Jours d'enfance de Michiel Heyns


Pour ceux qui aiment: Boyhood de J. M. Coetzee

1968, Orange Free State: A l'occasion d'un match de tennis entre un pensionnat anglais de Bloemfontein et une école technique afrikaner, Fanie van den Bergh refait surface dans la vie de Simon. Ce dernier se souvient alors de leur enfance commune passée dans le village de Verkeerdespruit, des rivalités entre Anglais et Afrikaners, de l'Apartheid et de la politique sud-africaine des années 60 et de l'influence de l'Orange Vroueverniging (OVV), association charitable féminine, autoproclamée juge morale du village. Autant d'événements vécus avec la naïveté d'un enfant qui n'appréhende par entièrement le monde et les conventions des adultes, faisant ainsi de Jours d'enfance un passionnant roman d'apprentissage dans l'Afrique du Sud des années 60.

J'ai vraiment apprécié le point de vue adopté dans ce livre; Michiel Heyns décide en effet de se concentrer sur la vie des blancs d'Afrique du Sud, tout en laissant planer, en toile de fond, l'influence de l'Apartheid et du racisme ambiant sur ces enfants. J'ai ainsi trouvé intéressant de montrer la vie des ces Afrikaners pauvres, une population méconnue et toujours présente en Afrique du Sud.

Cependant, le format des souvenirs successifs provoqués par les retrouvailles de Simon et Fanie semble parfois trop "mécanique" et j'ai trouvé les thèmes de la pédophilie et de l'homosexualité un peu trop omniprésents. J'ai, dans ce sens, préféré l'épisode de Dumbo, le chien de Simon, ou les autres événements plus légers traitant de la vie de tous les jours de ces gamins, isolés du reste du monde.

Dans l'ensemble, j'ai apprécié cette lecture et cette plongée dans un milieu et une atmosphère peu traités en littérature. N'hésitez pas à embarquer pour ce voyage en direction de l'Afrique du Sud et d'une époque révolue.

Décembre 1968, Simon et ses copains du collège anglophone de Bloemfontein, " métropole " de l'Etat libre d'Orange en Afrique du Sud, s'apprêtent à flanquer une dérouillée au tennis aux péquenots d'un collège des environs. Education anglaise contre enseignement afrikaner. Les visiteurs débarquent et, parmi eux, Fanie van den Bergh, un garçon qui a partagé l'enfance de Simon dans un patelin champion de l'apartheid, village de petits et moyens Blancs afrikaners, servi par ses Bantous parqués dans le township. La confrontation sportive ravive des souvenirs oubliés et met en évidence, au passage, les conflits de race et de classe. Heyns choisit d'explorer le fossé entre Anglais et Afrikaners, fossé dont Simon - fils d'un magistrat anglais " libéral " et d'une Afrikaner - est le reflet. Fanie, lui, est issu d'une des familles pauvres de la paroisse, celles dont s'occupent les dames de l'ouvroir sous la houlette du pasteur Claassen. Car le pasteur préside à tout dans ce petit bourg : sa femme transmet sa parole, les autres s'exécutent. Et les déviants, il y en a évidemment quelques-uns, sont impitoyablement chassés - Steve et sa moto, Trevor et sa chemise rose... Pour ces enfants, il y a surtout l'école, où ils apprennent la vie, à défaut d'autre chose : la bêtise tellement humaine, les amitiés compliquées, les expériences sexuelles, mais aussi l'hypocrisie morale et le conservatisme raciste du monde des adultes...

Michiel Heyns a grandi à travers l'Afrique du Sud. Il a fait ses études à l'université de Stellenbosch puis à Cambridge. Professeur d'anglais, il a pu se consacrer pleinement à l'écriture après le formidable succès de ce premier roman en 2002.

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Philippe Rey pour l'envoi de ce livre.

