Le Choeur des femmes de Martin Winckler


Pour ceux qui aiment: Les Monologues du vagin de Eve Ensler

Jean Atwood, interne brillante se destinant à la chirurgie gynécologique, se voit obligée de passer six mois dans l'unité très particulière du Dr. Karma, traitant de la Médecine de la Femme. Arrogante et persuadée de l'inutilité de ce stage, Jean va très vite devoir remettre ses connaissances en question pour mieux apprendre en écoutant. Le Choeur des femmes se transforme ainsi en roman initiatique pour Jean, qui en apprenant à connaitre les autres femmes va se trouver elle-même.

Le Choeur des femmes est mon premier roman de Martin Winckler et je ne suis pas du tout convaincue. Personnellement, ma visite annuelle chez le gynécologue n'est pas franchement un moment de plaisir. Alors 600 pages sur le thème des problèmes gynécologiques n'ont pas été ce que j'appellerais une lecture plaisante ou divertissante. Alors oui, je ne me suis focalisée que sur cet aspect, alors que le livre parle également de bien d'autres sentiments et événements de la vie de Jean, mais pour moi, les "épisodes gynécologiques" ont effacé, et je dirais même, obscurci tout le reste.

En essayant de passer au-delà de ce premier blocage, je dirais que le style et la forme sont originaux. L'écriture de Winckler est très parlée, directe, voire parfois un peu vulgaire. J'ai mis plusieurs pages à m'habituer, mais ensuite, cela ne m'a plus autant gênée. Quant à la forme, le récit de Jean est entrecoupé de monologues de femmes reçues dans l'unité, de poèmes et de cas traités par le Dr. Karma, représentatifs de la longue liste de problèmes rencontrés par nous les femmes.

Au final, je comprends le but de l'auteur. J'ai ressenti le Choeur des femmes comme un manifeste pour une médecine plus respectueuse de la patiente, plus à l'écoute, et comme une critique de la médecine gynécologique française. Un objectif noble, j'en conviens. On sent vraiment que les éléments et cas rencontrés dans le livre sont emprunts du vécu de l'auteur, également médecin et que tout cela lui tient à coeur. Cependant, d'un point de vue littéraire, j'ai trouvé ce livre beaucoup, beaucoup trop long. Le fait que la fin soit totalement prévisible dès la page 200 n'a pas non plus vraiment aidé à entretenir mon enthousiasme. Enfin, le sujet n'est tout simplement pas un thème que je qualifierais d'agréable pour un roman et je n'ai pas vu l'intérêt de cette polyphonie de récits de femmes sous cette forme.

Un livre que je ne conseille donc pas mais qui a au moins eu le mérite de me rappeler de prendre rendez-vous chez mon gynéco ;-)

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit? Qu'il va m'enseigner mon métier? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE/catégorie roman

D'autres avis plus positifs chez Mathilde, Nénettes, Clochette, Snowball et Sang et Encre

WINCKLER Martin, Le Choeur des femmes, ed. P.O.L, août 2009, 590p.

Commentaires

  1. Bien qu'ayant aimé les monolgues du vagin, ton billet ne me donne pas envie. J'ai lu assez de livres sur la médecine, le respect, l'écoute des patients...

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, pas réjouissant comme sujet, quelle drôle d'idée, chez un homme en plus, même médecin... mais bon, je me suis toujours méfiée des gynécologues hommes, moi, ça me semble bizarre comme profession...

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas lu le choeur des femmes, mais j'avais vraiment adoré "la maladie de sachs" qui je crois était le premier roman de Martin Winckler. C'était très émouvant, drôle, avec une narration très bien maîtrisée et originale. Je le conseille aux déçues de Winckler, ce livre pourrait bien vous faire changer d'avis !

    RépondreSupprimer
  4. Merci de me le dérecommander. En plus, petit aparté tout personnel mais je vais chez le gynéco pour la première fois la semaine prochaine et je pense que je n'aurais pas trop envie d'épiloguer sur le sujet. Quoique parfois si c'est traité avec humour et originalité pourquoi pas. Mais vraiment, je mets de gros guillemets.

    RépondreSupprimer
  5. Personnellement le sujet ne me gène absolument pas. Par contre les quelques lignes que tu cites ne me donnent pas envie d'aller voir plus loin.

    RépondreSupprimer
  6. J'avais été emballée par "La maladie de Sachs" mais là, c'est sans doute un peu trop, 600 pages et que sur la gynécologie !

    RépondreSupprimer
  7. Et bien effectivement le sujet n'a pas l'air très attirant, mais étant une inconditionnelle de M. Winckler et connaissant sa maîtrise du sujet, je me laisserai probablement tentée si j'en ai l'occasion. Je conseille la Maladie de Sachs ainsi que l'a dit Le rat à la page, c'est un roman fabuleux. Mélopée, si tu es pudique comme moi, pense à amener un kimono / peignoir léger, tu seras plus à l'aise.

