Le monde selon Monsanto de Marie-Monique Robin


Note: 8/10
Pour ceux qui aiment: Le documentaire Nos enfants nous accuseront de Jeau-Paul Jaud

Lors du Festival du Film Vert de Suisse Romande, un film avait tout de suite attiré mon attention. Malheureusement, au dernier moment, j'avais dû renoncer à assister à la projection. L'Opération Masse Critique de Babelio m'a permis de me rattraper avec le documentaire écrit par la réalisatrice et je suis donc ravie de vous faire partager mes impressions sur Le monde selon Monsanto.

J'avais déjà entendu de nombreuses critiques concernant la firme Monsanto, visant en particulier sa production d'OGM et ses tentatives pour imposer des brevets sur des organismes vivants et des séquences génétiques, au détriment des communautés utilisant ces plantes depuis des nombreux siècles. J'étais cependant loin d'imaginer que la même firme pouvait également être responsable des "catastrophes chimiques" que représentent les PCB, la dioxine ou encore l'hormone de croissance bovine. Le monde selon Monsanto suit la progression historique de la firme à travers ses produits phares (et souvent toxiques).

Plusieurs points importants sont soulevés, tels que le phénomène des revolving doors aux USA (les personnes travaillant pour Monsanto et qui sont ensuite engagées par les agences fédérales, et vice-versa), le manque de tests scientifiques avant l'homologation des produits, la répression des whistleblowers (les personnes qui dénoncent les agissements de leur compagnie) et la corruption employée à des fins commerciales.

Les derniers chapitres sur les OGM et le brevetage du vivant sont absolument capitaux, en particulier à l'heure ou l'Europe et la Suisse doivent réexaminer le Moratorium imposé sur la culture des OGM. Je ne suis pas, à la base, contre la recherche sur les OGM, mais l'acceptation aveugle du principe d'équivalence en substance et la culture d'OGM, sans aucun recul sur leur impact à long terme, sont des pratiques vraiment angoissantes. L'impact des OGM sur la biodiversité représente également, à mon avis, un énorme danger pour l'humanité (n'ayant pas peur des mots). Quant au brevetage du vivant, c'est une pratique révoltante qui a un impact énorme pour les pays en développement. Comment une firme peut-elle déposer un brevet sur le riz basmati, pourtant récolté depuis des siècles en Asie??? Sur tous ces sujets, Le monde de Monsanto constitue une formidable source de renseignements.

L'étude de Marie-Monique Robin est extrêmement bien documentée et enrichie par de nombreuses interviews de chercheurs, d'agriculteurs, de victimes de pollution industrielle et d'hommes politiques. De nombreuses références, sources et notes permettent, à ceux qui le désir, de pousser plus loin la recherche sur les différents sujets. L'ensemble se lit bien et les explications sont claires.

Un tout petit bémol toutefois. Les accusations portées à Monsanto par Marie-Monique Robin, concernant l'utilisation de l'Agent Orange durant la guerre du Vietnam et celle du pesticide Roundup en Colombie dans la lutte contre les cartels de la drogue, ne sont à mon avis pas totalement justifiées. En effet, malgré la catastrophe sanitaire que ces épandages a eu pour les populations (et qui prouvent la toxicité des produits de Monsanto), je pense que le gouvernement américain est le vrai coupable dans l'histoire. Peut-on accuser les producteurs d'armes des dégâts de la guerre? Ou les constructeurs automobiles des accidents de la route? Je sais que cette pratique est de plus en plus courante dans les class actions aux USA, mais pour ma part, je trouve cette dérive stupide.

En conclusion, un livre à lire absolument et pour les paresseux (et oui, le livre fait quand même 360 pages), il existe un DVD du documentaire Le monde selon Monsanto, de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, diffusé par ARTE. Vous pouvez également consulter le blog de Marie-Monique Robin.

Pour un avis divergeant sur ce livre, allez faire un tour chez Isil qui décortique ce livre et argumente très bien son point du vue.

