lundi 30 août 2010

L'autre moitié du soleil de Chimamanda Ngozi Adichie


Pour ceux qui aiment: Le catastrophiste de Ronan Bennett

En 1967, la République du Biafra, située au Sud-est du Nigeria, déclare son indépendance. Cet événement va déclencher un sanglant et meurtrier conflit, qui s'achèvera à la victoire de l'état nigérian sur la petite république sécessionniste en 1970. Chimamanda Ngozi Adichie, auteure nigérienne, revient sur cet épisode tragique à travers l'histoire d'Olanna et de sa soeur jumelle Kainene, filles d'un puissant chef Ibo, de leurs compagnons Odenigbo, intellectuel engagé, et Richard, journaliste britannique et enfin d'Ugwu, le jeune et fidèle boy. Depuis l'enthousiasme du début des années 60, avec l'indépendance du Nigeria, jusqu'à la famine et les désastreuses conséquences de la guerre, Chimamanda Ngozi Adichie nous fait revivre dix années marquantes de l'histoire du Nigeria.

Passionnée d'histoire africaine, je ne pouvais bien évidemment pas résister à ce roman. Je connaissais l'histoire biafraise dans ses grandes lignes mais j'ai vraiment apprécié L'autre moitié du soleil qui m'a permis de clarifier certains éléments, tout en me faisant passer un agréable moment de lecture. Bizarrement, j'ai particulièrement aimé la première partie du livre qui se concentre sur l'histoire personnelle des protagonistes, avant le début du conflit. J'ai trouvé que les personnages étaient tous très bien développés et les événements qui mèneront au déclenchement des hostilités sont subtilement insérés dans le récit et décrits de manière claire.

J'ai par contre moins aimé la deuxième partie du roman, qui traite des années de guerre. J'ai trouvé que la psychologie des personnages était un peu laissée de côté au profit d'une description trop émotionnelle à mon goût des conditions de vie des Biafrais. Loin de moi l'idée de nier les conséquences humanitaires désastreuses de ce conflit, mais j'ai eu parfois l'impression de lire un reportage "genre Paris Match" qui joue à fond sur la corde sensible des lecteurs en oubliant d'expliquer les faits et causes du conflit. Bien sûr L'autre moitié du soleil n'est pas un livre d'histoire, mais j'aurais aimé que Chimamanda Ngozi Adichie creuse un peu plus les aspects politiques de ce conflit, par exemple l'importance des réserves de pétrole du Biafra, les éléments ethniques et historiques ou l'implication des grandes puissances dans ce conflit, et qu'elle ne cantonne pas ses personnages à des rôles si passifs. Je pense en effet que le milieu intellectuel et universitaire dans lequel évoluent Odenigbo, Olanna, Kainene et Richard se serait bien prêté à une analyse un peu plus poussée.

Mais bon, je fais ma pinailleuse (quatre ans d'étude des relations internationales, ça laisse des traces), j'ai passé un très bon moment avec L'autre moitié du soleil. Je tiens également à saluer le travail de la traductrice qui a parfaitement réussi à retranscrire les différentes expressions des personnages. Mais pourquoi avoir changé le titre de la version française (Half of a yellow sun dans la version originale, titre qui se réfère au symbole du drapeau biafrais)???

Un livre très réussi sur le conflit trop vite oublié du Biafra. Les personnages et le style de Chimamanda Ngozi Adichie sont excellents mais on peut regretter une deuxième partie qui délaisse un peu les personnages et l'objectivité historique du début au profit d'un récit plus émotionnel.

Lagos, années soixante. La ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste. Quant à sa soeur Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté la brousse pour devenir le boy d'Odenigbo. Le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune s'étale sur les drapeaux, symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. L'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; en créant des personnages inoubliables, elle happe le lecteur dans la tourmente. Récompensé par le prestigieux Orange Prize, L'autre moitié du soleil est un bouleversant chant d'amour, de mort et d'espoir.


