La fiction est-elle le meilleur reflet de la réalité?


Je ne peux m'empêcher de partager cet excellent article publié par le Financial Times et relayé par le Courrier International. Gideaon Rachman y défend l'idée que certains romans permettent de comprendre la situation d'un pays mieux qu'un documentaire et dresse une liste PAL-unfriendly de "ces romans qui en disent long sur la marche du monde". Parmi eux:

Crédit photo: pirizoe

Pour la Libye: Au pays des hommes de Hisham Matar
Pour l'Egypte: L'immeuble Yacoubian d'Alaa El-Aswany
Pour l'Afrique du Sud: Disgrâce de J.M. Coetzee
Pour l'Inde: Le Tigre blanc d'Aravind Adiga
Pour la Chine: A Civil Servant's Notebook de Wang Xiaofang
Pour la Russie du XIXème: Guerre et Paix de Tolstoï
Pour l'esclavage aux USA: La Case de l'Oncle Tom d'Harriet Beecher Stowe
Pour les goulags soviétiques: Une journée d'Ivan Denissovitch d'Alexandre Soljenitsyne

Une jolie liste de livres marquants à ajouter à sa PAL. Pour ma part, ils sont déjà presque tous notés et certains ont déjà rejoint ma PAL. L'immeuble Yacoubian est d'ailleurs prévu en lecture commune pour le 30 mars. Je rajoute A Civil Servant's Notebook qui doit bientôt paraître en anglais et qui a l'air passionnant.

Et vous, avez-vous des livres à ajouter à cette liste? Quel est le livre qui décrit à votre avis le mieux la situation de votre pays ou qui vous a permis d'en comprendre un autre?

L'article du Courrier International (11/03)
L'article original du Financial Times (7/03), accessible sur inscription gratuite

Commentaires

  1. Hello Zarline, je suppose que l'on a le droit de proposer même si ce n'est pas notre pays d'origine
    le livre que j'ai chroniqué aujourd'hui (hasard des blogs) est parfait pour comprendre Israël et le conflit palestinien tout en étant un excellent roman très bien écrit
    Hirbat Hiza de S Yizhar

    RépondreSupprimer
  2. Je ne les connais pas tous mais je trouve que La case de l'oncle Tom représentait effectivement l'esclavage aux USA et a joué un certain rôle dans la prise de conscience mais cela commence à dater. Je suis convaincue qu'il doit exister des romans qui parlent des conditions actuelles de travail des minorités actuelles dans ce pays et qui sont plus ancrés dans le présent ;)

    RépondreSupprimer
  3. @Dominique: En fait, j'ai lu ton article hier matin mais je n'ai pas eu le temps de commenter (erreur réparée). Ca m'a l'air en effet passionnant de remonter aux sources du conflit. C'est une première traduction en français?

    @Joelle: Certainement. L'auteur de l'article a pris l'exemple de La case de l'oncle Tom comme un livre qui a permis de changer l'Histoire, de faire évoluer les mentalités. Il existe sûrement un équivalent contemporain (enfin j'espère)

    RépondreSupprimer
  4. Passionnant, je m'en vais lire l'article du Courrier International. Avec ce qui se passe dans le monde arabe en ce moment, il devrait y avoir de beaux livres qui pourraient nous éclairer sur ce qui se passe.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec toi, car l'écrivain raconte la vie de tous les jours par le petit bout de la lorgnette, il nous donne souvent plus à voir et à réfléchir qu'un article de presse. Et puis il sait créer une ambiance aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Rien ne me revient là tout de suite, mais je suis (évidemment, ai-je envie d'ajouter) d'accord avec cet article !

    RépondreSupprimer
  7. intéressant, cette liste, et qui me plonge dans de longues réflexions pour savoir ce que j'ajouterais...

    RépondreSupprimer
  8. Bon, aucun des livres de cette liste ne se trouve dans ma PAL... Par contre, Le tigre blanc et Guerre et Paix sont dans ma LAL.
    Une belle idée de liste !