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l'une des entreprises les plus controversées de l'histoire industrielle. Dans les dernières décennies, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits (PCB, " agent orange, ou hormones de croissance bovine et laitière). Pourtant, elle se présente aujourd'hui comme une entreprise des " sciences de la vie convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l'humanité. Qu'en est-il exactement ? S'appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d'hommes politiques, ce livre retrace l'histoire d'un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l'administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l'extension planétaire des cultures OGM, sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.

Marie-Monique Robin est lauréate du prix Albert-Londres (1995). Journaliste et réalisatrice, elle a réalisé de nombreux documentaires, couronnés par une dizaine de prix internationaux, tournés en Amérique latine, Afrique, Europe et Asie. Elle est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages, dont à La Découverte : Escadrons de la mort, l'école française (2004, 2008) et L'École du soupçon (2006).


Finalement, je remercie Babelio et les éditions La Découverte et Arte pour cet envoi, la lecture fut plus qu'enrichissante!


ROBIN Marie-Monique, Le monde selon Monsanto, de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, ed. La Découverte et ARTE, 2009, 361p

Commentaires

  1. Dans le même genre, j'ai vu le documentaire "We feed the world" : pas gai non plus... c'est à vous couper définitivement l'appétit...

    RépondreSupprimer
  2. Je te conseille de voir " nous resterons sur terre"... J'ai ce livre à la maison mais toujours pas plonger le nez dedans... d'ailleurs, me dit que je verrais peut etre le docu avant !

    RépondreSupprimer
  3. @Ys et Celsmoon: Merci pour ces recommandations, je vais essayer de me procurer les DVD. Bon peut-être pas tous en même temps, histoire de ne pas trop déprimer et de ne plus rien manger.

    RépondreSupprimer
  4. Un petit clin d'oeil pour toi sur mon blog :)

    RépondreSupprimer
  5. Ca a l'air très intéressant ce livre! Je n'ai pas encore vu le documentaire "Nos enfants nous accuseront" mais ça viendra!

    RépondreSupprimer
  6. @Keltia: je te conseille vivement le Monde selon Monsanto, en livre ou en DVD. "Nos enfants nous accuseront" est bien aussi, mais (pas forcément un aspect négatif) moins scientifique.

    RépondreSupprimer
  7. Finalement les témoignages contre Monsanto sont très rares car peu de personnes ont l'envergure nécessaire pour attaquer cette multinationale, dont la puissance est presque équivalente à celle d'un état...

    RépondreSupprimer
  8. @Marie: C'est ce que l'auteure explique dans la postface de son livre où elle décrit la campagne de défamation lancée à la sortie de son livre. Je pense d'ailleurs que ce livre aurait eu beaucoup de mal à sortir aux USA.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Zarline, merci pour le lien :-)
    Bon, comme tu sais, moi, je n'ai pas aimé ce livre que j'ai trouvé bien trop partial et imprécis pour être honnête, dès qu'on passe les deux premières affaires. Elle a trop tendance à mélanger tous les problèmes à mon avis. Même le témoignage de Percy Schmeiser, l'agriculteur canadien en lutte contre Monsanto, que je pensais être un des rares points en faveur de la thèse de Robin me semble contestable depuis que j'ai lu le jugement de la Cour canadienne (si ça t'intéresse, je peux te donner le lien):-/ Du coup, je ne lui fais plus du tout confiance.
    Pour répondre à Marie, la puissance de Monsanto me paraît aussi surévaluée: son concurrent Bayer représente 23 milliards de chiffre d'affaires contre 7 milliards pour Monsanto (Pernod Ricard est à 6 milliards pour comparer). En France, l'entreprise serait autour du 60ème rang.