Je tiens à remercier Blog-O-Book et les éditions Gallimard pour l'envoi de ce livre.

ADICHIE Chimamanda Ngozi, L'autre moitié du soleil, ed. Gallimard (folio), juin 2010, 658p., traduit de l'anglais (Nigeria) par Mona de Pracontal.
ADICHIE Chimamanda Ngozi, Half of a yellow sun, ed. Harper Perennial, janvier 2007, 448p.

17 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé les portraits des deux soeurs de ce roman. Fortes et touchantes à la fois.

    RépondreSupprimer
  2. Une très belle lecture qui laisse des traces. J'espère que ce livre trouvera de nombreux autres lecteurs !

    RépondreSupprimer
  3. J'avoue que je ne me serais pas dirigée de moi-même vers ce livre. Mais pour combler mes lacunes, parce que tu en parles très bien et parce que finalement l'histoire me semble touchante, je le note.

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi ne pas me replonger dans l'ambiance africaine, en effet. Je suis tentée, je le note.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, votre commentaire est clairement une incitation à lire ce livre. Alors pourquoi pas finalement. Cela me changera. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. @Valérie: Je pensais que j'accrocherais plus au côté historique du livre mais au final, je retiendrai surtout les personnages très réussis et attachants.

    @Kathel: La sortie en poche va sûrement aider...

    @Hathaway: Pas besoin de connaitre l'histoire africaine pour apprécier ces cinq parcours de vie. J'espère que tu auras l'occasion très vite de découvrir ce livre!

    @Wakinasimba: L'atmosphère de ce livre est vraiment très réussie, c'est une réelle plongée dans l'Afrique des années 60. J'espère qu'il te plaira...

    @Clara: Avec ta petit PAL et ton rythme de lecture, j'espère que tu auras l'occasion de le lire prochainement ;-)

    @David Mourey: Varier ses lectures, cela fait toujours du bien, surtout que ce livre-ci est une belle découverte.

    RépondreSupprimer
  7. Un livre que j'ai énormément aimé, parce qu'il ne sombrait pas dans le pathos ni dans la description de l'horreur.

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai noté chez Kathel, maintenant qu'il est en poche, c'est vrai que c'est plus facile de sauter le pas.

    RépondreSupprimer
  9. @Mathilde: En effet, pas de pathos dans ce livre mais un peu plus de faits ne m'auraient pas gênée.

    @Aifelle: Surtout que la couverture poche est franchement réussie.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai vu le film "White material" avec Isabelle Huppert qui traite un peu de sujet, j'ai aimé ce film qui montre bien les problèmes de l'Afrique colonisée et de ses conséquences, alors je note ce livre car je lis très peu de roman sur ce pays, ça sera une occasion.

    RépondreSupprimer
  11. @Nina: Je ne connais pas le film "White material" mais je vais aller regarder ça de plus près. J'espère que ce livre te plaira, c'est idéal pour découvrir l'histoire du Biafra.

    RépondreSupprimer
  12. Voilà qui m'interpelle et m'intéresse : je le note, ne serait-ce que pour tenter de réparer mes nombreuses lacunes sur l'histoire de ce grand continent. ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Déjà noté chez Kathel et Papillon, tu enfonces le clou :-)

    RépondreSupprimer
  14. @Lounima: "Epouses et Assassins" te donnera déjà un petit aperçu de la vie quotidienne au Ghana. Quant à l'histoire africaine, j'ai pleins de lectures en réserve dans ma PAL qui devraient vite faire leur apparition sur ce blog ;-)

    @Manu: En plus il est sorti en poche, alors plus aucune raison de résister.

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour cette critique ! J'avais aussi beaucoup aimé le contexte sur la guerre du Biafra.

    RépondreSupprimer
  16. @Lybertaire: On en parle finalement plus tellement et j'avais aimé en apprendre plus sur ce conflit. Une lecture intéressante mais pas un coup de coeur non plus...

    RépondreSupprimer