Attention au grand méchant loup


Je ne vous parle pas souvent sur ce blog de ma passion pour la nature. Plus jeune, les récits de voyage dans des contrées sauvages et le nature writing constituaient la grande majorité de mes lectures. Depuis quelques années, mes lectures se sont diversifiées et je peine parfois à revenir à mes amours de jeunesse, submergée par ma PAL qui enfle de jour en jour. La vague nature writing qui semble s'abattre sur la blogo depuis quelques mois va peut-être m'y aider et j'espère vous proposer quelques lectures de ce genre dans les mois qui viennent.

crédit photo humour-canin

Enfin bref, tout ça pour dire, que dans le cadre de la semaine nordique de Cryssilda et Emma, j'avais envie de parler de mes autres passions et la Suède m'a malheureusement offert l'occasion de le faire.

Dans la littérature, les pays nordiques sont souvent dépeints comme des paradis naturels, froids et sauvages. Même dans les romans policiers, catégorie qui s'exporte le plus dans nos régions, la nature scandinave joue souvent un rôle important dans le récit et les forêts y résonnent de milles sons mystérieux.

Et justement, les forêts suédoises et l'un de ses habitants, le loup, peut-être l'animal le plus honni de la littérature (et oui, qui n'a pas tremblé enfant, à la lecture du petit chaperon rouge), est au centre de l'actualité depuis la mi-janvier. En 2009, les députés suédois on voté la reprise de la chasse aux loups pour la première fois en 45 ans. La Suède a décidé de limiter la population de loups, animal réapparu dans les années 80, à 210 individus et 20 meutes jusqu'en 2012. En 2011, le gouvernement a ainsi autorisé l'abattage de 20 loups, presque 10% de la population donc, sur une période courant du 15 janvier au 15 février. Plus de 6700 chasseurs ont répondu à l'appel, pour abattre 20 bêtes je le rappelle. Au final, 19 loups ont été abattus.

Cette reprise de la chasse a provoqué un tollé en Suède et en Europe et une procédure d'infraction aux règles de l'Union européenne a été ouverte. En effet, le loup gris est une espèce protégée à l'échelle européenne et sa protection est inscrite dans de nombreuses conventions, en particulier la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe ou Convention de Berne.

La Suède n'est pas le seul état à débattre du loup. Au contraire, ce prédateur est au centre de débats très houleux dans presque tous les pays où il séjourne. Cependant, la Suède semble avoir adopté une approche très stricte: le quota de 210 bêtes est jugé par beaucoup de spécialistes comme trop bas pour la survie de l'espèce, déjà affectée par des problèmes de consanguinité. Ce quota est également très faible au vue des espaces relativement inhabités de la Suède, en comparaison des contingents de loups beaucoup plus importants en Italie ou en Espagne. L'Agence nationale de protection de l'environnement suédoise a d'abord expliqué vouloir protéger l'espèce des dangers de la consanguinité en abattant ce quota de loups pour ensuite pouvoir réintroduire des représentants d'autres régions, principalement de Russie et de Finlande. Mais la fixation de quotas de chasse sans la désignation d'individus spécifiques à abattre montre que cet argument n'est pas l'objectif premier de l'Agence. Celle-ci explique également que la possibilité de tuer une vingtaine d'individus permettra à la population d'accepter plus facilement l'introduction d'autres loups dans la région. Plutôt farfelue comme excuse!

On assiste donc bien à 6700 chasseurs qui tirent sur le premier loup aperçu, jeune ou vieux, femelle ou mâle et même apparemment un loup portant un transmetteur utilisé pour la recherche scientifique. Une opération qui ressemble plus au final à une chasse aux sorcières, à une vengeance contre un animal qui perturbe les traditions de l'élevage de moutons et de rennes et représente un concurrent pour le gibier, plutôt qu'à une politique réfléchie de gestion d'une espèce et de résolution d'un conflit homme-animal.

