vendredi 10 juin 2011

Les cendres froides de Valentin Musso

Pour ceux qui aiment: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, le tome 1 de Millénium de Stieg Larsson

A la mort de son grand-père, Aurélien trouve, parmi sa collection de films, une étrange séquence montrant son grand-père, Abuelo, entouré de grandes femmes blondes et d'un officier SS. Cette découverte va remettre en question tout ce qu'il pensait savoir du passé de sa famille. Aidé d'Héloïse, une doctorante, Aurélien va plonger dans l'histoire trouble des Lebensborn, ces maternités nazies, quitte à faire des découvertes que certains préfèreraient garder secrètes.

Valentin Musso... Je sais qu'à la seule évocation de ce nom, beaucoup se sont déjà fait une opinion sur ce livre. Ce n'est pas moi qui vous jetterais la première pierre vu que j'ai moi-même des préjugés, peut-être injustifiés, sur les livres de son frère Guillaume, alors que je n'en ai jamais lus. Un jour pourquoi pas...

Mais revenons à ce livre. Je dois dire être un peu dubitative sur la démarche éditoriale qui vise à rapprocher à tout prix les deux frères: la mention de Guillaume Musso aurait tendance à en faire fuir certains alors que les fans du frère ne trouveront probablement pas leur compte ici. Car Valentin Musso a eu la présence d'esprit de ne pas vouloir faire du "Guillaume Musso" et a réussi à suffisamment se différencier en choisissant le genre du thriller, avec succès ma foi. Mais puisque le lien est maintenant fait, développons un peu.

Partie avec les a priori mentionnés ci-dessus, je n'ai bien sûr pas pu m'empêcher de relever les facilités prises par l'auteur: la sauce "best-seller" avec un cocktail de suspens, d'amour, de meurtre et de deuxième guerre mondiale, les quelques phrases cliché et les petites expressions in italiano qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. Mais ce serait juger trop durement ce roman et chercher la petite bête à cause d'un nom de famille.

Car au final, j'ai dévoré ce livre et la recette a franchement bien fonctionné sur moi. J'ai beaucoup aimé l'intrigue teintée d'histoire et les sauts en 1941, les personnages plutôt bien croqués et j'étais impatiente de connaitre le fin mot de l'histoire. 

Alors oui, je ne peux m'empêcher de penser que tout ça est parfois trop "facile" et probablement pas franchement originale mais au final, tout comme pour les romans de son frère, le but recherché n'est-il pas le plaisir du lecteur? C'est dans ce cas mission accomplie pour Ces cendres froides

Le livre idéal pour la plage cet été. 

Le drame, quand on commence à creuser le passé, c est qu il faut aller jusqu'au bout.

1999. À la mort de sont grand-père, Aurélien Cochet découvre que celui-ci aurait travaillé durant la guerre dans un lebensborn, une maternité nazie accueillant des jeunes femmes enceintes de membres de la SS. Au même moment, dans un petit village de la Marne, une octogénaire sans histoire est retrouvée assassinée à la suite d un cambriolage. Les gendarmes soupçonnent très vite une mise en scène,  mais ils sont loin de se douter que cette retraité est la victime indirecte, plus de cinquante ans après la fin de la guerre, de l entreprise eugéniste nazie. Aidé par une jeune universitaire, Aurélien Cochet va tenter de lever le voile sur le passé de sa propre famille. Cambriolage, menaces, agression... Rien ne l'empêchera de plonger au coeur d un des programmes les plus mystérieux et les plus terrifiants du IIIe Reich. Quitte à mettre ceux qu'il aime en danger...  

Valentin Musso, 33 ans, agrégé de lettres, enseigne la littérature et les langues anciennes dans les Alpes-Maritimes. Son premier roman, La Ronde des innocents, est disponible en poche chez POINTS (Sélection 2011 du Prix du meilleur polar des lecteurs de POINTS). 

Je remercie Florence de l'Agence Chemin Lisant et les éditions Les Nouveaux Auteurs pour cet envoi et pour avoir satisfait ma curiosité. 

