vendredi 7 janvier 2011

Il était une fois l'URSS de Dominique Lapierre


Pour ceux qui aiment: Les enfants de Staline d'Owen Matthews

Dominique Lapierre et Jean-Pierre Pedrazzini, âgés respectivement de vingt-cinq et vingt-sept ans, reçoivent l'autorisation exceptionnelle de parcourir l'URSS en voiture, en 1956. Dans un pays qui se remet lentement du choc provoqué par le fameux discours de Khrouchtchev condamnant les crimes de l'ère stalinienne, les deux jeunes reporters du Paris Match, accompagnés de leurs épouses et d'un couple de journalistes russe, vont parcourir plus de 13'000 kilomètres à travers l'URSS, de la Pologne jusqu'au Caucase, à la rencontre des habitants de l'autre côté du rideau de fer.

Depuis mon adolescence, j'admire la capacité de Dominique Lapierre à rendre l'Histoire passionnante et humaine. Il était une fois l'URSS ne déroge par à la règle: Dominique Lapierre offre au lecteur, en plus du récit de leur incroyable aventure, des portraits de travailleurs soviétiques, de la vendeuse du Goum de Moscou, au paysan des kolkhozes ukrainiens. En racontant leurs vies, Dominique Lapierre lève ainsi un coin de voile sur une partie du globe et un régime resté longtemps mystérieux et effrayant.

J'ai bien aimé ce "road-trip" en URSS, teinté d'idéalisme et d'humanisme. Les discussions de l'auteur avec Slava, leur accompagnant russe, idéologue et communiste convaincu, sont plutôt savoureuses et les routes de l'URSS réservent quelques belles surprises à nos journalistes.

Dominique Lapierre nous livre un récit journalistique, évitant la plupart du temps les jugements de valeur, pour simplement nous décrire ce qu'il voit, ce qu'il l'étonne. J'aurais peut-être souhaité un peu plus de profondeur, que ce récit plutôt court et les années écoulées ne permettaient peut-être pas. Les répétitions sur le caractère exceptionnel de ce voyage sont parfois un peu irritantes, mais ce livre ayant été écrit en 2005, on peut comprendre que l'auteur essaie de rappeler l'ambiance de méfiance absolue qui régnait entre les deux blocs à l'époque. J'ai également trouvé la fin presque un peu "voyeuse" même si elle reste très émouvante.

Un très beau récit, court, simple et objectif, d'un voyage à la rencontre du peuple soviétique de 1956. Loin des clichés véhiculés par les événements macro-politiques, Dominique Lapierre nous offre le portrait d'un pays qui représentait encore la plus grande menace de l'Occident. Une aventure formidable pour deux jeunes journalistes et un bel appel idéaliste à la solidarité des peuples, lancé en pleine Guerre Froide.

Fascinés par les grands raids automobiles du début du siècle, Dominique Lapierre, vingt-cinq ans, et Jean-Pierre Pedrazzini, vingt-sept, tous deux reporters à Paris Match, arrachent l'autorisation de parcourir l'Union soviétique de Khrouchtchev en voiture, accompagnés de leurs femmes. A bord d'un break Simca bicolore " Marly ", les quatre jeunes Français vont vivre treize mille kilomètres d'aventures. De la Pologne à l'Oural, de la Biélorussie au Caucase, des clochers du Kremlin aux palais des tsars sur les bords de la mer Noire, ils découvrent des lieux mythiques et des paysages de rêve et, surtout, ils font la connaissance des Russes. Au fil de leurs rencontres, se pose une question obsédante : comment le régime soviétique a-t-il réussi à persuader un peuple privé de liberté qu'il était le plus heureux de la terre ? Au-delà de l'incroyable voyage, une plongée dans un monde qui n'appartient ni à l'enfer ni au paradis, mais à l'histoire des hommes.

Dominique Lapierre est le coauteur, avec Larry Collins, de Paris brûle-t-il ?, ... Ou tu porteras mon deuil, Ô Jérusalem, Cette nuit la liberté, Le Cinquième Cavalier et New York brûle-t-il ? Seul, il a écrit : La Cité de la joie, Plus grands que l'amour, Mille Soleils et, avec Xavier Moro, Il était minuit cinq à Bhopal. Ses best-sellers ont été adaptés au cinéma et lus par plus de cent millions de lecteurs dans le monde.

Cette lecture est ma petite contribution à la Semaine Russe lancée par Cryssilda et Emma. Un livre qui a également réveillé mon envie de visiter la Crimée. Mr.Z, si tu passes par là...

LAPIERRE Dominique, Il était une fois l'URSS, ed. Robert Laffont, octobre 2005, 185p.

8 commentaires:

  1. JE connais très très peu l'histoire de l,URSS. Tout ce qui est après la révolution, en fait, ne m'est connu que dans les grandes lignes. Ca peut donc être intéressant.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais un à-priori négatif concerant Dominique Lapierre et puis, j'ai lu son livre sur l'Afriquen du Sud et j'ai changé d'avis.

    RépondreSupprimer
  3. Ecrire un livre sur un voyage ayant eu lieu 30 ans auparavant ... hum, je ne suis pas très sûre de son objectivité ! Le temps a forcément opéré son oeuvre sur ses souvenirs et ses ressentis !

    RépondreSupprimer
  4. @Karine:): Il parle en fait très peu du système soviétique, mais plus des personnes rencontrées. Pour en apprendre plus sur l'URSS de manière "ludique", je lirais plutôt Enfant 44 par exemple...

    @Valérie: Je n'ai pas lu son livre sur l'Afrique du Sud mais je note. On s'entend, ce n'est pas de la grande littérature, mais je prends toujours plaisir à lire ses livres, surtout Cette nuit la liberté sur l'indépendance de l'Inde et du Pakistan.

    @Joelle: Certainement, mais en même temps, il a écrit tout un reportage pour Paris Match, donc il ne se base pas non plus que sur ses souvenirs...

    RépondreSupprimer
  5. Toujours pas lu cet auteur, mais je pourrais bien commencer avec ce bouquin.

    RépondreSupprimer
  6. @Alex: Je ne commencerais peut-être pas la découverte de cet auteur avec ce livre (un poil en dessous quand même) mais plutôt avec Milles soleils ou Cette nuit la liberté.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais pas celui-ci mais j'aime beaucoup les livre de Dominique Lapierre qui sont toujours captivants peu importe les sujets abordés

    RépondreSupprimer
  8. @LN: J'avais déjà lu quelques souvenirs de ce voyage dans Mille soleils (très bien en passant). C'est un bon Lapierre, mais je le préfère dans ces récits plus "historiques".

    RépondreSupprimer