vendredi 16 octobre 2009

Mausolée de Rouja Lazarova


Vingt après la chute du Mur de Berlin, les récits sur la vie dans le bloc communiste commencent à fleurir, et après Enfant 44, voici que je reçois, dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE, Mausolée.

Rouja Lazarova nous invite à une plongée dans la Bulgarie communiste, de 1944 jusque à l'aube du XXIème siècle. A travers trois générations de femmes, Gaby, sa fille Rada et sa petite-fille Milena, qui est également la narratrice de ce récit, le lecteur découvre le quotidien du régime communiste, ses privations, ses peurs, sa corruption, ses répétitions et ses absurdités. Rouja Lazarova nous décrit un système cruel, auquel les trois femmes de ce récit vont opposer une résistence minime et silencieuse, mais une résistence tout de même.

J'ai trouvé cette immersion dans la Bulgarie communiste absolument fascinante. Depuis quelques années, j'ai l'impression que le système communiste est parfois un peu idéalisé et que les gens oublient trop facilement les atrocités commises sous l'URSS. Dans ce sens, j'ai trouvé Mausolée très pertinant, car sans forcer sur le dramatique, il nous montre les disparitions quotidiennes, les privilèges des membres du Parti et l'absurdité des décisions prises. J'ai également beaucoup aimé le récit de l'après-1989, avec le chaos des privatisations en masse, l'arrivée du capitalisme acharné et ses laissez-pour-compte.

Le style est agréable mais je dois avouer m'être perdue à plusieurs reprises dans les méandres de ce récit qui regorge de personnages secondaires et dont la chronologie est plutôt aléatoire. Certains éléments sont soulevés puis il faut attendre plusieurs dizaines de pages pour vraiment les comprendre. Cette construction, un peu anarchique, m'a empêchée de toujours apprécier ce récit et fait que j'ai eu du mal à me souvenir de tous les éléments de l'histoire.

Un bon roman donc, mais surtout un beau témoignage fictionnel (même si je soupçonne beaucoup de vécu derrière ce récit). En tous cas, il m'a donné envie de me replonger dans les photos de mon voyage en Bulgarie, en 1990 (et oui, je sais, quelle idée???) où j'ai pu assister à ce grand moment d'histoire.

Bulgarie 1944-1990. Un demi-siècle de communisme, de peurs et de trahisons, quand se taire devient le mot d'ordre de la survie. Gaby, sa fille Rada et sa petite-fille Milena survivent. Mais elles disent aussi leur haine du régime et rient de ses absurdités. En même temps que la peur, elles se transmettent le désir de révolte. Avec férocité. humour et tendresse. Rouja Lazarova raconte le totalitarisme à l'échelle des sans noms.

Née en Bulgarie communiste, Rouja Lazarova vit en France depuis 1991. Mausolée est son quatrième roman.

Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2010/catégorie roman

D'autres avis, tout aussi charmés, chez Sandra M., Flora, Armande et Marie-Claire.

LAZAROVA Rouja, Mausolée, ed. Flammarion, 2009, 331p.

9 commentaires:

  1. Je n'en ai pas envie pour le moment mais je le note tout de même pour plus tard :)

    RépondreSupprimer
  2. Encore deux comme ça et elle pourra prétendre au Nobel^^
    Plus sérieusement, je le note parce que c'est une partie de l'Histoire que je ne connais pas mais je pense que d'ici à ce que ma PAL diminue, il sera sorti en Poche ;)

    RépondreSupprimer
  3. Avec l'anniversaire de la Chute du Mur de Berlin, on a de nouveau des récits sur cette période de l'Histoire. J'en ai trouvé plusieurs chez Masse Critique. En tout cas, merci pour ton billet! Pour ma part, c'est noté!;)

    RépondreSupprimer
  4. @Celsmoon: Je pense qu'avec l'anniversaire des 20 ans de la Chute du mur de Berlin, le 9 novembre sauf erreur, on va être gavés de communisme. C'est peut-être bien de repousser cette lecture à plus tard. Mais il vaut quand même la peine.

    @Cynthia: lol! C'est vrai que je ne connaissais pas du tout la lauréate du Nobel, mais je vais peut-être essayer à l'occasion. Et pour la PAL, si elle est comme la mienne, tu as sûrement le temps d'attendre le poche.

    @Hermione: Oui, c'est vraiment le thème à la mode. J'espère que tu seras chanceuse avec Masse Critique...

    RépondreSupprimer
  5. C'est un sujet nouveau pour moi et rien que pour ça, je le lirais bien!

    RépondreSupprimer
  6. Ce livre m'intéresse, justement pour le témoignage qui en découle.

    RépondreSupprimer
  7. Un très beau billet qui donne envie de lire ce livre.

    RépondreSupprimer
  8. Heureuse de partager le même avis positif que toi !
    Ta dernière ligne me donne l'idée de faire à l'identique un renvoi vers les autres avis. Je songerai à reprendre mes billets pendant les vacances. C'est ce qui arrive quand on écrit la première ...
    Je me demandais ce que tu avais pensé du policier le Touriste !

    RépondreSupprimer
  9. @Mango: On apprend beaucoup de la vie quotidienne à cette époque. Je pense que ce livre devrait te plaire.

    @Leiloona: On sent vraiment que l'auteure a vécu en Bulgarie et qu'elle n'a pas fait que des recherches sur cette époque. C'est vraiment très intéressant. Bonne lecture!

    @Alex: Heureuse d'augemter ta PAL ;-)

    @Marie-Claire: J'ai décidé d'attendre la délai pour renvoyer les notes et la publication dans le ELLE avant de poster mes commentaires, c'est pourquoi mes commentaires sont publiés plus tard et j'ai ainsi l'occasion de répertorier tous les autres avis ;-) Pour le Touriste, hum... J'ai trouvé pas mal mais la traduction était abominable. Et toi? J'attaque maintenant le Hélène Castel et je sens que ce livre va m'énerver...

    RépondreSupprimer