    RépondreSupprimer
  8. Je pense que je ressentirai ce livre comme toi, et l'analogie avec les monologues du vagin, sans l'avoir non plus, me semble bien trouvé!
    Je passe, pas trop mon type de lecture.

    RépondreSupprimer
  9. @Clara: L'intérêt du livre est vraiment dans la dénonciation de la pratique gynécologique actuelle. Si tu en a assez avec le sujet, je te recommande de passer car le côté romanesque manque vraiment de substance.

    @Ys:;-)Pareil, je n'ai jamais vraiment compris l'attrait de cette profession que ce soit pour un homme ou pour une femme. Mais heureusement qu'ils sont là...

    @Le rat à la page: Merci pour tes conseils. Je vais laisser un peu passer mes souvenirs sur le Choeur des femmes et je tenterai peut-être à l'occasion La Maladie de Sachs.

    @Mélopée: Et bien si tu es déçue par ton gynécologue la semaine prochaine, tu peux lire ce livre et espérer trouver près de chez toi un Dr. Karma.

    RépondreSupprimer
  10. @Auguri: Le style est vraiment particulier, très parlé. Le paragraphe que je cite est en fait le quatrième de couverture mais il reflète assez bien le contenu du livre.

    @Kathel:"Emballée" par la Maladie de Sachs. Tu m'intrigues vraiment maintenant. Suis-je vraiment non-réceptive au style de Winckler ou Le Choeur des femmes est-il un raté par rapport à son premier roman???

    @Bouquineuse: Je serais curieuse de connaître ton avis.

    @A gril from earth: Le côté "libération du corps de la femme" m'ennuie un peu et je n'aurais jamais lu ce livre sans le Prix ELLE. Mais les autres avis sont plutôt positifs...

    RépondreSupprimer
  11. J'en ai un autre de lui dans mes tiroirs ("Les trois médecins"), qui aura la priorité.

    A noter, si vous aimez, qu'il a aussi signé un Poulpe, sous le titre "Touche pas à mes deux seins". Pas mal, s'inscrit bien dans le genre; il m'a donné envie, à bon compte d'en lire plus de cet auteur.

    Merci pour cet avis!

    RépondreSupprimer
  12. J'avais bien aimé son premier roman (dont le film tiré était magnifique), mais les suivants m'ont paru illisibles, alors j'ai laissé tomber.

    RépondreSupprimer
  13. @DF: Je n'ai encore jamais lu la série Poulpe et je ne pense pas commencer avec l'épisode écrit pas Winckler malgré le titre évocateur. Mais je vous souhaite une très agréable lecture ;-)

    @Alex: Son premier roman c'est bien la Maladie de Sachs? Bon apparemment, je dois lui donner une chance à ce livre, malgré ma déception avec Le Choeur des femmes.

    RépondreSupprimer
  14. Son premier roman édité, c'est "La vacation".
    Mais il est vrai que le 1er connu est "La Maladie de Sachs", livre non gynéco, si je puis dire, contrairement au "Choeur des Femmes".

    RépondreSupprimer
  15. Je l'ai acheté en occasion il n'y a pas si longtemps. On verra s'il me plait...

    RépondreSupprimer
  16. @Emmanuelle: Comme tu as l'air d'avoir lu les trois, je serais curieuse de connaître ton avis sur Le Choeur des femmes???

    @DeL: Je me réjouis de lire ton avis.

    RépondreSupprimer
  17. Eh bien ce livre m'a presque rendu la gynécologie intéressante ! j'ai vu certaines choses différemment...

    RépondreSupprimer
  18. @Mathilde: Tout à fait d'accord, j'ai moins aussi appris pleins de choses. C'est la partie romanesque qui me déçoit et vu que ce livre est vendu comme un roman...

    RépondreSupprimer
  19. " Personnellement, ma visite annuelle chez le gynécologue n'est pas franchement un moment de plaisir. Alors 600 pages sur le thème des problèmes gynécologiques n'ont pas été ce que j'appellerais une lecture plaisante ou divertissante. "

    Je me demande bien pour qui ça l'est ^^ Je passe volontiers.
    Et j'ajoute que le commentaire de Daniel m'a bien fait rire (même si son titre à lui ne me tente pas non plus ^^)

    RépondreSupprimer
  20. @Cynthia: Le thème n'a pas eu l'air de déranger mes collègues jurés...

    RépondreSupprimer
  21. J'ai été touché par les portraits de femmes et l'humanisme de Winckler. Par contre, je suis d'accord avec toi, le roman est beaucoup trop long et l'intrigue à la fois prévisible et tirée par les cheveux !!!

    RépondreSupprimer
  22. @Céline: C'est exactement ça pour moi: un objectif noble et touchant mais une forme ennuyeuse et maladroite. Dommage!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016