AND THE WINNER IS......


...... WOLF HALL de Hilary Mantel

Petite traduction du résumé, à ma sauce:

Dans les années 1520, Henry VIII règne sans partage mais n'a aucun héritier. Le Cardinal Wolsey, son conseiller principal, est chargé d'obtenir le divorce que le Pape refuse au Roi. C'est à ce moment qu'apparaît Thomas Cromwell, le premier subordonné de Wolsey, qui deviendra plus tard son successeur. Cromwell, fils d'un forgeron violent, est un génie politique, un excellent corrupteur, un charmeur, un tyran et un manipulateur. Impitoyable dans la poursuite de ses propres intérêts, son ambition politique et personnelle est sans limite. Il gère son agenda de réformes politiques, jonglant entre un parlement égocentrique et un Roi qui passe de passions romantiques à des rages meurtrières.

Wolf Hall est un vrai roman anglais qui explore la personnalité profonde des personnages et les ficelles de la politique. Avec une belle galerie de personnages et de nombreux rebondissements, Wolf Hall nous montre l'Angleterre des Tudors, comme une société inachevée, pleine de passions, de souffrance et de courage.

Hilary Mantel est née à Glossop, le 6 juillet 1952. Elle a étudié le droit à la London School of Economics et à l'Université de Sheffield. Elle a travaillé dans le social et a vécu au Botswana pendant 5 ans, et en Arabie Saoudite pendant 4 ans. Elle rentre en Grande Bretagne dans les années 80. Ses précédents livres sont Eight Months on Ghazzah Street (1988), Fludd (1989), A Place of Greater Safety (1992) sur la Révolution Française, A Change of Climate (1994) (Changement de Climat, ed. Gaïa), An Experiment in Love (1995), The Giant, O’Brien (1998) , Giving Up the Ghost: A Memoir (2003), Learning to Talk: Short Stories (2003) and Beyond Black (2005) (La Locataire, ed. Joëlle).

Pour ma part, je suis très contente de ce choix et Wolf Hall est déjà en bonne place sur ma LAL.

Pour une interview de l'auteure (en anglais), cliquez ici.

Commentaires

  1. Eh ben, vivement qu'il soit traduit celui-là. Je m'apprête à regarder la série des Tudor, je sens que ça va me plaire !

    RépondreSupprimer
  2. ...ce n'est pas trop le genre de sujet qui me plaît...

    RépondreSupprimer
  3. @Ys: J'ai bien aimé la série, mais j'avais préféré "Rome", vu juste avant. Je te souhaite beaucoup de plaisir.

    @Gio: C'est un roman "politico-historique" et je comprends que ça ne plaise pas à tout le monde. L'histoire qui entoure Henry VIII et ses 6 épouses passionne pourtant un large public.

    @Lounima: Si tu lis en anglais, je pense que la version "paperback" devrait sortir très bientôt. Car pour le moment, c'est un vrai pavé (672 pages)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis assez déçue qu'on ait choisi ce genre de récit... je trouve la série "The Tudors" très bien faite et intéressante (j'ai vu quelques épisodes à la télévision ces dernières semaines). Mon libraire qui a lu "Wolf Hall" l'a trouvé génial et très bien écrit; mais de se laisser influencer par cette sorte de vague de "tudor-mania"... c'est plutôt dommage pour un prix littéraire aussi sérieux!

    J'espère que tu ne seras pas outrée par mes propos, qui sont assez virulents j'en suis consciente, et je m'en excuse!

    Pour ma part, je suis en train de tomber en amour avec l'auteur J.M. Coetzee, qui a aussi été nominé dans la shortlist de cette année. J'ai déjà acheté "Summertime"; et j'ai commencé "Disgrace" du même auteur et qui a lui aussi obtenu le Booker Prize.

    Bref, pour cette édition, j'aurais préféré un autre lauréat que le livre d'Hillary Mantel!;) Je regrette qu'ils n'aient pas retenu le livre "Me Cheetah" pour la shortlist...

    RépondreSupprimer
  5. @Hermione: Je n'ai vu que la 1ère saison des Tudors et le personnage de Thomas Cromwell ne fait que des brèves apparitions. Alors oui, la période des Tudors a été remise sur le devant de la scène par la série, et peut-être que Mantel en a profité, mais en même temps, Henry VIII n'a jamais vraiment été "démodé" et Cromwell reste quand même assez peu connu, surtout de ce côté-ci de la Manche.

    "Disgrace" est déjà au programme. Par contre, "Summertime" a apparemment beaucoup déçu et selon plusieurs lecteurs, il ne méritait pas de récompenser Coetzee pour la 3ème fois (ce qui aurait été une première dans l'histoire du prix.) Mais je me réjouis de connaître ton avis.

    Enfin, pour "Me Cheetah", je dois dire que je suis intriguée. Je pense le lire à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  6. Dommage, je n'aime pas cette période historique. Mais bon, ce n'est pas ça qui en fait un mauvais roman. Mais je ne le lirai pas ;-)

    RépondreSupprimer
  7. @Manu: Peut-être seras-tu mieux servie avec le Booker de l'année prochaine. On ne peut pas aimer à tous les coups.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!