Le coeur est un noyau candide de Lydia Millet


Pour ceux qui aiment: Cat's Cradle de Kurt Vonnegut ou D'amour et d'eau fraiche de T-C Boyle

Le 16 juillet 1945, au moment précis de l'explosion de la première bombe atomique à Los Alamos, au Nouveau Mexique, trois scientifiques se retrouvent mystérieusement transportés en 2006 à Santa Fe. Robert Oppenheimer, Leo Szilard et Enrico Fermi, dont les recherches respectives sont à la base de l'invention de la première arme de destruction massive, vont devoir faire face à l'inexplicabilité de leur saut dans le temps. Aidés d'Ann et de son mari Ben, puis très vite suivis d'une foule incroyable d'adeptes de tous genres, les trois pères de la bombe atomique vont endosser une mission à la portée universelle: la promotion de la paix sur terre.

Lydia Millet nous offre ici un texte plutôt déluré, mêlant comédie de moeurs, critique sociale et éléments scientifiques. Le texte est très haché et les paragraphes passent sans détour d'un personnage à un autre, entrecoupés également d'un résumé de l'histoire des essais nucléaires et de la bombe atomique.

J'ai particulièrement aimé la première partie du livre sur les premiers jours de nos trois savants transportés directement des années 40 à l'excitation de 2006, et leurs réactions face aux conséquences apocalyptiques de leur invention. Ces premières découvertes donnent lieu à des passages tout simplement savoureux:

"A ce moment-là, un groupe d'écoliers braillards et dissipés arriva au galop derrière lui. Les enfants couraient d'un mur à l'autre sans accorder plus qu'un coup d'oeil hâtif aux photos exposées et échangeaient railleries et quolibets.
"Quelle arnaque!" hurla l'un d'eux à 30 centimètres de son oreille, comme si l'idée même de l'histoire était une entourloupe.

Un autre dit à son camarade: "Pédé, va, qui c'est qui est une grosse pédale maintenant, hein, sale pute?"

Oppenheimer resta longtemps figé sur son siège à méditer ces obscénités. De la bouche de tout-petits. C'était une tribu sauvage, des délinquants juvéniles, sans doute. Les qualifier de mal-élevés aurait relevé de l'euphémisme, ils devaient venir d'une institution spécialisées." p.39

J'ai également aimé la réflexion plus scientifique, presque militante en fait, sur le nucléaire, qui emmène le lecteur de l'ébauche du projet Manhattan, aux essais effectués dans les îles du Pacifique, sans aucun égard aux conséquences sur les populations locales et l'environnement. Lydia Millet se moque également de la récupération des trois savants par différents groupes fanatiques rivaux. J'ai cependant trouvé quelques longueurs sur la fin qui part un peu dans tous les sens et qui laisse le lecteur un peu en plan. Inutile d'ailleurs de s'attendre à une explication du voyage dans le temps, qui sert au final uniquement de prétexte à la critique de notre société.

Le coeur est un noyau candide est un texte fort bien écrit, original, intéressant et drôle à la fois. C'est extrêmement complet mais aussi déluré, dans la tradition du Lot49. Je rassure toutefois les traumatisées de L'Homme-Alphabet ou du Tunnel, Le coeur est un noyau candide est un Lot49 très soft et tout à fait compréhensible, même si ça reste assez spécial. Pour ma part, j'ai passé un bon moment avec ce livre et j'ai bien envie de continuer ma route avec cette auteure.

16 juillet 1945 : la première bombe atomique est testée à Los Alamos, au Nouveau-Mexique. Au moment précis de l'explosion, Robert Oppenheimer, Leo Szilard et Enrico Fermi, trois des principaux scientifiques responsables du projet, sont mystérieusement "transportés" en 2006, à Santa Fe. Recueillis par Ann, une bibliothécaire, et son mari Ben, les trois savants déboussolés vont devoir s'adapter tant bien que mal à leur nouvelle vie, à ce monde que leurs recherches ont radicalement changé. Après avoir appris l'horreur engendrée par leur création (Hiroshima...) et les funestes conséquences de celle-ci, ils ne tarderont pas à entreprendre, des États-Unis au lapon, une croisade pacifiste visant au désarmement total. Entre l'armée et les scientifiques, qui voient leur " apparition " d'un mauvais oeil, les groupes religieux, qui assimilent leur présence à une prophétie biblique, et une société médiatique qu'il faut apprendre à manipuler, nos trois larrons vont avoir fort à faire.