Je ne souhaite pas m'étendre plus longtemps vu que c'est un sujet très émotionnel et qui s'éloigne du but premier de ce blog. Je voulais cependant relayer l'information sur un sujet qui me passionne. J'espère que la Suède, pourtant souvent bon élève en matière d'environnement et de protection de la nature, ravisera sa position avant janvier 2012 et adoptera une politique plus sensée de gestion du loup.

En attendant, je vous souhaite à tous une bonne semaine scandinave. Je reviens très vite à la littérature avec, avant la fin de la semaine je l'espère, Peer Gynt d'Henrik Ibsen.

Quelques liens:
- Article du Monde du 16/01/2011
- Article de la Libération du 7/02/2011
- Article de Physorg du 16/02/2011

Commentaires

  1. Mais qu'on les laisse tranquilles ces pauvres loups :/ (j'adore les loups et les renards!)
    Par principe, je suis contre tout lynchage d'animaux... ça semble gratuit tout ça, malgré les arguments.... merci pour ton billet et pour ton soutien à la cause des loups :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! et bien zarline nous allons faire une lecture commune chouette !
    Car justement j'ai bien l'intention dans très peu de temps de lire Peer Gynt ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Pauvres loups ... ils ont toujours été mal-aimés alors qu'ils sont si beaux ! Quand on en a vu un en liberté dans le parc de Yellowstone à la tombée de la nuit, on était tout excité et heureux comme des mômes ;)

    RépondreSupprimer
  4. @Cryssilda: Je suis comme toi fascinée par les loups (mais mes chouchous sont quand même les lycaons). Je ne suis pas totalement contre la gestion d'une population de loups, mais dans le cas de la Suède, c'est vraiment plus un exécutoire pour chasseurs qu'une vraie politique réfléchie. A suivre l'année prochaine...

    @Malice: Je pense pouvoir faire mon billet vendredi si tu veux m'accompagner... J'en suis à l'Acte III, c'est assez spécial mais sympa.

    @Joelle: Alors là, je suis super jalouse ;-) J'en ai entendus en Mongolie mais je n'en ai jamais vus en liberté. Il faut vraiment que j'arrive à convaincre Mr.Z de faire la tournée des parcs US (il est contre les tracasseries administratives, alala!)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec vous les filles et écoeurée de lire ça :/ Comme Cryssilda, les loups et les renards me fascinent, je les aime beaucoup et, quels que soient les animaux, ce genre de massacre autorisé me révolte!

    RépondreSupprimer
  6. A propos de nature, as-tu vu Green, le film que l'on peut regarder gratuitement sut Internet ? Il suffit de taper Green le film et tu pourras voir l'agonie, de Green, la femelle orang-outang et les ravages de la déforestation. Que des images, sans commentaire.

    RépondreSupprimer
  7. @Sabbio: Abattre sélectivement certains spécimens pour la gestion d'une population est parfois nécessaire. Là, ce qui me gêne vraiment, c'est que c'est anarchique et non-planifié. Le terme massacre est donc bien choisi...

    @Yv: J'ai entendu parler de Green mais je ne savais pas qu'il était en libre accès sur internet. Je vais essayer de le voir ce week-end. Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'avais pas vu cette info que je trouve parfaitement navrante. Les hommes ont vraiment des attitudes cruelles et irrationnelles envers les animaux.

    RépondreSupprimer
  9. @Aifelle: Concernant le loup, "irrationnelle" est vraiment le bon mot. Je crois qu'il n'y a aucun cas répertorié d'homme attaqué par un loup et pourtant, les légendes ont la vie dure.

    RépondreSupprimer
  10. Je suis dégoutée de lire une telle information !

    RépondreSupprimer
  11. @Manu: Je bosse sur le sujet pour mon Master et je peux te dire que la Suède est de loin la pire... Sur une note plus légère, heureuse de voir que tu ne défends pas que les félins ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Vie et oeuvre de Constantin Erod de Julien Donadille