War and Peace (Guerre et Paix) de Léon Tolstoï


Pour ceux qui ont beaucoup de temps devant eux

SIX MOIS! Il m'aura au final fallu six mois pour venir à bout de ce pavé dense et intense de 1444 pages. Dix pages par jour semblaient en effet être mon niveau de saturation tolstoïen et j'ai donc dû lire ce livre parallèlement à d'autres lectures pour ne pas sombrer dans les abimes des steppes russes. Mais un peu de sérieux...

Guerre et Paix relate un important épisode de l'histoire russe, de 1805 à 1820, période qui englobe la campagne russe de Napoléon et ses suites. En suivant la vie de famille des Rostov, Bolkonsky et Bezuhov, ainsi qu'une galerie impressionnante de personnages, le lecteur découvre le vécu de l'aristocratie russe de cette époque, bercée d'intrigues, de mariages et de faillites et confrontée à l'invasion de l'armée française.

Les parties sur la société de Saint-Pétersbourg et de Moscou mettent en scène les premiers amours de nos héros, les mariages désastreux, les bals et réceptions grandioses et les discussions des salons les plus courus de la haute société russe. Guerre et Paix s'inscrit ici dans la tradition des romans du XIXème siècle, à la mode masculine toutefois, agrémentée de petites remarques misogynes. Car oui, sachez que selon Tolstoï, presque toutes les femmes sont émotives, pleurnichardes et romantiques, ne comprennent rien à la politique et ne sont réellement bonnes qu'à faire des enfants (la vie de Mme Tolstoï n'a pas dû être rose tous les jours....) Ne vous attendez donc pas à des héroïnes dans ce livre, ici les hommes tiennent le devant de la scène et les Natasha, Marie et Hélène font pâle figure face à la fougue et l'intelligence des Andrei, Pierre et Nikolaï.

Ces derniers sont particulièrement mis en valeur lors des parties "guerre" du roman de Tolstoï. Chaque bataille est décrite de manière très précise et vécue aux côtés d'un personnage qui nous fait voir la guerre de l'intérieur. Guerre et Paix en devient un formidable résumé de la campagne russe de Napoléon, des batailles emblématiques d'Austerlitz et de Borodino à la retraite catastrophique de l'armée française. C'est en ce sens une oeuvre titanesque et détaillée, et une très belle fresque historique. Mais quand est-il au final du plaisir de lecture?

J'ai pour ma part trouvé ce livre d'une extrême longueur et lenteur. Tolstoï a le souci du détail et abreuve le lecteur de précisions sur la franc-maçonnerie ou les positions des canons lors de chaque bataille. J'ai donc très souvent décroché et les scènes de batailles m'ont complètement assommée. Je m'attendais en fait à plus de réflexions sur le sens de la guerre et ses implications et moins d'histoire purement militaire sur le déroulement de chaque bataille. J'ai heureusement préféré les parties "paix" du livre, même si tout est un peu couru d'avance et que la fin est évidente dès le tiers du roman. Je regrette également un épilogue démoralisant sur les joies du mariage et un quatrième livre vraiment trop répétitif et dans lequel l'Histoire (avec un grand H) prend le pas sur l'intrigue et les personnages du roman.

Le plus gros souci pour moi reste cependant les nombreux passages de réflexion où Tolstoï s'interroge sur les fondements de la vie et de la morale, sur le rôle insuffisamment glorifié du Général Kutuzov, sur l'insignifiance de Napoléon et sur l'Histoire, résultat de l'action de chaque individu et non de la décision d'un seul dirigeant. Une vision intéressante et probablement assez novatrice pour l'époque mais tant de fois répétée qu'elle en devient indigeste. J'ai d'ailleurs en grande partie zappé le deuxième épilogue, entièrement consacré à ce sujet. J'ai vraiment eu l'impression de me retrouver à mes cours d'historiographie avec un Monsieur "je sais tout". Comme Tolstoï se plaisait à le rappeler, Guerre et Paix n'est pas vraiment ou uniquement un roman; malheureusement ces passages ont totalement cassé mon rythme de lecture et j'ai eu de la peine à m'intéresser aux vues de l'auteur, impatiente que j'étais de retrouver le cours de l'histoire et ses personnages.

