The Women (Les Femmes) de T.C. Boyle


Pour ceux qui aiment: Loving Frank de Nancy Horan

Frank Lloyd Wright, certainement l'un des plus grands architectes du 20ème siècle, admiré aujourd'hui pour son architecture organique et des bâtiments mémorables comme le Guggenheim de New York ou la Fallingwater House, était à son époque également connu pour ses frasques. De sa fuite avec sa voisine Mamah Cheney, laissant derrière eux époux et enfants, aux crises de jalousie de sa deuxième femme, Miriam, la vie de Frank Lloyd Wright n'a été qu'une succession de scandales étalés systématiquement dans la presse de l'époque. 

C'est de cette relation si étrange que Frank Lloyd Wright entretiendra toute sa vie avec "ses" femmes dont traite ce livre. L'auteur déroule cette succession d'aventures à l'envers, en commençant par la troisième femme de l'architecte, la jeune Olgivanna. Au fil des pages, le lecteur fait connaissances avec les autres femmes ayant partagé la vie de Wright, mais c'est avant tout ce dernier que le lecteur découvre: un artiste égocentrique, un génie ignorant la morale et les conventions de l'époque, un grand architecte baignant dans le luxe mais toujours à cours d'argent, un être à la fois touchant et détestable, un mégalomane à l'aura certaine. 

J'ai beaucoup aimé ce livre, un parfait complément à ma lecture coup de coeur de Loving Frank. Si j'avais été vraiment touchée par le personnage de Mamah dans ce dernier, j'ai ici aimé en découvrir plus sur Frank et sur le reste de sa vie. Il est également très intéressant de découvrir ce personnage à travers les yeux d'un auteur homme, qui semble avoir éprouvé plus de clémence pour Wright que Nancy Horan. J'ai également trouvé la forme de Les Femmes excellente et intelligente, avec une tension qui augmente jusqu'à cette fin au final presque identique dans les deux livres. Une similitude vraiment intéressante d'ailleurs, quand on considère à quel point ces deux livres sont différents autrement. 

J'ai trouvé le choix du narrateur, un ancien apprenti japonais de Frank Lloyd Wright, brillant. J'ai beaucoup aimé ses petites apartés et j'aurais même voulu en apprendre plus sur le microcosmos de Taliesin. Le style de T.C. Boyle est toujours aussi accrocheur. Petit extrait sur les joies de la conduite:

"The whole business was complicated by the fact that the ragtop didn't seem to want to go up, so that my face was exposed not only to the glare of the sun and a withering cannonade of dust, chicken feathers and pulverized dung, but to the stares of every stolid Wisconsinite I passed along the way. The ruts were maddening, the potholes sinks of discolored water that seemed to shoot up like geysers every fifty feet. And the insects: I'd never in my life seen so many insects, as if spontaneous generation were a fact and the earth gave them up like grains of pollen, infinite as sand, as dust. They exploded across the windscreen in bright gouts of filament and fluid till I could barely make out the road through the wreckage." p.4

Cette lecture confirme également que je préfère cet auteur dans ses livres plus "historiques" que dans ses intrigues plus modernes. Du coup, j'ai encore plus envie de lire Water Music qui est dans ma PAL depuis un sacré moment. 

Mon seul bémol concerne peut-être la deuxième partie, centrée sur le personnage de Miriam que j'ai trouvée exaspérante mais qui semble avoir fasciné l'auteur. J'aurais volontiers coupé quelques passages mais Les Femmes a été, dans l'ensemble, un excellent moment de lecture. 

Un livre fort sur la vie mouvementée d'un grand architecte. La construction et le style de T. C. Boyle sont brillants et la vie de Frank Llyod Wright si mouvementée et théâtrale que l'intrigue de ce livre ne peut être que passionnante. Je crois avoir toutefois préféré le livre de Nancy Horan. Quoiqu'il en soit, je conseille ces deux livres sans restriction.  

Welcome to the troubled, tempestuous world of Frank Lloyd Wright. Scandalous affairs rage behind closed doors, broken hearts are tossed aside, fires rip through the wings of the house and paparazzi lie in wait outside the front door for the latest tragedy in this never-ending saga. This is the home of the greatest architect of the twentieth century, a man of extremes in both his work and his private life: at once a force of nature and an avalanche of need and emotion that sweeps aside everything in its path. Sharp, savage and subtle in equal measure. The Women plumbs the chaos, horrors and uncontainable passions of a formidable American icon. 

