mercredi 11 novembre 2009

Retour d'exil d'une femme recherchée d'Hélène Castel


Pour ceux qui aiment: Y a-t-il une vie après la prison de Jean-Marie Montali et Jacques Lesinge

Hélène Castel, un nom qui a fait les gros titres en janvier 2006, quand elle fut jugée pour l'attaque à main armée d'une banque, commise le 30 mai 1980, alors qu'elle était âgée de 20 ans. Deux ans plus tard, Hélène Castel décide de témoigner dans ce livre, pour raconter ses 24 années d'exil, ses "retrouvailles" avec la France, la prison et enfin son procès.

Retour d'exil d'une femme recherchée présente une forme très intéressante. Le livre est divisé en trois chapitres: (1) ses années au Mexique et son arrestation; (2) Fleury-Mérogis, la prison dans laquelle elle passera 12 mois en préventive; et enfin (3) Paris et le procès. Le récit est également entrecoupé de flashbacks sur son enfance, son adolescence et bien sûr le casse en lui-même, qui permettent d'apprendre à connaître Hélène Castel, telle que la femme d'aujourd'hui se voit et analyse sa propre histoire.

J'ai beaucoup aimé suivre ce parcours de vie hors du commun et les réflexions d'Hélène Castel sur l'exil ou l'identité quelle retrouve grâce à son arrestation. J'ai également particulièrement apprécié ses descriptions du milieu carcéral. Comme le dit Nancy Huston dans sa préface, il est rare que les personnes emprisonnées maîtrisent suffisamment les mots pour partager leur expérience avec nous, lecteurs. Retour d'exil... permet donc une plongée, côté détenu, dans la vie d'une prison et dans les coulisses du pouvoir judiciaire.

J'ai cependant deux réserves de taille sur ce livre. La première se rapporte au fond. J'ai failli abandonner ma lecture dès la préface, tant les propos de Nancy Huston, "marraine d'écriture" d'Hélène Castel m'ont irritée. Ses paroles si optimistes, presque idéalisatrices pour cette femme qui a quand même braqué une banque, m'ont profondément ennuyée. Le discours de victimisation sur son arrestation ou sur les conditions d'emprisonnement m'a tout simplement insupportée. Cela me rappelle grandement les discours sur l'arrestation de Polanski. Une femme, ayant commis un crime et ayant fui la justice pendant près de 24 ans, devrait-elle échapper à son jugement, sous motifs qu'elle est devenu mère et psycho-thérapeute??? Heureusement, Hélène Castel est plus mesurée dans ses propos, même si j'ai trouvé ses plaintes sur le système carcéral parfois un peu exagérées. Dans ce sens, je me placerais plutôt du côté de ceux qui lui répètent à plusieurs reprises "Mais vous êtes en prison madame!" Cependant, s'il faut noter un livre et pas ses idées, je reconnais à Retour d'exil... le mérite de pousser à la réflexion et de susiciter le débat.

Ma deuxième réserve concerne le style, auquel j'ai vraiment eu de la peine à me faire. Trop de points de suspension (minimum un par page), de suite d'adjectifs, de phrases sans verbe, qui m'ont au final donné l'impression d'un style parfois prétentieux, mais souvent maladroit.

Retour d'exil... reste cependant un récit intriguant et instructif, qui donne un éclairage intéressant sur un parcours de vie mais avant tout sur le système carcéral et sur les inégalités du système judiciaire.

Après un casse raté, Hélène Castel doit fuir la France au début des années 1980. Elle s'installe au Mexique pour refaire sa vie. Elle y reste vingt-quatre ans, jusqu'à ce que son passé vienne la rattraper, quelques jours seulement avant la prescription de sa peine, et l'envoie en prison. Dans ce récit d'une rare dignité, Hélène Castel va et vient entre sa mémoire et la réalité accidentée de la détention, entre le Mexique qui l'a adoptée et ses " retrouvailles" avec la France... Mettant en miroir ses deux identités, son livre éclaire le chemin singulier qu'elle a dû emprunter dès le moment de son arrestation, jusqu'à son procès fortement médiatisé. Nancy Huston écrit dans sa préface: "Ce qui était grave, ce n'était ni son braquage, rocambolesque et tragique, ni son exil sous un faux nom, ni son arrestation au Mexique par Interpol en raison d'un ordre donné par le ministre français de l'Intérieur [...]. Non, ce qui était grave, c'était la prison. C'était à cela qu'elle avait envie de réfléchir, de cela qu'elle avait envie de parler. C'étaient les lumières de l'ombre que, désormais et de façon urgente, elle avait à cœur de partager."


Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE / catégorie document

D'autres avis chez Armande, et Flora

CASTEL Hélène, Retour d'exil d'une femme recherchée, ed. Seuil, février 2009, 245p.

13 commentaires:

  1. Ça a l'air intéressant. C'est toujours un peu étrange de lire le témoignage de quelqu'un qu'on ne peut pas suivre à 100 % dans ses raisonnements parce qu'on ne peut pas cautionner ses actes.

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment pas tentée !
    Cette femme a tout de même un passé violent et je trouve normal qu'elle paie sa dette envers la société. J'aurais du mal à lire ce récit dans lequel je n'ai pas d'empathie avec la narratrice.
    De plus, il est actuellement urgent d'humaniser les prisons, les rendre plus vivables, mais l'auteur à mon avis n'est pas l'avocat idéal pour cette cause...

    RépondreSupprimer
  3. @Keltia: C'est exactement ça. Mais c'est intéressant de se remettre en question et d'ESSAYER de comprendre le point de vue de l'autre.

    RépondreSupprimer
  4. @Marie: Comme toi, je trouve normal qu'elle aie fait face à la justice et certaines remarques, surtout dans la préface m'ont irritées. Mais le livre se concentre principalement sur les conditions des prisons. Et dans ce sens, ce texte pourrait t'intéresser. Alors oui, peut-être qu'Hélène Castel n'est pas la meilleure avocate de cette cause, mais peu d'ex-détenues témoignent sur leur passage en prison.

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais plutôt une réflexion/un coup de gueule d'ordre général...
    J'ai l'impression que de nos jours chaque personne un tantinet médiatisée doit absolument tirer un livre de son expérience et ça commence à m'agacer! Comme si le livre était devenu un passage obligé.
    L'authentique, la pudeur se perd. Tout le monde déballe sa vie à qui veut, ce qui arrange bien un public de plus en plus voyeur.
    D'ici un an ou deux, on pourra s'attendre à un roman sur l'affaire Polanski, pff...
    Désolée mais là ça m'énerve ;)

    RépondreSupprimer
  6. Je constate effectivement que nos analyses se rejoignent presque point par point.

    RépondreSupprimer
  7. Dommage, le sujet paraissait intéressant, mais je me demande si j'arriverai au bout.

    RépondreSupprimer
  8. @Cynthia: Je comprends tout à fait ton coup de gueule et je dois dire que la catégorie document du prix ELLE me déçoit un peu dans ce sens: trop de témoignage et de déballage à mon goût. Mais j'ai trouvé ce récit et la plongée dans le milieu carcéral intéressant.
    Pour Polanski, il y a déjà un documentaire sur son affaire, alors le livre pourrait bien être sous les sapins (pas le mien) à Noël ;-)

    @Armande: ;-) J'ai plusieurs Nancy Huston dans ma PAL et cette préface m'a presque donné envie de les boycotter.

    @Alex: Ca se lit assez facilement. Comme le casse n'arrive qu'à la moitié du livre, la première partie s'avale toute seule car le lecteur veut connaitre sa justification du casse et le suspense continue dans la 2ème partie avec le procès (pour ma part, je ne me rappelais plus de qu'elle peine Hélène Castel avait écopé).

    RépondreSupprimer
  9. Ce genre de livre ne m'intéresse pas des masses. je préfère quand il ne s'agit pas d'expériences personnelles. :)

    RépondreSupprimer
  10. C'est pas des lectures très rigolotes chez ELLE, je constate, d'une manière générale.;)

    RépondreSupprimer
  11. @Leiloona: Je ne suis pas fan non plus, mais ce livre fait partie de la sélection document du prix ELLE...

    @A Girl from earth: C'est vrai que la catégorie document ne respire pas le bonheur ;-) Celui de ce moi-ci, c'est Lait Noir, sur la dépression post-partum.

    RépondreSupprimer
  12. Quand je vois les livres que tu reçois de ELLE, je me dis que finalement ce n'est pas si mal de ne pas avoir été piochée cette année. En ayant terminé le PDL en août, j'aurais saturé. Ca m'a l'air plus ardu que le PDL le Prix ELLE... Bon courage pour la suite Zarline ! ;)

    RépondreSupprimer
  13. @belledenuit: Je pense en effet que d'enchainer les prix doit vite devenir lassant. Je me réjouis déjà de pouvoir réattaquer ma PAL en mai. Je n'ai jamais participé au PDL donc je ne peux comparer. Le Prix ELLE prend pas mal de temps et bien sûr toutes les lectures ne sont pas des bons moments mais j'apprécie l'expérience. Peut-être que je pourrais suivre ton avis en 2011??? Et merci pour les encouragements, j'en aurai vite besoin, je reçcois 7 livres le mois prochain ;-)

    RépondreSupprimer