Je ne m'aventurais pas dans l'analyse du style de Tolstoï vu qu'il s'agit d'une traduction, en anglais en plus, mais sachez toutefois que j'ai été étonnée de la fluidité de l'écriture et la lecture se fait beaucoup plus simplement et aisément que je le pensais.

En conclusion, Guerre et Paix est loin d'être un coup de coeur. Ce livre est cependant une formidable fresque de la société russe et des événements de l'époque. Malgré de nombreuses longueurs, il se dégage un souffle épique de ce livre et les personnages sont tous plutôt attachants. Je ne dirais pas que c'est un livre à lire absolument mais c'est sans conteste un livre marquant. Je pense que sur le long terme, passé l'irritation ressentie à la lecture des petites leçons de Tolstoï qui ont gâché mon plaisir durant la deuxième partie du livre, je garderai un souvenir plutôt positif de ma lecture. Pas sûre cependant que j'attaque Anna Karénine de si tôt. Quoiqu'il en soit, je suis heureuse et fière (ben oui, quand même) d'avoir dompté la bête. Je ne peux que vous encourager à vous lancer, histoire de vous faire votre propre opinion sur ce monument de la littérature. Guerre et Paix, un livre qui se mérite...

"A complete picture of human life; a complete picture of the Russia of that day; a complete picture of everything in which people place their happiness and greatness, their grief and humiliation. That is War and Peace."

Few would dispute the claim of War and Peace to be regarded as the greatest novel in any language. This massive chronicle, to w
hich Leo Tolstoy (1828-1910) devoted five whole years shortly after his marriage, portrays Russian family life during and after the Napoleonic War. Tolstoy's faith in life and his piercing insight lend universality to a work which holds the mirror up to Nature as truly as those of Shakespeare or Homer.

Je suis assez tentée par les adaptations cinématographiques de Guerre et Paix, qui gardent peut-être ce souffle épique dont je parlais, dépouillé des passages "parasites". Je vous tiens au courant si je mets la main sur un DVD.

Cette formidable et longue aventure a été entreprise en commun avec les autres courageuses, j'ai nommé Karine:), Mango, Cynthia et Violette (dont je ne retrouve pas le blog) et je suis curieuse de connaître leurs avis. Avant cela, Keisha et Calliope étaient arrivées au bout. Vous retrouvez également mon billet de mi-parcours ici et un très bon billet d'Allie qui m'a presque donné envie de tout reprendre depuis le début (et ça c'est de l'exploit).

Cette lecture s'inscrit également dans le cadre de mon challenge "Une année en Russie" de Pimpi.

TOLSTOY Leo, War and Peace, ed. Penguin, 1982 (1ère publication 1869), 1444p., traduit du Russe par Rosemary Edmonds.
TOLSTOI Léon, Guerre et Paix, ed. Gallimard (folio), juin 2002, deux volumes de 1023 et 1055p.

Commentaires

  1. Félicitations. Je suis sûre que je ne lirai jamais ce livre, à moins d'un changement radical... il ne me fait pas envie et je redoute toutes ces longueurs que tu évoques, et la Russie ne m'attire pas. Mais tu peux être fière de pouvoir dire maintenant que tu as lu "Guerre et Paix" !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis impressionnée ! En plus, tu l'as lu en anglais, bravo !
    J'ai du mal à lire parfois à lire plusieurs livres en même temps, et j'ai l'impression que Guerre et Paix nécessite d'être très concentrée. Cela dit, il reste toujours dans mes projets de lecture, un jour, mais en français !

