lundi 11 juillet 2011

Dictators' Homes de Peter York

Je ne sais pas vous, mais pour ma part, les images d'Hitler à Berchtesgaden m'ont toujours semblées passionnantes. Oui, je sais, drôle d'introduction pour ce billet, surtout en plein été alors que nos lectures se font plus frivoles, mais voilà, c'est comme ça: voir cet homme terrifiant vivre une vie totalement banale, jouer avec un chien et boire un verre avec ses amis m'a toujours paru profondément dérangeant.

Dictators' Homes part un peu du même principe: Peter York nous invite à pénétrer l'intimité, plus ou moins mise en scène par la propagande gouvernementale, des dictateurs les plus sanglants du 20ème siècle. On pénètre ainsi dans les demeures de personnages tous aussi peu recommandables que Joseph Staline, Benito Mussolini, Tito, Mobutu, Saddam Hussein, ou encore Slobodan Milosevic.

Cependant, malgré cette liste peu engageante, Dicators' Homes est un livre vraiment drôle, plaisant et intéressant. Peter York détaille avec humour le style et les intérieurs de ces dictateurs et formule quelques conclusions hilarantes sur ce que le décor dévoile de la personnalité du propriétaire. Et ce qui ressort souvent c'est avant tout du mauvais goût, une passion pour l'or, le marbre et les grands symboles à figure d'aigle et les énormes bureaux style "je suis un homme très occupé". Mais le lecteur découvre également un Staline lisant tranquillement sur une chaise longue, la maison très basique de Lénine côté officielle et celle beaucoup plus bourgeoise où il passera ses dernières années, l'impression de simplicité qui émane d'Idi Amin, des portraits qui font froid dans le dos de Mussolini et Hitler fièrement suspendus au mur, le décors hideusement 80's des Ceausescu, le couronnement à inspiration Napoléonienne de Bokassa ou enfin les goûts affreux en peinture de Saddam Hussein qui, comme le dit Peter York, justifiaient presque à eux seuls l'invasion de l'Irak.

L'ouvrage est complété par une série de courtes biographies en fin d'ouvrage qui montre malheureusement que la plupart d'entre eux sont morts relativement vieux après une belle retraite dans leurs palaces surdimensionnés.

Un livre-photo au ton caustique qui malgré un sujet plutôt flippant et dérangeant m'a arraché plusieurs éclats de rire. Sans se prendre au sérieux, Peter York a réussi à regrouper des photos (inédites pour ma part) qui en révèlent beaucoup sur la personnalité de ces hommes qui ont marqué d'une trace sanglante notre histoire récente.

Our homes are an extension of our personalities. Home is the place where we are truly ourselves and reveals a great deal about what makes us tick.
In Dictators' Homes, Peter York looks at how some of history's most alarming men and women have chosen to decorate their houses, exploring the private tastes of these public figures in the broader context of twentieth-century interiors and architecture. From Mussolini's inglenook fireplace to Hitler's parquet floor, and from Saddam Hussein's private artwork to General Noriega's Christmas tree, no design detail is left unexamined.
Dictators' Homes offers a great insight into some of the world's most dangerous minds than any interview or archive ever could. These houses illustrate what happens when unrestricted imagination collides with unlimited power. 

Peter York, author, journalist and broadcaster, is Britain's original style guru. He was Style Editor of Harpers and Queen for a decade. The Official Sloane Ranger Handbook - which he co-wrote with Ann Barr - was the UK's bestselling trade book of the 1980s. He is a columnist for the Independent on Sunday and writes for GQ and Management Today.

YORK Peter, Dictators' Homes, ed. Atlantic Books, octobre 2005, 120p.

6 commentaires:

  1. Je le feuilletterais volontiers si je le vois mais je dois avouer que le sujet me refroidit un peu. Montrer le côté ordinaire de ces hommes terrifiants et réussir à être drôle, il faut sans doute un talent très particulier pour cela.

    RépondreSupprimer
  2. @Mango: En fait ce qui ressort avant tout c'est le côté mégalomane et donc tout sauf ordinaire. On entre dans l'intimité de ces hommes et c'est intéressant de voir leurs goûts et ceux qu'ils voulaient inspirer à leurs visiteurs. Mais le ton est vraiment drôle et léger. Si ça te donne une idée, la préface est signée Douglas Coupland... N'hésite pas à le feuilleter si tu le vois ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment très intéressant, merci pour cette découverte ; et quand même : bonnes vacances !

    RépondreSupprimer
  4. @Catherine: C'est un livre plutôt sympa. Si tu as l'occasion, n'hésite pas. Et bonnes vacances à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  5. ...les goûts affreux en peinture de Saddam Hussein qui, comme le dit Peter York, justifiaient presque à eux seuls l'invasion de l'Irak...
    malheureusement pour le peuple irakien ce sont peut etre les seuls motifs de l invasion et c est ce genre de phrase qui me fait detester un livre

    RépondreSupprimer
  6. @Mourad: L'ironie est un art difficile à maîtriser. Pour ma part, je trouve que Peter York s'en est plutôt bien sorti. En traitant de personnages terribles de notre histoire, il réussit à nous faire sourire tout en nous rappelant que ces dictateurs étaient au final des gens "presque" comme les autres et les rend moins intouchables. Maintenant, je comprends que ce type d'humour n'est pas fait pour tout le monde et si cette phrase vous heurte, je vous conseille en effet d'éviter l'ouvrage...

    RépondreSupprimer