    RépondreSupprimer
  9. @Marion: Si tu as des références, je suis preneuse. En tous cas, le livre d'Hisham Matar est souligné dans ma LAL, ça a l'air passionnant et très actuel...malheureusement.

    @Alex: Je pense aussi qu'on s'identifie plus avec les personnages d'un roman et donc que les détails, l'ambiance, le contexte nous reste en mémoire plus longtemps.

    @Irrégulière: Difficile en effet de trouver des exemples, ce qui me donne encore plus envie de lire les livres cités dans cette liste. Si une idée te vient, n'hésite pas ;-)

    @Mathilde: Pareil de mon côté et c'est beaucoup plus difficile que ce que je pensais. Des livres comme Gomorra ou Dark Star Safari me viennent, mais ce ne sont pas des fictions. Le seul que je vois comme ça, c'est Zola mais bon, pas très contemporain ;-) Qui pourrait être le digne héritier du grand Emile? Franchement, je ne vois pas (sigh).

    @Hathaway: J'ai Le tigre blanc dans ma PAL mais il est pour le moment en prêt chez ma belle-mère. S'il rejoint ta PAL, fais-moi signe si une LC te tente? Pour Guerre et Paix, hum hum! C'est vrai que pour comprendre cette période, c'est juste incroyable mais lecture longue et fastidieuse de mon côté.

    RépondreSupprimer
  10. Très intéressant cet article que tu relaies, et bien, je n'en ai lu aucune, mais je suis bien d'accord avec l'idée développée !

    RépondreSupprimer
  11. @Delphine: Pour le moment, je n'ai lu que Guerre et Paix mais L'immeuble Yacoubian, Disgrâce et Le Tigre blanc sont au programme pour les prochains mois.

    RépondreSupprimer
  12. ce n'est pas pour rien que la littérature a tant d'importance. Quand de grands auteurs prennent la plume, ils parlent de leur temps, de leurs contemporains. C'est souvent révélateur.

    RépondreSupprimer
  13. Je suis vraiment d'accord avec ce qu'ils disent. J'ai quasi tout lu de cette liste (sauf Guerre et Paix, mouaf ouarf) et j'avais trouvés ces livres passionnants et instructifs culturellement parlant. Là je suis particulièrement intéressée par Le tigre blanc que je ne connaissais pas et A Civil Servant's Notebook. Je les note!

    RépondreSupprimer
  14. Oui, je suis d'accord, la littérature nous rapporte tout ce que de simple documents historiques ne peuvent faire, le liant, la vie elle-même d'une époque (lorsque le roman est réaliste, bien sûr, voire naturaliste, comme Zola). Les romans peuvent aussi être des miroirs grossissants ou déformants du monde lorsqu'ils se teintent de fantastique, pour mieux alerter, inquiéter, faire réagir... le roman peut aussi jouer avec le lecteur, tout simplement, et l'embarquer dans une histoire sans queue ni tête, mais néanmoins qui le détourne de son morne quotidien... bref, je suis une fanatique du roman, puisque j'en écris... c'est un genre où tout peut arriver, surgir, la vérité, le rire,et même la poésie.

    RépondreSupprimer
  15. @Choupynette: Tout à fait d'accord avec toi. J'aime bien sûr lire des lectures plus légères mais ce genre de livres sont souvent marquants sur le long terme. Malheureusement, ce sont des perles rares quand même.

    @A girl from earth: Ouais, ouais, G&P, no comment ;-) Le tigre blanc a eu le Booker en 2008 sauf erreur. Mr.Z l'a beaucoup aimé et je pense l'attaquer bientôt. Et pour A Civil Servant's Notebook, je suis d'accord, l'article donne vraiment envie de le découvrir, la Chine est tellement mystérieuse.