    RépondreSupprimer
  3. Chapeau, Zarline ! Je me disais que je devrais lire ce livre un jour... j'hésite un peu maintenant ? J'ai lu il y a plusieurs années Anna Karénine, je l'avais dévoré (et pourtant certains comme Daniel Pennac disent qu'il faut avoir 17 ans pour aimer ce livre - il y avait longtemps que je els avais dépassés !!). Peut-être un jour... Ton billet est très intéressant en tout cas.

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour l'avoir lu en anglais ! Je suis plutôt d'accord avec toi pour les longues digressions historique, mais personnellement cela ne m'a pas empêché de considérer ce livre comme un chef-d'œuvre. Ce que j'aime dans l'écriture de Tolstoï, c'est que les effets de style sont presque absents comme si seule l'histoire comptait. Tu devrais vraiment lire Anna Karénine car tu retrouveras justement le génie narratif de Tolstoï sans les digressions historiques... (bon y a quand même quelques digressions mais rien à voir avec G&P).
    Damien (mari de Sabbio qui passait par là)

    RépondreSupprimer
  5. Comme mon homme je trouve cela admirable que tu sois venue à bout de ce pavé que je n'ai jamais osé aborder ^^ J'ai osé une introduction à Tolstoï via son récit "Enfance", très court, que j'ai lu dans le cadre de la semaine russe qui se tiendra du 3 au 9 janvier.

    RépondreSupprimer
  6. Déjà que je ne suis pas très fan de cette époque, je crois qu'il y aurait de forts risques d'endormissement de ma part si je me lançais dans cette lecture !

    RépondreSupprimer
  7. Respect et admiration pour tant de persévérance. j'en serais bien incapable. Déjà un livre qui dépasse 500 pages me décourage, mais en plus du Tolstoi en anglais.... Et ce que tu en dis me fait rester sur mes positions. Cette littérature n'est pas pour moi !

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu avec intérêt dans ma jeunesse, je n'aurai jamais le courage d'y replonger.

    RépondreSupprimer
  9. Félicitations pour avoir enfin fini, lentement mais sûrement, ce livre énorme. Je me souviens avoir eu beaucoup de mal à enchaîner sur le tome 2 :"encore tout ça à lire!!" soupirais-je.
    Je te rejoins sur beaucoup de points; j'ai préféré la Paix à la Guerre qui est souvent ennuyeuse, quoique ça dépend des batailles (dans mes souvenirs qui commencent à être flous!). C'est vrai que ses réflexions, à la longue, c'est plus qu'agaçant. Mais en dehors de ceci, c'était plutôt plaisant à lire.
    Encore bravo et très bon billet !

    RépondreSupprimer
  10. Félicitations! Nous avons eu une expérience de lecture bien différente mais je retrouve quand même des points communs dans tout ça. Oui, Tolstoï avait une vision très négative des femmes et du mariage (dans certaines nouvelles, ça hérisse, parfois) mais j'ai quand même aimé ces pauvres demoiselles. Contrairement à plusieurs, c'est certain que je vais le relire un jour!

    RépondreSupprimer
  11. Ayé, tu l'as lu! Quand même c'est un roman grandiose, non? Je l'ai lu moins lentement que toi, mais il m'a fallu un mois, en gros...et j'ai laissé tomber la fin de l'épilogue, pas grave, me dis-je. Mais certains passages sont éblouissants...

    RépondreSupprimer
  12. Quel courage ! J'avoue que je n'aurai pas la âtience ni l'envie de me colletre avec ce livre. J'admire !

    RépondreSupprimer
  13. Waou, ça c'est une sacrée lecture... Six mois pour en venir à bout, je ne sais pas si j'aurais cette patience !
    Je te souhaite une bonne année Zarline et bises

    RépondreSupprimer
  14. Félicitations pour avoir terminé ce roman, ce que je n'ai pas encore réussi à faire! Je te souhaite une très bonne année!