MUSSO Valentin, Les cendres froides, ed. Les Nouveaux Auteurs, mai 2011, 360p.

23 commentaires:

  1. Je suis plongée dedans en ce moment ! Comme toi j'appréhendais cette lecture à cause de la filiation de l'auteur mais tout le monde a droit à sa chance ;)
    Je reviendrai te lire dans quelques jours, quand j'aurai tourné la dernière page de ce thriller ;)

    RépondreSupprimer
  2. PS : il y a un "Vincent" Musso planqué dans ton billet ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de finir "La ronde des innocents", son 1er bouquin et même si parfois c'est un peu gros et qu'on voit ce qui va se passer, j'avoue que j'ai largement préféré son style à celui de Guillaume, dont j'ai lu quelques ouvrages. Je note celui là pour plus tard.

    RépondreSupprimer
  4. @Cynthia: J'attends ton avis avec impatience. Franchement, j'ai passé un bon moment et c'est le genre de lecture dont j'avais besoin. Et merci pour le Vincent, erreur corrigée, je m'embrouille avec tous ces Musso ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Trop facile et peu original, un peu comme Guillaume... Musso, quoi.

    RépondreSupprimer
  6. De poche en poche12 juin 2011 à 00:04

    Je ne savais pas du tout que Guillaume Musso avait un frère et encore moi que c'était ce fameux Valentin Musso dont j'ai repéré, il y a peu,"La ronde des innocents" qui est sorti en poche le mois dernier et dont je voulais faire l'acquisition. Ton article fait que je note immédiatement ce titre sur ma liste de courses même si maintenant, je vais l'avoir bien en tête.
    Anne (De poche en poche)

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, ça me fait un peu penser à un roman que j'avais lu sur un sujet similaire : "Les orphelins du mal"

    RépondreSupprimer
  8. Un bon moment de lecture pour moi aussi ! Je vois que je me suis moins attachée à l'écriture que toi ;)
    Je suis généralement plus "indulgente" avec les thrillers au sens où je privilégie la construction de l'intrigue.
    J'ai été un peu gênée par la différence de rythme entre les recherches d'Aurélien et l'enquête menée par la police (fantoche^^) mais sinon, comme toi je n'ai pas pu le lâcher avant la fin !

    RépondreSupprimer
  9. @Belledenuit: Je n'ai jamais lu Guillaume donc je ne peux pas comparer mais j'ai moi aussi trouvé le style de Valentin, sans être exceptionnel, clair et agréable. Je lirai probablement son premier roman à l'occasion, surtout maintenant qu'il est sorti en poche.

    @Alex: Peut-être, mais le genre du polar est ici bien traité. Sans que ce soit franchement original, c'est plutôt sympa à lire.

    @Anne: Dans la production polar français, je pense vraiment que Valentin Musso a sa place. J'ai également lu de très bonnes critiques sur le premier. Et pour la filiation, j'aurais presque préféré découvrir ce livre avec "un oeil neutre". Désolée donc pour l'information ;-)

    @Manu: Je ne connaissais pas Les orphelins du mal mais effectivement, en lisant le résumé, ça a l'air assez similaire. Tu avais fait un billet?

    @Cynthia: En fait, je n'ai pas vraiment été gênée par le style, j'ai juste tiqué sur certains phrases que j'ai trouvées un peu ridicules ou les "piano piano" plutôt inutiles. Mais je suis une pinailleuse, je sais, parce qu'au final, ça a été un bon moment de lecture. Je vais aller jeter un oeil à ton billet.

    RépondreSupprimer
  10. J'avoue que je suis un peu "choquée" des allusions systématiques au frangin musso sur chaque billet traitant de ce livre. Pourquoi forcément comparer les frères. perso si ma soeur et moi écrivions, ma soeur écrirait un évangile et moi, limite du gothique !!
    Toujours est il que je lirais ce livre avec plaisir, mais à la rentrée ! car pour la plage, j'ai envie de la prose de Guillaume justement !!!