    @Bettina: Heureusement que cette diversité des romans existe. Je suis cependant peut-être plus sensible aux romans grâce auxquels j'apprends quelque chose. En regardant mes auteurs favoris comme Zola ou Gary, ce sont souvent des auteurs qui ont très bien (d)écrit leur époque.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis absolument d'accord avec cette idée. Le travail de fiction d'un auteur est toujours ancré dans un contexte qu'il porte plus ou moins consciemment. Sa culture, son environnement social peut marquer son oeuvre et donner une clé de compréhension au lecteur bien plus subtile qu'un essai.
    Dans la liste proposée je vois Disgrâce, et je ne comprends toujours pas... je n'ai pas compris, je n'ai pas su trouver ce qu'il y avait derrière le factuel décrit par l'auteur. Pour l'Afrique du Sud, je citerais plus volontiers l'oeuvre de André Brinks.

    RépondreSupprimer
  17. J'adore la photo que tu as choisie!

    RépondreSupprimer
  18. Je rajoute un PS pour une référence d'un essai qui me trottait dans la tête et m'est revenue. Il s'agit l'Espèce fabulatrice de Nancy Huston, où comment nous, humains, construisons notre compréhension du monde par la mise en mots, la mise en récit.

    RépondreSupprimer
  19. Et bien au premier abord, je n'avais aucune réponse à donner... Et puis en un éclair... m'est venu Afrika trek d'alexandre et sonia poussin qui aide sacrément à comprendre presque un continent entier.

    RépondreSupprimer
  20. @Géraldine: Pour Disgrâce, selon l'auteur de l'article, "le roman épingle certains aspects de l’Afrique du Sud moderne, notamment la peur paralysante de la criminalité et l’emprise du politiquement correct sur les universités nouvellement réformées." Alors je ne peux pas confirmer vu que je ne l'ai pas encore lu mais comme il est au programme pour les prochains mois, j'espère y revenir bientôt. Pour André Brink, je suis d'accord, même si tous les livres que j'ai lus de lui parlent de la période de l'apartheid. Je ne sais pas ce qu'il a écrit plus récemment mais l'Afrique du Sud a quand même beaucoup changé. As-tu lu ses livres plus récents? Et merci pour la référence de l'essai de Huston, je note tout ça.

    @Edelwe: Merci ;-)

    @Géraldine cps de coeur: C'est vrai, un sacré voyage qu'ils ont fait là, et au plus proche de la population. C'est un peu comme Dark Star Safari de Paul Theroux auquel j'avais pensé. Mais je trouve encore plus dur de trouver des fictions qui pourraient entrer dans cette catégorie.

    RépondreSupprimer
  21. Pour ma part, je garde un très bon souvenir des deux romans de Khaled Hosseini, "Les cerfs-volants de Kaboul" et "Mille soleils splendides" qui m'ont offert une toute autre vision de l'Afghanistan que l'image parfois manichéenne que nous proposent les médias.

    RépondreSupprimer
  22. @Miss Alfie: Toujours pas lu Hosseini. J'hésite depuis longtemps car le sujet m'intéresse mais j'ai toujours eu peu que ce soit un peu trop "simpliste". Suite à ton commentaire, je vais quand même regarder ça de plus près.

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir Zarline
    Je viens de lire et d'écrire deux articles sur deux romans qui décrivent bien, me semble-t-il, la situation des Etats dans lesquels se déroule l'action Il s'agit de Amadou Hampaté Bâ, l'enfant Peul sur l'ancien soudan français et de Abdourahman A Waberi "Passage des larmes " à propos de Djibouti

    RépondreSupprimer
  24. @Bénédicte: J'ai lu L'enfant Peul que j'avais moyennement aimé. Peut-être trop dans la fable pour moi mais je suis d'accord avec toi, c'est un livre qui donne une bonne image de la vie dans le Soudan français. Je pensais d'ailleurs que la suite devait également être intéressante. Je ne connais pas du tout Passage des larmes, je file voir tes billets. Merci pour ces propositions!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!

Petites envies de la rentrée littéraire 2016