    RépondreSupprimer
  15. Bravo! Bravo pour l'avoir terminé! Ce n'est pas moi qui viendrait te chipoter pour quelques mois de plus que ce qui était "prévu"...:)
    Ton billet est très intéressant car je pense que j'aurai ressenti cette lecture comme toi. Je pense que la lenteur et les longueurs m'auraient pesé, et c'est vrai que les autres billets fort élogieux m'ont mis le doute. Un roman grandiose et très certainement à lire j'imagine, mais sans urgence (ou bien...?:)).

    RépondreSupprimer
  16. Un mot : félicitations !! C'est un livre que j'ai très envie de lire également mais je crains la longueur !!
    Je te souhaite une très bonne année 2011 ! ;-)

    RépondreSupprimer
  17. bravo ! je fais partie de ceux qui n'ont jamais attaqué Tolstoï.
    On m'a vivement encouragée à lire 'crime et châtiment' de l'autre(:) ), ce que ferai peut-être...mais 'guerre et paix'...je ne le sens pas :(

    RépondreSupprimer
  18. Bravo à toi. Pour ma part, je n'ai jamais pu le finir. Et pourtant, j'avais adoré "Anna Karénine".

    RépondreSupprimer
  19. C'est un livre qui me tente vraiment beaucoup. Je me suis inscrite au challenge "une année en russie" pour 2011. J'espère franchir le pas de la lecture parce que j'hésitais aussi avec Anna Karénine :D

    RépondreSupprimer
  20. Oh là là, bravo !
    Voici un livre que je ne lirai sûrement jamais. Il me fait bien trop peur !

    RépondreSupprimer
  21. @Ys: Ne jamais dire jamais! A la retraite peut-être ;-)

    @Virginie: Je déteste moi aussi lire plusieurs livres en même temps, mais là, je n'arrivais pas à ne lire que ça. Je pense qu'il faut soit se plonger à fond dedans et avoir beaucoup de temps pour la lecture, soit le faire à petites doses, en prenant quelques notes pour se rappeler des personnages. En tous cas, si tu te lances, bonne lecture et courage!

    @Anne: Et j'espère pour ma part trouver un jour le courage d'attaquer ET d'apprécier Anna Karénine, même en ayant dépassé mes 17 ans ;-)

    @Damien: Tout d'abord bienvenu ici! Je suis tout à fait d'accord pour le style, je m'attendais à quelque chose de très ampoulé et au final, ça se lit très bien. Pour Anna Karénine, je me demandais justement s'il y avait autant de "bla bla". Bon Tolstoï reste Tolstoï mais si ce n'est pas aussi marqué, je garde une option dessus, pour dans quelques années quand même ;-) A bientôt!

    RépondreSupprimer
  22. @Sabbio: Je suis donc curieuse de connaitre ton avis sur ce COURT récit (ha ha, je ne pensais pas que Tostoï en était capable). Et pour G&P, lance-toi, tu as en plus un cheerleader à la maison ;-)

    @Joelle: Si tu savais le nombre de fois où je me suis endormie la tête la première dans le bouquin ;-) Je pourrais décerner à ce livre le titre de somnifère de l'année! Et pourtant, au final, mes impressions sont plutôt positives. Comme quoi...

    @Géraldine: En fait, je l'ai lu en anglais car je l'avais trouvé il y a bien longtemps en seconde main et la couverture penguin était jolie (et ça fait toujours bien d'avoir Tolstoï dans sa bibliothèque ;-)) Je ne pensais pas franchement le lire et quand je me suis décidée à le faire, je n'ai pas voulu acheter la version française, car j'étais sûre d'abandonner en route. Une fois lancée, ce n'était pas si difficile vu que le style est très simple. Enfin bref, je pense que tu survivras sans lire ce livre même si je trouve toujours intéressant de lire ces monuments de la littérature.

    @Aifelle: Je ne pense pas pouvoir me motiver à la relire ;-)

    RépondreSupprimer
  23. @Calliope: Ma version était en un seul volume, encore plus déprimant vu qu'on a l'impression de ne jamais avancer. Enfin bref, une lecture qui restera marquante mais difficile. Je suis quand même heureuse de l'avoir faite.