HEYNS Michiel, Jours d'enfance, ed. Philippe Rey, août 2010, 282p. traduit de l'Anglais (Afrique du Sud par Françoise Adelstain.
HEYNS Michiel, The Children's Day, ed. Jonathan Ball Publishers, 2002


C'est pas tout ça, mais ce livre m'a furieusement donné envie de cuisiner des vetkoek, ces petits beignets que j'avalais enduits de beurre de cacahouète et de sirop d'érable (oui, oui, je sais, super light et pourtant, chers lecteurs, j'ai même perdu du poids lors de mon séjour sud-africain ;-)). Mhhh!!! Je sens que ce week-end sera huileux. Bon appétit à tous!

crédit photo et recette des vetkoek ici

Commentaires

  1. Ce livre m'attend dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
  2. Il ne me tente pas plus que ça. Je préfère passer...

    RépondreSupprimer
  3. @Clara: Je me réjouis de lire ton avis. Bonne lecture!

    @Belledenuit: Ce n'est pas une lecture coup de coeur mais j'ai trouvé le sujet vraiment intéressant. Bon, si ta PAL est dans le même état que la mienne, je comprends tes hésitations ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Tu me tentes, surtout que pour mes cours je me plonge dans les romans d'auteurs sud-africains. D'ailleurs si tu as des conseils, j'ai lancé un SOS sur mon blog ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Il me tente bien vu son sujet ... et puis, je note beaucoup de romans sud-africains ... je n'ai jamais été déçue par leur lecture jusqu'à présent :)

    RépondreSupprimer
  6. @Tiphanya: Je vais y réflechir mais les seuls qui me viennent à l'esprit comme ça sont Coetzee, Nadine Gordimer et André Brink, les mastodontes que tu as sûrement déjà notés. Je pensais d'ailleurs lire Disgrace de Coetzee dans les prochaines semaines (ou mois, on ne sait jamais avec moi). Si une lecture commune te dit...

    @Joelle: Tu va peut-être pouvoir aider Tiphanya alors... Le sujet est vraiment intéressant et j'espère qu'il ne dérogera pas à ta règle si tu te décides à le lire ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Toi qui aime les livres, je t'invite au swap "Un inconnu vous offre un livre" ici
    http://sirpriz.com/swap-766.html

    Le 5 janvier tu connaîtras le nom de celui à qui tu devras envoyer un livre et de qui tu vas en recevoir un.

    Nous sommes déjà 18 inscrits ! A bientôt ! Isa

    RépondreSupprimer
  8. Bof trop de thèmes à la mode. Je préfère en lire un autre sur l'Afrique du Sud.

    HS : pas de problème pour moi de changer la date de la LC :-)

    RépondreSupprimer
  9. J'ai beaucoup apprécié ma découverte de Coetzee cet été. Je ne suis pas encore prête à me passionner pour la littérature sud-africaine, mais je vais continuer avec cet auteur, c'est certain.

    RépondreSupprimer
  10. Voilà un livre qui pourrait me plaire... mais je veux tout d'abord découvrir Coetzee !! ;-)

    RépondreSupprimer
  11. @Isa: Merci pour la proposition mais je croule déjà sous les livres de ma PAL ;-) L'idée est sympa par contre, peut-être la prochaine fois...

    @Manu: Je ne pense pas que Heyns ait été influencé par un effet de mode. C'est vraiment un récit de souvenirs d'enfance et bon, peut-être que dans les pensionnats de garçons, on est très portés sur la chose ;-) Super pour la LC, une date en particulier qui te convient?

    @Ys: Je pense enfin attaquer Disgrace dans les prochaines semaines. Je connais principalement la littérature sud-africaine anglophone que je trouve plutôt de bonne qualité. Il y a de belles découvertes à faire (comme chez les sud-américains, hein, vile tentatrice ;-))

    @Lounima: ah ben si tu es motivée par une LC de Disgrace, fais moi signe.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Vie et oeuvre de Constantin Erod de Julien Donadille