    En tout cas, ce livre m'a permis de découvrir ton blog :-)

    RépondreSupprimer
  10. @Isil: Bienvenue sur ce blog et merci pour ta visite. Comme je suis sur mon blog, je peux me permettre de développer ma réponse ici ;-)

    Il faudrait que je reprenne mon livre pour répondre à ton commentaire, mais je suis malheureusement au travail. De mémoire, je ne me rappelle plus exactement le fond de l'accusation de Percy Schmeiser??? Pour les autres affaires judiciaires, j'ai trouvé certaines accusations stupides. Ces paysans se sont engagés à ne pas replanter les semances, ils doivent donc respecter leur contract ou acheter une autre variété. Par contre, le problème de contamination des champs voisins sont beaucoup plus inquiétants à mon avis et c'était là le cas de Schmeiser,non?

    Concernant le reste du livre, contrairement à toi, j'ai trouvé le chapitre sur le Roundup très pertinant car je trouve que les cas de résistances deviennent inquiétants. Par contre, quand Marie-Monique Robin demande son interdiction pure et simple, je trouve ça complètement inutile, car le roundup ne sera que remplacé par un autre produit, tout autant toxique (et oui, on a rarement vu un herbicide, pesticide ou insecticide qui peut se boire comme de l'eau). Le mieux serait de varier les produits mais c'est justement impossible avec la gamme de produits Roundup Ready, et c'est bien là le problème à mon avis. Je suis par contre d'accord avec toi que Marie Monique Robin souligne parfois des scandales qui n'en sont pas franchement. Je crois qu'elle voulait citer ces témoignages mais qu'elle n'a pas su mettre la bonne emphase sur les vrais problèmes et les vrais scandales. Le fond reste toutefois pertinant pour moi.

    Enfin, concernant ta réponse à Marie, je suis d'accord que l'auteure ne rappelle pas assez que Monsanto n'est pas la seule sur le marché à avoir des choses à se reprocher. Mais le thème du livre est Monsanto, et l'historique de cette firme qui a quand même marqué la bio-chimie aux Etats-Unis et dans le reste du monde, et pas souvent de la meilleure des manières. Quant à Bayer, c'est vrai que son chiffre d'affaires est plus élevé mais il est principalement fait dans les produits pharma, alors que Monsanto s'est séparé de cette section après plusieurs fusions et divisions et se présente maintenant que comme une firme agricole, parmi les leaders mondiaux du secteur. Elle est donc toute désignée quand on parle d'OGM par exemple.

    RépondreSupprimer
  11. Bon ben à force, à nous deux on va pouvoir écrire un livre ;-) Mais ne te gêne pas pour répondre et si tu as ce lien, ça m'intéresse...

    RépondreSupprimer
  12. Pour Bayer, ce n'est pas faux mais je ne connais pas le chiffre exact de la part de chaque secteur. Je voulais juste préciser que Robin donne l'impression que Monsanto peut tout acheter, y compris le silence. Ils sont certes riches et font du lobbying (et comme je travaille dans un secteur où c'est très présent et où ça fait aussi parfois des dégâts) mais à force d'insister là-dessus, je trouve que Robin en fait trop. Ils ne sont pas tout puissants non plus.
    Pour Percy Schmeiser, c'est en effet un problème de dissémination, ce qui pour moi était la seule partie probante de Robin, sauf que c'est beaucoup moins flagrant et en fait, il aurait volontairement récupérer quelques plans disséminés mais qu'il aurait volontairement ressemés. Pas si étonnant donc qu'il ait perdu son procès. Je n'arrive pas à mettre le lien sur l'arrêté de la Cour. Je vais essayer dans un com à part :-S

    RépondreSupprimer
  13. Eh bien comme ça, ça marche, je n'y comprends rien :-)
    http://csc.lexum.umontreal.ca/fr/2004/2004csc34/2004csc34.html

    RépondreSupprimer
  14. Si tu veux les chiffres de Bayer, tu peux les trouver sur leur site, www.bayer.com et en cliquant ensuite sur les différentes branches. A première vue, en terme de vente, le pharma représente 15 millions d'euros, le crop science 6 millions et le secteur des matières (polycarbones et ce genre de choses) 9 millions.
    Je vais aller voir le jugement mais c'est vrai que ca parait plutôt bizarre. Merci pour le lien.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Vie et oeuvre de Constantin Erod de Julien Donadille