À partir de cette hypothèse irréelle, Lydia Millet nous livre avec ce roman désopilant et d'une imagination réjouissante une remarquable analyse des liens qu'entretiennent science, politique et religion dans l'Amérique d'aujourd'hui, et l'effort permanent de ces trois domaines pour diriger nos vies. En reine des dialogues et des situations absurdes, l'auteur, à l'instar d'un Richard Powers, sait combiner vertige de la science et subtilité de l'intrigue comme peu d'autres écrivains. On pense à Murakami et à Don DeLillo, autant qu'à Twain et Vonnegut.
Lydia Millet est née le 5 décembre 1968 à Boston et a grandi au Canada. Elle vit à Tucson, en Arizona, et à Cape Cod. Le coeur est un noyau candide est son cinquième roman.

Merci beaucoup à Olivier pour le cadeau et à Leiloona qui m'avait donné envie de lire ce livre. Je réalise d'ailleurs, en relisant son billet, que nous citons le même passage, marquant pour tous les lecteurs apparemment ;-)

MILLET Lydia, Le coeur est un noyau candide, ed. Le Cherche Midi, coll. Lot 49, septembre 2009, 557p., traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Julie et Jean-René Etienne.
MILLET Lydia, Oh Pure and Radiant Heart, ed. Soft Skull Press, juin 2005, 506p.

Commentaires

  1. Je n'ai pas trop trop lu car mon billet est encore à écrire (j'ai démarré quand même)et avant même de le réaliser je voulais citer un autre passage, le même que cuné... Il faut croire que les lectrices sont sur la même longueur d'ondes.
    Le lot49, oui, moi j'aime, au moins on sort des sentiers battus, même si ici c'est quand même très très abordable... ^_^
    j'ai eu une baisse de rythme aussi vers la fin.

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble qu'il va sortir ou vient de sortir en poche, avec la même couverture... Voilà qui va peut-être me décider à le lire, quoique je reste un peu hésitante.

    RépondreSupprimer
  3. Il était proposé chez BOB il y a deux semaines mais après hésitation j'ai fini par choisir l'autre titre qui me tentait ;)
    On verra si j'ai bien fait ou non ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ah bon, il était proposé chez BOB ?! Ben j'étais où moi ? Je suis dans BOB jusqu'au cou et je ne l'ai pas vu... ou alors, c'est à cause du titre... ça ne m'étonnerait pas tiens, j'ai dû penser qu'avec un titre pareil, ça devait être une bluette, zut alors !

    RépondreSupprimer
  5. @Keisha: Je ne me rappelle plus le passage cité par Cuné mais j'attends ton billet avec impatience (la pression hein ;-)). J'ai pleins de pages cornées dans la première partie que j'ai trouvé vraiment très bien écrite. Dommage que le soufflé retombe un peu par la suite.
    Je n'ai au final pas lu beaucoup de Lot49 mais j'en ai plusieurs dans ma LAL. J'aime également l'idée de tenter ces nouvelles pistes littéraires...

    @Kathel: Oui, il vient de sortir en 10/18. Ce n'est pas un livre qui plaira à tout le monde mais l'écriture de Lydia Millet vaut la peine d'être découverte. Peut-être qu'un autre de ses livres te tentera plus...

    @Cynthia: Je suis curieuse de lire les avis BOB, surtout qu'en 10/18, la mention Lot49 disparait. Certains pourraient être un peu surpris. J'espère que ton choix était bon également ;-)

    @Ys: En même temps, les champignons multicolores sur la couverture, ça fait pas trop bluette, non? ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Je me souviens avoir lu ce passage sur un autre blog en effet ^^
    Je note ce titre, l'idée me plaît bien :)
    Lot 49 c'est quoi?

    RépondreSupprimer
  7. @Sabbio: Lot49 est une collection chez Le Cherche Midi. Je n'ai pas leur speech sous les yeux mais en gros ils essaient de promouvoir des livres anglophones qui sortent un peu des sentiers battus, qui explorent des nouvelles pistes littéraires. Dans la collection, il y a des auteurs comme Richard Powers, Brian Evenson, William Gass... des livres qui ne laissent en aucun cas leurs lecteurs indifférents.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas lu ceux que tu cites de cette collection mais j'en ai lus d'autres que j'ai aimés ;) Du coup, je note celui-ci aussi car le sujet m'intéresse :)

    RépondreSupprimer
  9. @Joelle: Lesquels as-tu lu? C'est une collection que je trouve très intéressante. J'en ai plusieurs dans ma PAL et LAL et il faudrait que je leur consacre un peu de temps et pour commencer, Richard Powers qui est dans ma PAL depuis bientôt 2 ans...

    RépondreSupprimer
  10. Un eréflexion militante et intéressante, je suis preneuse, je note.

    RépondreSupprimer
  11. @Alex: J'ai beaucoup aimé les parties sur l'histoire de la bombe atomique. C'est très bien fait et j'ignorais plusieurs éléments exposés.