Lecture commune avec Cynthia, Manu, Nina et Valou que je remercie pour leur patience. Je précise qu'il n'est pas encore minuit, donc je suis presque à l'heure... enfin, si on oublie que cette LC était originellement prévue pour octobre. Hum Hum!

BOYLE T.C. The Women, ed. Bloomsbury, mars 2010, 451p. 
BOYLE T.C. Les Femmes, ed. Livre de Poche, février 2011, 704p. 

Commentaires

  1. Je viens de chez Manu, que j'encourage à lire cet auteur! Finalement j'ai lu Water music, je ne me souvenais plus du titre, oh oui, lis le!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je vois que notre seul point de rupture vient sur la place de Frank, que je trouve effacé. Mais oui, peut-être Boyle est-il plus clément que Nancy Horan. En tout cas, c'est sûr qu'il semble moins tumultueux que dans Loving Frank, presque davantage mené par les femmes.

    Pour le reste, on est d'accord, sauf que je pense avoir préféré ce roman, même si j'ai adoré les deux lectures !
    En tout cas, je suis contente de les avoir faite et je te remercie car tu m'as aidé à sortir ces deux pavés de ma PAL :-)

    J'aime ces LC qui nous donnent des points de vue à la fois proches et différents ! C'est très enrichissant.

    RépondreSupprimer
  3. Je vois que nous sommes globalement d'accord. Pour ce qui est de la place de Frank dans le récit, je me trouve entre vous deux.
    Je l'ai trouvé à la fois effacé (prenant la fuite au moindre problème, laissant le sale boulot à ses femmes et ses apprentis) et très présent (indirectement car toutes les pensées de ses femmes vont vers lui).

    Je me garde "Loving Frank" pour un peu plus tard car je pense qu'il ne serait pas judicieux d'enchainer les deux (risque d'assimilation, de mélange entre les deux romans).
    Merci pour cette belle lecture commune ! On se retrouve bientôt pour Millenium 2 ;)

    RépondreSupprimer
  4. j'ai lu en LC !!! Loving Franck... celui-ci pourrait compléter !

    RépondreSupprimer
  5. Ce roman-ci pourrait parfaitement compléter Loving Franck, en effet. Je note.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai noté juste après avoir lu Loving Franck mais je n'ai pas encore lu l'occasion de l'emprunter à la biblio (moi aussi, je suis un peu en retard dans mes lectures ! mdr !)

    RépondreSupprimer
  7. @Keisha: J'aime bien T. C. Boyle, je trouve que son style est vraiment intéressant et ses intrigues arrivent toujours à me surprendre. Water Music, c'est au programme et si en plus tu es positive dessus...

    @Manu: Oui, pour moi Frank avait une place plus importante dans ce roman, peut-être parce que j'avais trouvé le personnage de Mamah tellement fort dans Loving Frank que je ne m'étais pas trop occupée de Frank alors que là, je l'ai trouvé plus omniprésent mais peut-être plus faible comme tu dis. C'est presque contradictoire, je sais... Bref, c'était un plaisir pour moi aussi cette LC et merci pour ta patience ;-) Vivement la suivante!

    @Cynthia: Je vois tout à fait ce que tu veux dire pour Frank, j'ai ressenti un peu la même chose. Effectivement, je pense qu'il est judicieux de laisser un peu de temps avant de lire Loving Frank mais c'est vraiment une lecture à faire, même si en connaissant l'histoire, la portée du roman sera peut-être réduite. Bref, je serais curieuse de connaitre ton avis. J'attaque Millenium ce week-end ;-)

    @Lystig: Effectivement, Les Femmes est un super complément, tout en étant assez différent. N'hésite pas!

    @Alex: Pareil que pour Lystig, n'hésitez pas, très bon auteur, très beau style et intrigue Wrightesque ;-)

    @Joelle: Tant mieux dans un sens, lire les deux à la suite est peut-être un peu indigeste. Après quelques mois, je suis sûre que tu retrouveras la vie mouvementée de Wright avec plaisir...

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, ça pourrait grandement m'intéresser !

    RépondreSupprimer
  9. @Irrégulière: Trois histoires d'amour "vache" pour un génie égoïste. Pas banal, mais je pense que ça pourrait te plaire. Je te conseillerai presque plus Loving Frank, qui est peut-être moins cynique, pour commencer.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016