    @Karine:): Je file voir ton billet. Alala, ces petites remarques sur les femmes, ça m'a hérissé le poil ;-)J'ai pour ma part eu beaucoup de peine avec les personnages féminins, surtout Natasha, quelle purge celle-là (alors qu'Andrei... (sigh))!!!

    @Keisha: Grandiose... hum... Grand surtout ;-) Non sérieusement, merci de m'avoir motivée pour cette lecture, même si au final, je suis moins séduite que toi.

    @Yv: Sans la blogo, je crois que ce livre aurait pris la poussière dans ma bibliothèque encore très longtemps.

    RépondreSupprimer
  24. @L'or des chambres: Oui, il a fallu pas mal de persévérance. En même temps, passé 500 pages, je ne pouvais plus abandonner, c'est devenu une question d'honneur ;-)

    @Mango: Tu persévères? Allez courage, et je suis là si tu as besoin qu'on te remonte le moral ;-)

    @Irrégulière: Merci!

    @A girl from earth: Sans urgence selon moi. Sérieusement, c'est une lecture qui m'a pesée (dans tous les sens du terme) mais je suis contente d'être arrivée au bout. Tu peux selon moi te le garder pour la retraite ;-)

    @Lounima: Il faut juste se lancer et ensuite, ça avance, lentement mais sûrement. Je pense qu'une lecture commune est idéale pour se motiver sans toutefois prévoir un délai trop serré. Et bonne année à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  25. @Gridou: On m'a aussi conseillé "l'autre" et je pense tenter cette année peut-être. On verra bien... Et pour Tolstoï, c'est un auteur à découvrir. Sans l'avoir lu, je pense qu'Anna Karénine est plus abordable.

    @Alex: J'espère donc être séduite par Anna Karénine... le jour où je me lancerai ;-)

    @Belledenuit: J'espère donc lire ton avis sur Tolstoï cette année. Grâce au challenge de Pimpi, je pense pour ma part lire Dostoievski en 2011. Je rattrape mes lacunes russes ;-)

    @Lukes: C'est beaucoup plus facile à lire que je ne le pensais, il faut juste prendre le temps...

    RépondreSupprimer
  26. Bravo ! Je n'ai encore jamais osé aborder ces grands auteurs russes !

    RépondreSupprimer
  27. @Manu: C'était une première pour moi aussi (à part Nabokov, mais ça ne compte pas vraiment en littérature russe) et bon, c'est ... différent ;-) ... mais plus facile à lire (mise à part la longeur) que je ne le pensais. Je vais essayer Crime et Châtiment cette année, on verra bien.

    RépondreSupprimer
  28. quelle constance... 6 mois tout de même :-) J'avais bien aimé moi, toutefois j'avoue avoir lu les scène de batailel en diagonal, ce genre de chose m'intéresse moyen moyen...

    RépondreSupprimer
  29. @Yueyin: Je crois que j'ai mis autant temps car je lis principalement dans les transports publics et je décrochais souvent sur le bla bla et les scènes de bataille. Une bonne expérience quand même, et je suis au top sur la campagne napoléonienne maintenant ;-)

    RépondreSupprimer
  30. Par quoi se termine "Guerre et Paix" ?
    Je sens que je vais me faire allumer !
    Par le calcul intégral, et oui, Tolstoi a plus que du talent, c'est un géant : il entrevoit que cette forme de calcul va permettre à l'humanité de progresser comme jamais elle ne l'avait fait auparavant. L'homme va se rapprocher de la compréhension de la nature et de choses aussi bien merveilleuses que terrifiantes.

    RépondreSupprimer
  31. @Anonyme: Où je me rends compte que je ne me rappelle même plus en détails de la fin. Calcul intégral, ça ne me rappelle rien mais je prends votre analyse au mot...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!