    RépondreSupprimer
  12. Tu m'as fait beaucoup rire avec les "traumatisées du Lot 49", suite à l'Homme-Alphabet !!!! Je crois que j'en suis - ou plutôt que j'en ai été au moment de ma lecture, qui m'avait énormémement secouée, mais a posteriori, même si ce n'était en aucun cas un plaisir de lecture, j'aime y repenser et reprendre certaines pistes... L'avantage de cette collection est qu'elle fait réfléchir, et se poser plein de questions ! Celui-ci effectivement a l'air plus abordable. Idem, j'ai le Richard Powers (Le temps où nous chantions) depuis 2 ans dans ma PAL....

    RépondreSupprimer
  13. Ca me paraît original. Je note, pour le côté "déluré", même si je suis prévenue que j'aurais encore faim à la fin !!!

    RépondreSupprimer
  14. @Caroline: Je n'ai pas lu l'Homme-Alphabet et franchement, je ne suis pas sûre de vouloir tenter le coup pour le moment. Celui-ci est franchement facile à lire pour un Lot49 mais on reste dans ce côté un peu "original" de la collection. J'ai moi aussi le Richard Powers dans ma PAL, j'essaie juste de trouver le bon moment pour attaquer ce pavé ;-)

    @Géraldine: En fait, on ne s'attend pas vraiment à une explication vu le ton du livre et la fin un peu vague s'inscrit bien dans le reste du roman. J'espère qu'il te plaira.

    RépondreSupprimer
  15. M'ouais, ça peut être intéressant...
    Mais il y a des choses sur ce qu'ils voient en 2006, le savoir-vivre qui se perd, les guerres incessantes, les intégrismes, ils essaient d'enrayer ça ?

    RépondreSupprimer
  16. @Catherine: La première moitié du livre se concentre sur la découverte du monde en 2006, justement la perte du savoir-vivre, la pollution et aussi les dégats de la bombe. C'est la partie que j'ai préférée. Dans la deuxième, les scientifiques deviennent des sortes de messie et là, c'est plus sur l'intégrisme, la récupération politique... Ca reste spécial mais intéressant. Keisha l'a lu et devrait bientôt en faire un billet, elle te donnera peut-être une meilleure idée, deux avis valent toujours mieux qu'un seul ;-)

    RépondreSupprimer
  17. Je note pour le côté "déluré", argument de choc chez moi. Le sujet en lui-même me laisse dubitative mais a priori ça a l'air d'être traité de façon originale.

    RépondreSupprimer
  18. @A girl from earth: Je pense qu'il pourrait effectivement te plaire pour le côté déluré et bizarre. Comme je le disais à Catherine, keisha devrait bientôt en faire un billet et j'ai vu que plusieurs personnes l'avaient également reçu par BOB. Tu pourras t'en faire une meilleure idée...

    RépondreSupprimer
  19. Je viens de découvrir ton blog en voyageant de blog en blog et je sens que je vais encore faire de chouettes trouvailles par ici ! Merci pour cette découverte ! Je découvre par la même occasion la collection lot 49 et je vais de ce pas me renseigner sur le site des Editions le Cherche Midi... :)
    J'ai lu "La chambre aux échos" de Richard Powers l'année dernière, je l'ai vraiment beaucoup aimé et il m'a marquée.

    RépondreSupprimer
  20. @Morgouille: Bienvenue ici! Alala, les voyages de blog en blog c'est terrible, on se retrouve avec plus de 200 blogs dans son GR (hum hum!) et une LAL titanesque.
    Pour ce livre-ci et la collection Lot49, ça vaut la peine de les découvrir. J'ai Le Temps où nous chantions de Powers dans ma PAL, j'espère être autant séduite que toi avec l'auteur.
    Je viens de passer chez toi et tu m'as d'ailleurs rappelé que je devais lire Persuasion ;-) A bientôt!

    RépondreSupprimer
  21. Je plussoie : mon GR va exploser, ma PAL est plus qu'obèse et ma LAL, n'en parlons même pas !
    J'ai été voir ce que proposait la collection Lot49... Je crois que j'ai noté les 3/4 des titres ! J'espère aussi que tu te régaleras avec Powers.
    A bientôt ! :)

    RépondreSupprimer
  22. @Morgouille: Bon, on est dans la même galère alors ;-) Hé hé, Lot49 c'est addictif, tous leurs livres semblent originaux et on a tous envie de les découvrir. Pire, je crois qu'ils vont bientôt ouvrir leur collection à des auteurs non-anglophones, encore plus de tentations en vue... Me réjouis de lire tous ces billets Lot49 chez toi!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016