car je serais vraiment curieuse de connaitre ton avis...

    RépondreSupprimer
  19. Et dire que je n'ai jamais lu cet auteur ! Et pourtant, ses romans sont des classiques alors il faudrait quand même que je m'y décide ;)

    RépondreSupprimer
  20. @Joelle: A lire au moins une fois, c'est sûr. Mais bon, il nous faudrait au moins 3-4 vies pour lire tous les classiques + toutes les nouveautés qu'on voudrait. C'est dur la vie de lectrice ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016