    RépondreSupprimer
  11. @Géraldine: Je ne pensais pas forcément faire un lien avec Guillaume Musso mais le flyer reçu avec le livre fait plusieurs allusions (je ne l'ai pas sous les yeux mais c'est du genre "si ce n'est pas Guillaume, c'est Valentin" et joue justement à fond sur ce lien de parenté. J'ai tiqué un peu sur cette démarche marketing et c'est la raison pour laquelle j'ai joué là-dessus dans mon billet. A mon avis, c'est une mauvaise approche car comme je le dis dans mon billet, la mention de Guillaume pourrait en freiner certains alors qu'on n'est pas du tout dans le même style. Les fans de Guillaume n'aimeront de même pas automatiquement le genre polar de Valentin. Bref, voilà le pourquoi du comment des allusions de mon billet mais je suis au fond d'accord avec toi. Quoiqu'il en soit, je te souhaite d'avance une bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  12. je viens de le lire et j'ai aimé !

    RépondreSupprimer
  13. @Lystig: Carton plein pour le moment pour ce livre, il me semble. Je file voir ton billet.

    RépondreSupprimer
  14. Effectivement, le nom suggère un à priori ... mais Guillaume a écrit un ou deux chouettes livres quand même (bien qu'un peu faciles et se ressemblant beaucoup). A tenter, donc !

    Je te conseille "Sauve-moi", de Guillaume.

    RépondreSupprimer
  15. @Pomelotte: Je ne suis pas totalement opposée à l'idée de lire un Guillaume Musso mais justement, je suis devenue une grande pinaillieuse et les livres aux grosses ficelles m'énervent un peu. Peut-être un jour... je retiens "Sauve-moi" si l'envie vient. Et bienvenue sur la blogo ;-)

    RépondreSupprimer
  16. J'ai lu des articles plus enthousiastes, tant mieux, tu freines un peu mes envies, ce qui m'évitera de cruelles désillusions.

    RépondreSupprimer
  17. @Yv: Franchement certains avis très très enthousiastes m'ont étonnée car même si j'ai passé un bon moment, ça ne révolutionne pas vraiment le genre. Tu as raison, pars avec peu d'attentes et tu seras certainement surpris en bien.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour. Quelqu'un pourrait-il me dire quel est le style de Valentin Musso ? Merci

    RépondreSupprimer
  19. @Nina: Le style de Valentin Musso est celui de la plupart des auteurs de polars à mon sens: pas de la grande littérature mais un style qui "coule" bien. Il y a quelques phrases niaises mais dans l'ensemble ça se lit très bien. De toutes façons, le style n'est franchement pas l'attrait premier de ce livre.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour !
    J'ai lu les cendres froides^^
    Et personnellement, j'ai beaucoup aimé ces parallèles avec l'histoire. Le roman a quand même du nécessiter un grand travail de recherche.

    J'ignorais que Guillaume et Valentin Musso étaient frères !!!
    J'avais beaucoup de réticences à me lancer dans les romans de Guillaume Musso, mais j'ai finalement bien aimé La Fille de Papier. Mais je préfère Valentin à Guillaume pour le moment ( je n'ai lu qu'un des livres de chacun ).

    Je vais acheter la ronde des innocents, c'est sûr ;)

    Les critiques des cendres froides et de la fille de papier sont sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  21. @Coukie: Je vais aller jeter un oeil à tes billets. Guillaume Musso est un grand dilemme pour moi. Je suis curieuse de découvrir cet auteur qui a tant de succès mais en même temps, je sens que ça ne sera pas un coup de coeur. Et il y a tellement d'autres tentations...

    RépondreSupprimer
  22. j adore... la ronde des innocents et les cendres froides....

    hate de decouvrir le murmure de l ogre^^

    aucune apprehension pour ma part, j ai de suite accrocher et savourer ses histoires.... un veritable régal^^

    RépondreSupprimer
  23. @Anonyme: Je n'ai toujours pas lu La ronde des innocents et j'hésite encore. J'avais passé un assez bon moment avec Les cendres froides sans autant accrocher que vous. A voir peut-être à la sortie poche du Murmure de l'ogre...

    RépondreSupprimer