Gourou de Camille de Casabianca


Pour ceux qui aiment: Le film Le Gourou et les femmes de Daisy von Scherler Mayer

Paul Balanda est sur le point de gagner une fortune en vendant le brevet d'une vache génétiquement modifiée qui produit du lait maternel. Les acheteurs américains insistent cependant pour que le contrat soit également signé par la femme de Paul, Michelle, à l'origine de la découverte. Seul problème, Michelle a profité de la dernière absence de son mari pour partir s'isoler dans un ashram indien et elle n'est pas prête à revenir. Paul a trois jours pour la ramener et sauver sa société. 

Camille de Casabianca est écrivain et cinéaste et cette double casquette se ressent à la lecture de ce nouveau roman. L'intrigue de Gourou est en effet très "scénarisée". Paul nous fait part du récit de ces quelques jours qui vont bouleverser sa vie, à la première personne, dans un style parlé et plutôt direct. Pas de grandes descriptions littéraires ou d'effets de styles compliqués, Camille de Casabianca va droit au but et privilégie les effets comiques de situation plutôt que la forme. Tout au long de ma lecture, j'ai ainsi pensé que cette histoire ferait une très bonne comédie à la française. Ceci n'est, bien sûr, en rien une critique mais ce style très cinématographique et le nombre limité de descriptions m'a parfois fait perdre le fil des nombreux personnages. 

J'ai toutefois passé un bon moment avec Gourou. J'ai beaucoup aimé le personnage de Paul, intéressé uniquement par la signature de son contrat, qui se retrouve malgré lui embarqué dans la vie d'un ashram. J'ai beaucoup ri à ses réflexions sur ce business de la spiritualité et sur ces occidentaux aisés venus chercher la vérité auprès d'un gourou indien. Sous des aspects légers et comiques, Camille de Casabianca distille également des idées intéressantes sur la recherche scientifique, le génie génétique et le duel entre préoccupations mercantiles et besoin de religieux de notre époque. Son livre se révèle ainsi, sous ses airs de vaudeville, plus profond qu'il n'y parait. 

Un roman sympa, souvent drôle, et parfois plus sérieux. Une sorte de récit initiatique à la sauce indienne avec un narrateur, motivé uniquement par l'appât du gain qui va, au fil des jours, trouver le Sens profond de la vie. Une lecture idéale pour l'été et un roman que je verrais avec plaisir adapté au cinéma. 

Paul, chef d'une entreprise de génie génétique au bord de la faillite, a trois jours pour sauver sa société. Le salut dépend de la signature de sa femme, partie chercher la sagesse dans un monastère en Inde. Il l'y rejoint avec l'intention de la ramener à Paris, mais elle ne veut rien savoir. Prêt à tout pour la convaincre, il est loin d'imaginer jusqu'où cela va l'entraîner.

Tendre et moqueur, Gourou interroge notre époque et son "air du temps" : couple qui tente de se refaire, interrogations éthiques, exotisme, rencontre de deux civilisations, l'une cherchant à s'émanciper de traditions ancestrales, l'autre à dépasser ses rapports purement marchands... Le rythme est haletant, le ton est celui de la comédie, mais une comédie résolument sentimentale.

Camille de Casabianca est cinéaste et écrivain. Elle a publié entre autres, Le Lapin enchanté (Seuil, 2005) et Nouvelles du cinéma (Léo Scheer, 2010). 

Je remercie Les Agents Littéraires  et les éditions Léo Scheer pour l'envoi de ce livre. 

J'inscris également cette lecture à mon challenge Petit Bac d'Enna, catégorie Métier.

de CASABIANCA Camille, Gourou, ed. Léo Scheer, avril 2011, 232p. 

Commentaires

  1. C'est pas vraiment le genre de roman qui m'allèche... "Sans" la forme, il ne doit plus rester grand chose d'intéressant à mon sens...
    Je ne savais pas qu'on considérait que gourou était un métier! J'imagine les formulaires à remplir. Profession : gourou. Je me demande s'ils en recensent beaucoup dans les agences pour l'emploi...
    Ca me fait bien rigoler!

    RépondreSupprimer
  2. @Reka: Je rectifie: Il y a en fait une forme: on pourrait parler de forme récit oral. La langue est très parlée, comme si Paul nous racontait son histoire. Alors du point de vue stylistique, c'est assez simple mais l'auteur a probablement adopté cette forme pour se rapprocher du lecteur si tu vois ce que je veux dire.
    Pour le métier de gourou, je pense que certains gourous doivent s'en mettre suffisamment dans les poches pour considérer ça comme une occupation professionnelle ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas trop attirée... ce doit être le thème ou le peu d'attrait qu'exercent sur moi les auteurs français !

    RépondreSupprimer
  4. @Kathel: Je trouvais pour ma part le thème assez sympa. C'est plutôt léger et drôle et donc assez éloigné de beaucoup d'auteurs français selon moi. Parfait pour l'été mais ce n'est pas un indispensable non plus ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis en train de le lire, et j'accroche pas mal! En particulier, j'aime la manière habile dont il amène le personnage de Carlotta...

    RépondreSupprimer
  6. Moi, j'ai adoré parce que c'est la première fois que je lis un roman bien documenté, construit, divertissant, sur (entre autres !) un sujet qui m'intéresse: la recherche du bonheur, la spiritualité, etc.

    RépondreSupprimer
  7. Ayé, lu et commenté! C'est ici:

    http://fattorius.over-blog.com/article-un-roman-qui-adopte-la-gourou-attitude-83090302.html

    C'est effectivement un petit roman agréable à lire, volontiers léger; et sa trame pourrait, je pense, bien se prêter à une adaptation cinématographique - avec en prime toutes les couleurs de l'Inde profonde.

    RépondreSupprimer
  8. @Anonyme: Contente que cette lecture vous ait autant plu. Je cherche depuis 10 minutes le titre d'un autre roman sur la spiritualité qui a eu beaucoup de succès... Si ça me revient, je reposte (ça doit être la vieillesse ;-))

    @Daniel: Je trouve enfin le temps de répondre à ton comm. Je file voir ça. Pour moi, l'adaptation est presque évidente et ça pourrait en effet être très sympa!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Vie et oeuvre de Constantin Erod de Julien Donadille