lundi 1 novembre 2010

Apocalypse bébé de Virginie Despentes


Valentine, une adolescente désabusée de 15 ans, a disparu. Lucie, dont la mission était de la surveiller est maintenant chargée de la retrouver. Aidée de la Hyène, une légende parmi les enquêteurs privés, Lucie part sur les traces de Valentine, de Paris à Barcelone, à la découverte d'une jeunesse gâchée et d'une société à la dérive.

J'avais pas mal d'a priori sur cette auteure "à scandale". Sans jamais l'avoir lue, j'étais convaincue que Virginie Despentes, avec son style direct et son phrasé plutôt vulgaire n'était pas faite pour moi. Mais quand PriceMinister a proposé ce partenariat, j'ai sauté sur l'occasion de me faire une idée somme toute moins subjective.

Et bien m'en a pris, car je suis plutôt étonnée du résultat. Alors oui, Virginie Despentes n'économise pas sur la vulgarité et sur le parlé "djeun" et même si je n'aime en général pas ce style en littérature, je dois avouer que c'est ici très réussi, mordant, fait de manière fluide et naturelle et que le tout s'intègre totalement à l'ambiance et aux personnages du roman. Je m'attendais également à beaucoup plus de provocations et je n'ai au final retrouvé qu'une scène de partouze lesbienne (une peu inutile d'ailleurs, mais il faut bien mériter sa réputation sulfureuse). Pas de blocage donc du côté de l'intrigue et j'ai même suivi l'enquête avec plaisir.

J'ai également beaucoup aimé l'alternance des chapitres qui se focalisent tour à tour sur les différents personnages du récit. L'auteure nous livre ici un bel éventail de personnalités, de l'écrivain en mal de notoriété à la petite frappe des banlieues de Paris, représentant chacun à leur façon les diverses aspirations de notre société.

Le seul point négatif serait cette fin un peu tirée par les cheveux. Le geste en lui-même ne m'a pas dérangée mais les conséquences, franchement, c'est un peu trop exagéré et digne d'un prédicateur de rue.

Au final, un livre sympa, une écriture singulière mais agréable et une intrigue simple qui laisse la part belle à la psychologie des personnages. Une voix à part dans la littérature française que je relirai volontiers, sans toutefois crier au génie.

Valentine disparue... Qui la cherche vraiment ?
Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne, le nouveau roman de Virginie Despentes est un road-book qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l'adolescente égarée... Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d'une époque.

Virginie Despentes est née en 1969 à Nancy. Romancière, elle est l'auteur de Baise-moi (1993), des Chiennes savantes (Grasset, 2001), des Jolies choses (Grasset, prix de Flore 1998), de Mordre au travers (Librio, 1999), de Teen Spirit (Grasset, 2002), de Bye-bye Blondie (Grasset, 2004) et d'un essai, King Kong Théorie (Grasset, 2006). Publiée dans de nombreux pays à l'étranger, Virginie Despentes est également réalisatrice.

Je remercie PriceMinister pour ce duel Despentes-Houellebecq.

DESPENTES Virginie, Apocalypse bébé, ed. Grasset, août 2010, 343p.

19 commentaires:

  1. Plutôt une torture dans mon cas... surtout que je ne comprenais pas toujours les mots...

    RépondreSupprimer
  2. Une écriture singulière, crue mais que j'aime à partir du moment où elle sert le récit.
    J'avais détesté son recueil de nouvelles "Mordre au travers" et adoré "King Kong Théorie" que je te recommande volontiers ;)
    Je vais bientôt découvrir celui-ci !

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas voulu participer à ce duel proposé par Priceministere... Je n'aime la plume d'aucun de ces deux auteurs.... Elle me dégoute même...

    RépondreSupprimer
  4. la fin est vraiment surprenante, je ne m'y attendais pas, j'aurais préféré un happy end!

    RépondreSupprimer
  5. @Jules: Hi hi, je crois avoir compris la majorité des mots. Bon, je suis presque encore une djeune hein ;-)

    @Cynthia: Tout à fait d'accord avec toi. Normalement, je déteste vraiment ce style mais là j'ai trouvé que ça servait très bien l'histoire donc... pourquoi pas. Je vais donc éviter "Mordre au travers" (de toutes façons, les nouvelles et moi). "King Kong Théorie" me tentait moyen mais si tu recommandes, je note dans un coin. Curieuse donc de connaître ton avis sur ce petite dernier...

    @Géraldine: J'ai hésité moi aussi vu que les deux auteurs m'ont toujours un peu rebutée. Mais j'aime me faire ma propre opinion et sur ce coup-ci, c'était plutôt une bonne surprise. Bon pour Houellebecq, faudra encore une couche supplémentaire de motivation pour que je me lance.

    @Esmeraldae: Je n'aurais pas préféré un happy end mais quelque chose de plus réaliste peut-être.

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai encore jamais lu cette romancière, je ne peux donc pas participer à ce duel mais j'avoue que Houellebecq m'a bien plu, vraiment! Ceci dit, qu'elle ait un prix ou pas, je vais quand même lire ce livre qui a plutôt bonne presse!

    RépondreSupprimer
  7. A force de voir ce titre sur les blogs et d'en lire globalement du bien, je vais difficilement résister !

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu moi aussi dans le cadre de ce match, avec les mêmes a priori que toi, et finalement j'ai également été enchantée (mais comme toi, très déçue par la fin).

    RépondreSupprimer
  9. Personne n'aime cette fin sauf moi ! J'ai même bcp aimé..

    RépondreSupprimer
  10. @Mango: Je serais curieuse de connaitre ton avis sur ce livre. Je ne me rappelle pas d'avoir lu ton billet sur Houellebecq (en même temps, mon GR affiche plus de 1000 billets en retard donc...)Je vais aller y jeter un oeil.

    @Hathaway: Oui, les avis sont plutôt positifs et je crois que la plupart des lecteurs en sont même surpris. Une bonne initiative de Priceminister au final.

    @Cryssilda: Tout pareil donc ;-)

    @Theoma: Alala, pour moi ce fut une grosse déception. Le geste ok mais alors la vision post-apocalyptique, j'en ai presque ri.

    RépondreSupprimer
  11. Mon billet est ici mais je ne parle du livre de Houellebecq que par allusions car j'avais dévié très vite en cours de route. Mais je ne désespère pas d'écrire un billet complet sur cette lecture car le livre en vaut la peine je trouve!
    http://liratouva2.blogspot.com/2010/09/en-plein-dans-le-nouveau-houellebecq.html

    RépondreSupprimer
  12. J'ai choisi le Houellebecq car j'avais le même ressenti que toi par rapport à cette auteure !

    RépondreSupprimer
  13. Je te rejoins sur pas mal de points concernant ce livre et la fin ne m'a pas vraiment convaincue non plus!!Je m'attendais également à davantage de trash,...comme quoi!
    Ravie de découvrir ton blog!!

    RépondreSupprimer
  14. J'en ai lu deux ou trois de cette auteur avant celui-ci - pas de quoi me donner envie de suivre. Donc, je passe...

    RépondreSupprimer
  15. J'ai pas encore lu Virginie Despentes, je vois que tu as quand même aimé, moi j'ai choisi Michel Houellebecq parce que je l'avais jamais lu aussi,et j'ai vraiment aimé "La carte et le territoire", par contre ce roman est très bien écrit, et il n'y a pas de langage ni de scène hard, je trouve que Michel Houellebecq est moins tendre avec les hommes qu'avec les femmes dans ce livre, dont il dresse de beaux portraits. Bon lequel va avoir le Goncourt ? Je sais que Michel Houellebecq l'a frôlé en 2005.....

    RépondreSupprimer
  16. @Mango: Je serais ravie d'avoir plus de détails sur ta lecture à l'occasion ;-)

    @Joelle: Bon, il nous reste à faire une découverte croisée pour chasser les idées reçues: Houellebecq pour moi et Despentes pour toi ;-)

    @Lancellau: Je crois que la fin en a laissé plus d'un dubitatif. Et bienvenue ici!

    @DF: Si tu n'as pas accroché avec les autres livres de cette auteure, je pense en effet que celui-ci reste plus ou moins dans la même veine, donc...

    @Nina: A force, vous allez finir par me convaincre pour Houellebecq, et ça, c'est vraiment un exploit. Pour le Goncourt, je serais quand même étonnée si Despentes l'obtient. A moins que le jury récompense un style totalement singulier. A suivre...

    RépondreSupprimer
  17. Hihi je vois que nous avons globalement le même avis, comme toi j'ai été impressionné par l'analyse psychologique des personnage (on y croit) et par la puissance du style (y compris dans son usage particuliers du vocabulaire :-)) En plus de la toute fin, c'est le titre qui me chiquotte mais bon...

    RépondreSupprimer
  18. Un roman qui se laisse lire, malgré quelques passages scabreux...

    RépondreSupprimer
  19. @Yueyin: Le titre ne me gêne pas outre mesure, c'est un peu tape-à-l'oeil mais bon... Je vais essayer de retrouver ton billet (il faut vraiment que je m'attaque à ce GR).

    @Alex: Scabreux? Je n'ai pas vraiment trouvé, provoc oui mais pour moi ça restait dans le limite du raisonnable.

    RépondreSupprimer